Environnement

Royaume-Uni : polémique autour d’un reef artificiel

L'accès d'un spot a été fermé au public après qu'un reef artificiel, le premier d'Europe, ait montré des signes préoccupants...

Publié le 5 avril 2011


Avril 2009 : les surfeurs de Bornemouth (Royaume-Uni) sont heureux : la municipalité vient en effet d’accepter la construction d’un récif artificiel afin d’améliorer les vagues du spot. L’opération, qui est une première en Europe, est vivement critiqué, notamment pour son coût (3,2 millions de £, soit environ 3,6 millions d’euros). Mis au point par une société néo-zélandaise, le « reef » est en réalité composé de 55 énormes sacs de sable formant une marche au fond de l’océan (voir schéma ci-dessus).

Peu de temps après sa mise en service, une nouvelle polémique est née, des surfeurs cette fois-ci. Ils reprochaient notamment à ce reef, situé à environ 225 mètres au large de produire « le mauvais type de vagues ».

Le 23 mars 2011, une inspection de routine a mis en évidence des « changements substantiels » dans la structure du reef, menaçant de provoquer des courant sous-marins dangereux. Les sacs de sable auraient en effet été déplacés par les courants et nécessiteraient un repositionnement pour que le récif retrouve sa forme initiale.

D’après le directeur exécutif de la municipalité de Bornemouth, « il s’agit réellement d’une affaire de santé et de sécurité. Tant que nous n’avons pas plus d’infomations, nous jouons la carte de la prudence et recommandons aux gens de ne pas s’approcher du reef. Considérant que le surf est un sport extrême et qu’il inclut toujours une part de risque, la santé et la sécurité autour de ce projet de récif ont été prédominants depuis le début.« 

Un surfeur local, qui est allé plonger autour du récif, rapporte que les sacs de sable présenteraient des trous de 60 à 120 cm de longueur (de 2 à 4 pieds). Selon lui, il y a urgence à remédier au problème : « depuis la plage, vous pouvez voir qu’il y a un dangereux courant autour. C’est juste une question de temps avant qu’il y ait un mort, et ce n’est pas du mélodrame ou du sensationnel. » Les autorité locales craignent notamment que les surfeurs ne tombent et ne restent coincés dans ces trous.

La société néo-zélandaise devrait intervenir dans les prochaines semaines pour tenter de remédier au problème. Mais le récif, surnommé « la baleine échouée » par certains locaux depuis qu’il a été découvert par une grosse marée, ne fait plus l’unanimité chez les surfeurs…

Source : www.telegraph.co.uk

5 commentaires 

Commentaires

    djogai - 7 avril 2011 à 10 h 21 min Répondre

    3.6 million d’euro pour des sacs de sable c’est à mourir de rire pour l’instant!

    Signaler un abus

    genevois ronald - 5 avril 2011 à 22 h 59 min Répondre

    il n y a p assez d endroits pour surfer que des personnes dénaturent nos magnifiques cotes?maintenant jme pose cette question;pourquoi ne pas donner l argent de ce projet qui me parait inutile(j aimerai avoir l avis de surfer pro)pour des idées plus naturelles!un habitant des cotes oceanes qui se jette a l eau de temps en temps!!!!txusss

    Signaler un abus

    nicos33 - 5 avril 2011 à 22 h 00 min Répondre

    Une mauvaise connaissance du milieu avec certainement un manque d’étude d’impact sur le milieu marin conduit toujours à un FLOP, sans compter que la société qui a fait les sacs a dû rogner sur la qualité pour augmenter sa marge bénéficiaire. J’attends de voir ce qu’il va se passer en France, car il me semble que j’ai lu que Lacanau doit servir de site pilote pour un reef artificiel.

    Signaler un abus

    Baptiste44 - 5 avril 2011 à 19 h 23 min Répondre

    La nature fini toujours par reprendre ses droits…

    Signaler un abus

    Martin - 5 avril 2011 à 18 h 59 min Répondre

    Ce qui me choque le plus c’est le fait qu’ils ne savent même pas faire des sacs de sable conçus pour supporter la vie sous-marine plus d’un an –’

    Signaler un abus