Daily Archives: 5 octobre 2012

Hamilton, Delpero, Kassia Meador… sur Arte

5 octobre 2012
By

p>

©Roxy

Réalisé par Damien Vercaemer, orfèvre dans la prise d’image, et co-écrit au départ par Pascal Dupont, journaliste-producteur, et Gibus de Soultrait, “L’appel de la vague” part de la Côte des Basques (Biarritz) lors du Roxy 2001 avec Kassia Meador en égérie de cet événement féminin. Sur la Côte Basque, la caméra de Vercaemer jette aussi son regard sur d’autres personnages hauts en couleurs et en vagues, comme Peyo Lizarazu en face de Belharra, Antoine Delpero surfant sur Vivaldi, François Lartigau, grand Kahuna au parcours épique et à l’humour sage, El Surfisto et son jazz manouche. Puis envol pour la Californie, où le film retrace un peu d’histoires des 60′s tout en faisant des rencontres notoires comme celle d’un pionnier de Malibu toujours à l’aube sur le spot. À Hawaii, Laird Hamilton et Kai Lenny se laissent filmer dans leur passion océanique et ne manquent pas de mots et d’anecdotes pour la narrer. Des vagues, du surf, des personnages mais aussi des actions comme celles de Duane Desoto, non pas tant filmé sur le nose de son longboard, mais racontant tout le travail qu’il fait avec son association pour éduquer les enfants à l’océan.

L’appel de la vague, un film surf pour un large public, riche en propos et en images surf et hors-surf. Présenté et fortement applaudi lors du dernier Festival du film de surf d’Anglet.

À voir pendant encore 7 jours sur Arte+7

©DR

jfdghjhthit45

Kelly Slater : “c’est probablement un contest que je n’oublierai jamais”

5 octobre 2012
By
51ème victoire sur l'ASP World Tour pour Kelly, habitué à remonter les plages sans toucher terre... Photo : ASP/Kirstin

51ème victoire sur l'ASP World Tour pour Kelly, habitué à remonter les plages sans toucher terre... Photo : ASP/Kirstin

Il l’a fait. Kelly Slater a enfin remporté aujourd’hui le Quiksilver Pro France, une épreuve qui manquait cruellement à son palmarès et qu’il convoitait depuis des années. Après une semaine de folie et quelques séries épiques, le King est parvenu à monter sur la plus haute marche du podium en battant la wildcard Dane Reynolds dans des conditions parfaites à la Gravière. C’est justement sur ce podium, quelques minutes après la finale, qu’il a accepté de répondre à quelques-unes de nos questions :

Félicitations Kelly. Quel sentiment cela fait de gagner dans ce cadre particulier, devant une telle foule ?

C’est top, surtout ici à la Gravière. Tu termines ta vague à quelques mètres parfois de centaines de spectateurs en train d’applaudir, de sourire, d’hurler. C’est super.

C’est une vraie émulation ?

Oui, ça fait 20 ans que ça dure, j’ai surfé en compétition ici pour la 1ère fois en 1990, tout le monde est tellement cool.. J’ai perdu pendant tellement d’années, et les gens me disaient à chaque fois ‘“l’an prochain, l’an prochain…”. Je pensais que ça n’allait jamais arriver.

Et qu’est-ce que ça te fait d’y être enfin parvenu ?

C’est vraiment génial, je n’en reviens pas. C’est vraiment un jour spécial. Gagner ici, sur un événement Quiksilver bien sûr, et surtout dans des vagues comme celles-ci, me procure vraiment un feeling particulier. C’est probablement un contest que je n’oublierai jamais car les vagues étaient vraiment parfaites.

Kelly et Tom Carroll, Champion du monde 1983 & 1984

Le fait de gagner face à Dane était aussi quelque chose de spécial ?

Je ne me souciais pas vraiment d’être en finale contre lui, dans le sens où il n’est pas en quête de points ou quelque chose dans le genre. Mais ça aurait été assez dingue que Dane gagne le contest

 Les vagues étaient tellement parfaites hier soir que tu aurais bien voulu enchaîner les demi-finales malgré la nuit tombante. Quelles conditions as-tu préféré entre celles d’hier et ce matin ?

Oui, si il y avait eu des phares sur la plage, j’y serais retourné (rires). Mais je ne sais pas… J’ai eu de meilleurs heats et de meilleures vagues hier soir, mais les vagues de ce matin étaient si belles, il n’y avait pas autant de courant…

Tu es désormais plus que jamais lancé dans la course au titre (cette 3ème victoire de la saison propulse Kelly à la seconde place du classement provisoire derrière Parko, ndlr) ?

Oui, c’était déjà le cas, mais c’est sûr que cette victoire est une bonne nouvelle (grand sourire, ndlr)

 Propos recueillis par Romain Ferrand

Retrouvez l’article : Kelly Slater remporte le Quiksilver pro France 2012

De longs barrels à la Gravière : de quoi rendre Kelly Slater très dangereux pour ses adversaires. Photo : ASP/Kirstin

Kelly Slater remporte le Quik Pro France 2012

5 octobre 2012
By

Voilà qui est fait. Le ‘King’, magistral, vient de combler l’un des derniers vides de son inégalable carrière. Dans une Gravière glassy au summum de sa perfection, Kelly a remporté ce matin pour la première fois le Quiksilver Pro France, mettant un terme en finale à l’incroyable épopée landaise du trublion Dane Reynolds.

Slater porté en triomphe / Kirstin

Il restait trois heats à surfer aujourd’hui. Trois heats que l’on attendait avec impatience, tant l’excellence des quatre hommes encore en lice ne pouvait que sublimer les barrels exceptionnels attendus pour la matinée. Le call avait été fixé à 8h. Choix judicieux. Dès les premiers rayons du soleil, sans attendre plus longtemps, John John Florence et Dane Reynolds avaient enfilé leurs lycras pour le premier affront. L’opposition sera de taille et la tension palpable. Si Dane n’avait rien à perdre en tant que wild card, John John jouait lui sa course au titre. Malheureusement pour l’Hawaiien, la différence se jouera à un fil de 0,10 point (15, 70 points contre 15, 60), qui propulsera le génial Californien en finale, au grand dam d’un John John pourtant méritant.

Dane qualifié, c’était ensuite au tour des deux maestros de la veille de se retrouver en tête à tête. Au terme d’une série qui n’aura pas offert suffisamment de vagues, Kelly prendra difficilement le dessus sur Parko (12,27 points contre 10,93 points), décrochant ainsi pour la troisième fois sur ce Pro France un billet pour la finale.

Dane aura fait un parcours exceptionnel en France cette année / Kirstin

« Jamais deux sans trois », il semblerait que ce dicton ne s’applique pas aux rois. Après avoir chuté deux fois sur la ligne d’arrivée du Quik Pro France en 2008 et 2010, Kelly cette fois-ci aura rompu la malédiction. Avec deux tubes notés 7,93 et 9,33, le ‘King’ s’est empressé de mettre combo son adversaire dès les premières dix minutes d’une série qui en durera quarante. Dane, peut-être un peu trop détaché, ne reviendra pas.

Vingt ans après sa première victoire chez les pros lors du Rip Curl Pro France 92, et seize ans après son dernier triomphe sur le sol français, Kelly remporte donc avec brio le premier Quiksilver Pro France de sa carrière pharaonique, s’adjugeant une troisième victoire cruciale cette saison dans la course qui le mène désormais très sérieusement vers un douzième titre mondial. Il s’empare à présent de la deuxième place du classement, juste derrière le nouveau leader Joel Parkinson, à seulement trois compétitions de la fin de la saison. Les semaines à venir sur le Tour devraient donc livrer à nouveau leur lot de suspens et d’intensité, à commencer par la prochaine épreuve qui débutera mercredi prochain sur le spot de Supertubos au Portugal.

Plus d’infos, de photos et de vidéos sur le site du Quiksilver Pro France.

Kelly dans toute sa splendeur / Kirstin

Une poignée de main qui en dit long sur le respect que se portent ces deux surfeurs / Kirstin

jfdghjhthit45

“Kelly Slater, le surf en tête”

5 octobre 2012
By

Kelly Slater est un surfeur exceptionnel. Un sportif unique en son genre gravant l’histoire, tant par son palmarès que par sa longévité au sommet. En 1992, à l’âge de 20 ans il remporte son premier titre de champion du monde de surf professionnel. En 2011, il décroche son onzième titre à l’âge de 39 ans, concourant en compétition avec des surfeurs qui n’étaient pas nés quand il fut couronné la première fois.

La force de ce surfeur américain, natif de Floride, tient en premier lieu à une profonde et véritable passion pour le sport qu’il pratique. Du surf, il en aime tout : les vagues, petites et grandes ; les gens, adversaires de compétition ou compagnons de voyage ; la technique, des planches comme des manœuvres ; la culture et son histoire… Avec un appétit réel de la rencontre, Kelly Slater vit son sport avec une grande ouverture d’esprit. A cela s’ajoute un esprit de compétition hors du commun le poussant à ne jamais lâcher aucun duel avant sa fin, même après une cinquantaine de victoires à son actif. Par ailleurs l’homme, armé d’un corps d’une grande souplesse, s’applique une vraie hygiène de vie qui lui fait dire “se sentir bien meilleur surfeur aujourd’hui qu’il y a vingt ans.”

Mais plus que les mots, ce sont les images qui parlent au sujet de Kelly Slater. Pour ce livre, nous avons fait appel à deux photographes proches de la carrière du surfeur : Peter “Joli” Wilson, Australien, suit le surf et ses compétitions depuis plus de trente ans. Au fil de l’ascension de Slater, une complicité s’est nouée entre les deux hommes, le photographe étant là à chacun des titres du champion ; Bernard Testemale, français, photographe travaillant entre autre pour la marque Quiksilver et suivant de ce fait Kelly Slater dans de nombreuses étapes de voyage et autres sessions de surf.

Par leur approche visuelle propre, chacun de ses deux photographes nous plonge dans la personnalité sportive de Kelly Slater. La sélection des photos, leur disposition et leur commentaire dans ce livre veillent donc à cerner la dimension à la fois exceptionnelle et humaine d’un individu qui s’est hissé au panthéon des grands champions de l’histoire du sport, par l’amour de l’océan, le plaisir de la vague… et la rage de gagner. Gibus de Soultrait

“Kelly Slater, Le surf en tête” par Gibus de Soultrait (textes et sélection photos).
Photographies de Peter “Joli” Wilson et Bernard Testemale,

132 pages, 230X270 mm, 24 € , Éditions Surf Session

Disponible en librairie et sur notre boutique en ligne

Puerto-Rico 2011, 10ème titre. “Mes meilleurs résultats arrivent quand je suis simplement inspiré pour surfer la vague.” KS, For The Love, 2008 – Photo : Joli

Mon secret, c’est ma puissance de concentration”, KS, L’Equipe,18/04/2011 – Photo : Joli

Hawaii 2005 – “Mon rêve ultime est de vivre sur un terrain à Hawaii.” KS, For The Love, 2008 – Photo : Joli

11 titres mondiaux. “Plus c’est dur à l’intérieur, plus on s’accroche à quelque chose à l’extérieur. Pour moi ce fut le surf.” KS, Pipe Dreams, 2003 – Photo : Joli

Tahiti, 2009 . “L’océan était mon refuge. » KS, Pipe Dreams, 2003 – Photo : Testemale

Fidji 2000. “Le surf sans style, c’est comme la musique sans rythme.” KS, Pipe Dreams, 2003- Photo : Testemale

”Boire du lait crée un déficit de calcium. Le corps utilise plus de calcium pour équilibrer son PH. Buvez #AlmondMilk.”KS, Twitter, 7/05/2012- Photo : Testemale

Puerto Rico 2010, 10éme titre. ”J’aime le surf plus que tout.” KS, CNN, 19/11/2010- Photo : Testemale

Kelly Slater, Le surf en tête par Gibus de Soultrait (textes et sélection photos).
Photographies de Peter “Joli” Wilson et Bernard Testemale,

132 pages, 230X270 mm, 24 € , Éditions Surf Session

Disponible en librairie et sur notre boutique en ligne

Publicité n°1

Commentaires

Contributions

Envoyez vos photos à photos@surfsession.com

Publicité n°2