Publicite1

World Tour

O’Neill CWC : le titre ne se jouera pas à Santa Cruz

Retour sur une journée intense sur Steamer Lane, les K.O prématurés de quelques ténors et le titre mondial toujours en jeu...

Publié le 5 novembre 2012

C’est ce week-end que l’on changeait d’heure aux États-Unis. Un bouleversement anticipé par les organisateurs du O’Neill ColdWater Classic qui avaient annoncé le call dès 7h ce matin à Steamer Lane, pour le début du second tour après deux jours off. Malgré l’heure matinale – qui plus est pour un dimanche matin – plusieurs centaines de spectateurs étaient déjà réunis autour de la crique pour assister au début d’une journée particulièrement riche en rebondissements et drames en tout genre parmi l’élite.

Nat Young. © ASP

Le titre mondial attendra Pipeline.

C’est désormais officiel : Parko ne remportera pas son premier titre mondial ici à Santa Cruz, même si il remporte l’épreuve. Au vu des différents scénarios, seule une défaite de Kelly Slater avant le round 4 pouvait permettre de l’envisager. Mais il n’en sera rien, le King s’étant qualifié pour le 4ème tour en battant Dusty Payne au R3, malgré un impressionnant air de l’Hawaiien à quelques secondes de la fin noté 8,24, insuffisant pour finir en tête du heat. (> faites-moi vous plaisir, regardez le replay). Cette note fera parler dans l’espace surfeurs, certains d’entre eux comme Bede Durbidge ou Josh Kerr estimant qu’elle valait davantage.

Parko, de son côté, a eu chaud. Son adversaire au 4ème round n’était autre que le local Nat Young, tombeur de Slater au R1, un fin connaisseur du spot qui pouvait de plus compter sur la foule acquise à sa cause. Malgré de solides attaques backside, Young n’aura rien pu faire face à un Parko déchaîné et visiblement imbattable : « c’était plutôt cool de surfer contre Nat (Young), déclare Parko. « c’est toujours bon de surfer contre quelqu’un qui a la plage entière derrière lui. J’ai l’habitude de ça à Snapper, mais c’est sympa de voir quelqu’un d’autre être dans ce cas ».

Carnage Round

Les phoques, omniprésents sur les spots de Santa Cruz ©ASP

La journée avait très mal commencé pour 2 des 5 prétendants à la couronne mondiale, prématurément éliminés du contest dès le round 2. Le premier sera Mick Fanning, qui sortira groggy de son combat contre Jadson Andre perdu d’un cheveux : 14.06 contre 14,10pts. De quoi sérieusement compromettre la course au titre de Fanning, tandis que Jadson, 33ème mondial, a la requalification dans le viseur.

Rebelote dans le heat suivant, John John Florence étant éliminé à son tour par Matt Wilkinson, vainqueur de la O’neill ColdWater Classic en 2010. Le jeune Hawaiien, 4ème mondial, voit ainsi ses chances de titre mondial s’échapper.
Deux défaites qui laissent la voie libre à Parko et Kelly pour leur duel au sommet le mois prochain sur le North Shore. Seul Adriano de Souza parviendra à mettre un terme à la malédiction en s’imposant au R2 face à Adam Melling.

Julian Wilson - ASP

Julian Wilson ©ASP

Le vainqueur de la dernière épreuve au Portugal, Julian Wilson, fera quant à lui les frais de celui que rien ne semble pouvoir arrêter depuis son retour de blessure le mois dernier : Raoni Monteiro. L’Australien ne s’y attendait pas, et passera sa colère sur sa planche dans l’espace média/surfeurs.
Raoni, qui avait déjà éliminé Kelly Slater au Portugal dès le round 3, continuera son « nettoyage » au round 3, éliminant le pote de Julian, Jordy Smith, sous les yeux du sponsor de l’event qui sponsorisait encore Raoni il y a quelques mois, et voit ainsi son dernier team-rider encore en lice quitter le contest. « Je reviens juste de blessure, dit Monteiro. J’ai passé 3 mois à la maison et je ne ressens aucune pression. Je pense juste à surfer. » Le Brésilien affrontera Parko et Alejo Muniz au R4.

Medina & Bourez toujours en course.

Medina ©ASP

Gabriel Medina a décidément envie de surfer Steamer Lane en gauche. Après sa perf du premier jour, il a remis ça face au vétéran du Tour Taylor Knox, en utilisant son arme favorite : les airs. Son dernier fera hurler tout Steamer Lane et séduire les juges qui le récompenseront d’un 9,53pts (> là aussi, replay), lui offrant ainsi son ticket pour le R4.

Dans le dernier heat de cette journée marathon, Michel Bourez affrontait Kai Otton. Le Tahitien a bien failli voir la série lui échapper après avoir cassé son leash lors d’une chute en fin de vague. Quelques minutes de perdues, à sortir de l’eau au milieu des rochers, changer de leash et faire un sprint de 200 m pour se jeter de nouveau au line-up. De quoi épuiser n’importe qui. Mais pas Michel qui, déterminé, confirmera sa première place du heat en obtenant un 6,90pts à quelques secondes de la fin. Il affrontera Kelly Slater au R4.

La nuit tombante n’a pas permis de poursuivre les derniers heats du R3. La compétition reprendra dès demain matin 6h30 (15h30 heure française), avec le heat opposant Jeremy Flores, qui a battu le Californien Kolohe Andino ce matin au R2, à Yadin Nicol. La dernière confrontation entre Flores et Nicol remonte au Quik Pro France où, malgré être passé près de la noyade, c’est le Français qui l’avait emporté.

A suivre sur www.oneill.com/cwc et en live sur les comptes Twitter et Instagram (@surfsessionmag) de Surf Session.

Romain Ferrand, Santa Cruz

RÉSULTATS :

 ROUND 3 :
Heat 1:
Taj Burrow (AUS) 14.83 def. Jadson Andre (BR) 12.17
Heat 2: Travis Logie (ZAF) 14.67 def. Adrian Buchan (AUS) 11.13
Heat 3: Gabriel Medina (BR) 16.53 def. Taylor Knox (USA) 14.77
Heat 4: Raoni Monteiro (BR) 11.10 def. Jordy Smith (ZAF) 10.23
Heat 5: Alejo Muniz (BR) 13.33 def. Bede Durbidge (AUS) 11.30
Heat 6: Joel Parkinson (AUS) 15.63 def. Nat Young (USA) 12.43
Heat 7: Kelly Slater (USA) 15.84 def. Dusty Payne (HAW) 14.77
Heat 8: Michel Bourez (PYF) 12.40 def. Kai Otton (AUS) 5.27

Jeremy Flores, round 2

Jeremy Flores, round 2 ©ASP

ROUND 2 :
Heat 1:
Kelly Slater (USA) 11.20 def. Jason Collins (USA) 9.40
Heat 2: Jadson Andre (BR) 14.10 def. Mick Fanning (AUS) 14.06
Heat 3: Matt Wilkinson (AUS) 14.50 def. John John Florence (HAW) 8.66
Heat 4: Adriano de Souza (BR) 13.43 def. Adam Melling (AUS) 11.50
Heat 5: Raoni Monteiro (BR) 14.44 def. Julian Wilson (AUS) 13.67
Heat 6: Owen Wright (AUS) 10.63 def. Tiago Pires (PRT) 8.27
Heat 7: Damien Hobgood (USA) 15.50 def. Josh Kerr (AUS) 12.94
Heat 8: Jeremy Flores (FR) 13.47 def. Kolohe Andino (USA) 12.53
Heat 9: Adrian Buchan (AUS) 18.33 def. Kieren Perrow (AUS) 12.60
Heat 10: C.J. Hobgood (USA) 12.17 def. Heitor Alves (BR) 10.53
Heat 11: Alejo Muniz (BR) 15.10 def. Miguel Pupo (BR) 15.06
Heat 12: Bede Durbidge (AUS) 13.40 def. Brett Simpson (USA) 9.07

 

Publicite2

10 commentaires 

Commentaires

    clo - 5 novembre 2012 à 15 h 48 min Répondre

    Raoni Monteiro fait ainsi un joli pied de nez à Oneill (et le surf business en général). J’ai bien aimé son interview à la sortie de son heat face à julian wilson. Les commentateurs se sont bien gardé de relevé que l’intéréssé en chie pour avoir un sponsor quasi-inconnu qui lui donne quelques combis et un peu d’argent. Il survi(c’est ses mots) et pourtant garde le sourire…….
    A quand la fin de cette hypocrisie dans le monde du surf? Surf session n’a d’ailleurs jamais fait de réels reportage sur cette ségrégation dans le monde du surf business, pourquoi?

    Signaler un abus

    Gwadasurf - 5 novembre 2012 à 14 h 35 min Répondre

    Tout a étais fait pour que le titre ce joue a pipeline Slater qui prend 7,50 pour un rentry … LOL

    Signaler un abus

    J-C - 5 novembre 2012 à 11 h 31 min Répondre

    Tout à fait d’accord avec toi Jacquinot

    Signaler un abus

    J-C - 5 novembre 2012 à 11 h 30 min Répondre

    Tout à fait d’accord avec toi Jacquinot.

    Signaler un abus

    jacquinot - 5 novembre 2012 à 10 h 29 min Répondre

    take off, accélération, une figure hors vague, 9.53 . Surfer une vague sur 200 métres cela n’intéresse plus les juges? Il et temps que l’ASP change quelques choses, cela va vite lasser le monde du surf et certains PRO je pense .

    Signaler un abus

      rai - 5 novembre 2012 à 11 h 36 min Répondre

      Tout à fait d’accord avec toi jacquinot; Ou alors on crée une catégorie « figures » en marge du main event…

      Signaler un abus

      Ofrey - 5 novembre 2012 à 12 h 22 min Répondre

      faut s’adapter mon coco. Qd y’a de la taille et des bonnes vagues (Fidji, Pipe, Teahupoo..) c’est tube et carves, les airs ne valent rien du tout. Par contre qd y’a 50cm tout pourri c’est l’occasion de voir des figures un peu différentes tu trouves pas?

      Signaler un abus

        rai - 5 novembre 2012 à 13 h 45 min

        Que Medina le fasse à Fidji où à Pipe, Meme en fin de vague ne me pose pas de problème, bien au contraire… Après qu’il aille poser un air sur la droite de Teahupo, boh…
        Quand la droite fait 200m avec du mur et de la place pour plusieurs manoeuvres je ne comprends pas bien le sens de le surnoter sur la gauche qui ferme avec une figure qui fini dans la mousse, si belle soit-elle (par exemple un beau tube sorti dans la mousse) ou la meme chose sur la droite de Teahupo…
        Personellement je préfère voir du flow, de la vitesse, du carve et des manoeuvres radicale sur la face propre de la vague et des surfers qui jouent le jeu et qui s’adaptent à l’océan (voir la série de Parko qui a été bluffant dans ses trajectoires).
        Disons que si tu vas surfer une vague à 2 dans ces conditions la logique serait de surfer la droite pour maximiser le temps de surf…
        Sur ce coup là ça ressemble plus à un joker pour compenser le choix de vagues; mais tant que les juges mettrons des notes aussi hautes, il aurait tort de ne pas en profiter…

        Signaler un abus

        Ofrey - 5 novembre 2012 à 18 h 29 min

        Enfin, le jour ou Parko enverra un air comme celui-là en compet…

        Signaler un abus

      Taylor Knox - 5 novembre 2012 à 12 h 29 min Répondre

      Entierement d’accord !! +1

      Signaler un abus