Environnement

De nouvelles réserves de surf en Australie

Trois nouveaux sites du sud du pays entrent au "patrimoine mondial du surf" et seront protégés.

Publié le 6 février 2013

Particulièrement actif au sein des World Surfing Reserves, l’Australie vient d’ajouter deux zones du sud du pays parmi ses National Surfing Reserves, Daly Head et Point Sinclair. Ces deux nouvelles réserves de surf font grimper à 17 le nombre de sites ainsi protégés, sur 23 recensés dans tout le pays.

Daly Head reçoit sa plaque officielle.

Fondé par des membres de Save The Waves Coalition, l’association WSR vise à protéger des zones de surf (un spot et son « écosystème surfique ») dans une démarche très largement inspirée par le centre du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Pionnier en la matière, l’Australie s’était déjà dotée seule de ces National Surfing Reserves (NSR). Désormais la démarche s’élargit et s’officialise, en partenariat avec l’International Surfing Association (ISA) et les fédérations sportives nationales.
Rappelons que pour être éligible, la zone de surf doit remplir les critères suivants : la qualité et la fréquence des vagues, un patrimoine environnemental, une culture surf installée et une communauté de surfeurs active.
Parmi les effets de ce label NSR, la construction sur le littoral est désormais limitée au strict nécessaire, le camping mieux encadré, et les compétitions proscrites, tout comme les jet-skis.

Le mois prochain, ce sera au tour de l’état du Victoria (Melbourne, Bell’s Beach) d’inscrire Phillip Island et Black Rock, « le Pipe du sud », en tant que première Réserve Aborigène de Surf. Brad Farmer, secretaire général de National Surfing Reserves, désire ne pas en rester là après 8 années d’existence de l’association : « La Nouvelle-Zélande et l’Indonésie sont dans les tuyaux ». En Europe, seul Ericeira au Portugal fait partie des réserves mondiales de surf.

Commentaires