Publicite1

World Tour

Premier tour à Bells Beach : Slater sur sa lancée, Florès et Bourez en repêchage.

Après les filles la veille, les surfeurs du Top 34 ont, à leur tour, fait leurs grands débuts au Rip Curl Pro Bells Beach dans des vagues propres d'un mètre.

Publié le 29 mars 2013

À eux trois, Kelly Slater (USA), Joel Parkinson (Aus) et Mick Fanning (Aus) compilent sept victoires au cours des dix dernières éditions du Rip Curl Pro Bells Beach. À Torquay, difficile de rivaliser avec les trois champions du monde. Preuve en a encore été donnée cette nuit.
Honneur au King, sur la lancée de sa victoire sur la Gold Coast et qui a signé le meilleur total du 1er tour avec 18,03 de même que la top vague avec un 9,70 scoré à deux minutes du terme de sa série face aux Australiens Adam Melling (15,50) et la juvénile wild card Jacob Willcox (10,17). Un 9,70 en récompense d’un bel enchaînement de snaps et de carves ponctué d’un aerial. Quelques minutes auparavant, Melling avait titillé l’Américain onze fois champion du monde en postant un 8,37 alors qu’un 8,70 aurait permis à l’Aussie de faire trembler Kelly dans son jardin de Rincon. Le retour de bâton n’a pas tardé.

“La vague (celle à 9,70, NDLR) n’était pas très grosse mais elle paraissait devoir bien dérouler. Du coup, j’ai pu passer une quantité suffisante de manœuvres. J’ai changé d’équipement sur la Gold Coast et il semble bien coller aux vagues de Rincon”, indiquait Slater (41 ans) avant de révéler un secret de polichinelle : “Je suis focalisé à 100 % sur le World Tour cette année. Dans le passé, j’ai toujours essayé de jongler entre la compétition et la chasse au gros swells dans le monde entier. C’est pourquoi j’ai hésité avant de me réengager, mais cette année, ma priorité va au Tour. J’aurai le temps, quand j’arrêterai ma carrière dans plusieurs années, de parcourir la planète à la recherche des meilleures houles.”

Joel Parkinson ne s’est, pour sa part, pas encombré trop longtemps de Brett Simpson et Jack Perry, le champion du monde en titre mettant combo l’Américain et le vainqueur australien des trials à dix minutes de la sirène. Facile Parko : “Je surfe à Rincon, The Bowl et Winkipop depuis toujours, Bells est un endroit confortable pour moi, je m’y sens très à l’aise”. Mick Fanning aurait pu dégainer le même argumentaire à l’issue de son heat remporté avec 14,83 aux dépens de l’Hawaiien Sebastian Zietz (12,34) et de la wild card indonésienne Oney Anwar (7,60). Une entrée en matière sans tache pour le tenant du titre.

Derrière les monstres sacrés du surf mondial, Jérémy Florès et Michel Bourez n’ont pas connu la même réussite. L’un et l’autre devront ainsi passer par le 2e tour de repêchage : le Réunionnais face à Pat Gudauskas (USA) et le Tahitien dans une série crève-coeur contre le Portugais Tiago Pires. En tête de son heat quasiment du début à la fin, Florès (15,90) a subi le retour express de Nat Young (16,43), le rookie californien dénichant tardivement deux ondes sur lesquelles il a pu enchaîner les turns à haute fréquence. “C’était très serré mais j’ai malheureusement perdu sur la fin alors que j’ai pratiquement contrôlé toute la série”, analyse le Français sur son blog. “Je suis assez content de la manière dont j’ai surfé, mais apparemment, ça ne suffit pas. C’est frustrant, mais c’est comme ça. Je dois me remotiver et passer le 2e tour qui va sûrement se dérouler dimanche. Il va y avoir de la houle !
Quant à Michel Bourez, le Polynésien venait tout juste de reprendre les commandes de sa série, à huit minutes du terme, devant Bede Durbidge (Aus) et Filipe Toledo (Bré) lorsque ce dernier s’est envolé, au propre (aerial double grab) comme au figuré (8,97). Un coup gagnant pour le rookie auriverde (vert et or) qui s’ouvrait directement les portes du 3e tour.

Dans l’ultime série de ce 1er tour, Kolohe Andino n’a pas patienté plus de cinq minutes avant de faire parler son surf new school. Le Californien s’est fendu d’un aerial full rotation (9,57) pour mettre au tapis CJ Hobgood (USA) et Jordy Smith(AFS). Willian Cardoso (15,06) n’a pas vraiment une gueule de star. Pourtant, le puissant remplaçant brésilien sait mettre la gomme. Les Australiens Taj Burrow (11,33) et Kieren Perrow (8,16) en ont fait les frais et c’est Cardoso qui rallie le 3e tour sans passer par la case repêchage.
Une séance de rattrapage à laquelle n’échappera pas non plus Adriano de Souza, dominé par son compatriote Alejo Muniz (16,33), ni Owen Wright (Aus), dernier de son heat derrière son compatriote aussie Adrian Buchan (qualifié pour le 3e tour) et, plus surprenant, Glenn Hall (Irl).

Dans le heat 1, Raoni Monteiro (Bré) a surpris Matt Wilkinson (Aus) et Gabriel Medina (Bré) en limitant à sa portion congrue le round d’observation. Résultat, le Brésilien avait déjà fait la différence par son surf engagé après moins de dix minutes en scorant son total définitif sur ses deux premières tentatives (13,60). “Wilko” s’est bien rapproché (13,33) sans pouvoir dépasser le surfeur brésilien. Visiblement toujours en délicatesse avec sa cheville meurtrie sur la Gold Coast, Medina (11,17) ne s’est, lui, jamais mêlé à la lutte pour la qualification.

Les Australiens Josh Kerr et Julian Wilson complètent la liste des qualifiés directs pour le 3e tour. “Finir cette année dans le top 5 du World Tour serait formidable”, commentait Wilson. “J’ai pris un bon départ sur la Gold Coast et j’espère maintenir mon niveau ici à Bells.”
Quelques affrontements savoureux parsèmeront le 2e tour (lire ci-dessous), à commencer par le remake de celui de la Gold Coast entre Owen Wright et Dusty Payne, récent vainqueur à Margaret River. À Snapper, l’Hawaiien avait dominé sur le fil le grand Australien. Comme au Quik Pro encore, Bede Durbidge et Brett Simpson seront opposés, mais cette fois, la carotte ne sera pas une place en quart de finale. Les trois wild cards Jacob Willcox, Jack Perry et Oney Anwar tenteront enfin de créer la sensation respectivement face à Taj Burrow, Gabriel Medina et Adriano de Souza.
Le prochain call est fixé à vendredi soir, 21h30 (heure française).

Résultats
1er tour (le premier de chaque série directement qualifié pour le 3e tour)
Heat 1 : Raoni Monteiro (BRÉ) 13.60, Matt Wilkinson (AUS) 13.33, Gabriel Medina (BRÉ) 11.17
Heat 2 : Julian Wilson (AUS) 14.64, Kai Otton (AUS) 14.43, Pat Gudauskas (USA) 12.83
Heat 3 : Willian Cardoso (BRÉ) 15.06, Taj Burrow (AUS) 11.33, Kieren Perrow (AUS) 8.16
Heat 4 : Mick Fanning (AUS) 14.83, Sebastian Zietz (HAW) 12.34, Oney Anwar (IDN) 7.60
Heat 5 : Joel Parkinson (AUS) 16.20, Brett Simpson (USA) 10.20, Jack Perry (AUS) 8.87
Heat 6 : Kelly Slater (USA) 18.03, Adam Melling (AUS) 15.50, Jacob Willcox (AUS) 10.17
Heat 7 : Alejo Muniz (BRÉ) 16.33, Adriano de Souza (BRÉ) 13.60, Tiago Pires (PRT) 11.10
Heat 8 : Josh Kerr (AUS) 15.06, Dusty Payne (HAW) 14.20, Damien Hobgood (USA) 13.87
Heat 9 : Nat Young (USA) 16.43, Jérémy Florès (FRA) 15.90, Travis Logie (AFS) 12.20
Heat 10 : Filipe Toledo (BRÉ) 15.47, Michel Bourez (PYF) 13.67, Bede Durbidge (AUS) 12.23
Heat 11 : Adrian Buchan (AUS) 17.26, Glenn Hall (IRL) 13.77, Owen Wright (AUS) 13.73
Heat 12 : Kolohe Andino (USA) 17.14, C.J. Hobgood (USA) 13.90, Jordy Smith (AFS) 12.76

À venir
Le 2e tour (de repêchage, à élimination directe)
Heat 1 : Taj Burrow (AUS) vs. Jacob Willcox (AUS)
Heat 2 : Gabriel Medina (BRÉ) vs. Jack Perry (AUS)
Heat 3 : Adriano de Souza (BRÉ) vs. Oney Anwar (IDN)
Heat 4 : Jérémy Florès (FRA) vs. Pat Gudauskas (USA)
Heat 5 : Michel Bourez (PYF) vs. Tiago Pires (PRT)
Heat 6 : Owen Wright (AUS) vs. Dusty Payne (HAW)
Heat 7 : Jordy Smith (AFS) vs. Glenn Hall (IRL)
Heat 8 : C.J. Hobgood (USA) vs. Adam Melling (AUS)
Heat 9 : Bede Durbidge (AUS) vs. Brett Simpson (USA)
Heat 10 : Travis Logie (AFS) vs. Sebastian Zietz (HAW)
Heat 11 : Damien Hobgood (USA) vs. Kieren Perrow (AUS)
Heat 12 : Matt Wilkinson (AUS) vs. Kai Otton (AUS)

Suivre le Rip Curl Pro Bells Beach → ICI

Vincent Martin, plus de news compétition sur Planète Surf

Image de prévisualisation YouTube

Publicite2

2 commentaires 

Commentaires

    Guillaume BARTET - 2 avril 2013 à 10 h 18 min Répondre

    « …quand j’arrêterai ma carrière dans plusieurs années »
    >> Qui arrêtera Kelly Slater ? Lui-même après avoir remporté son 15ème titre de champion du monde ?
    Cela fait 23 ans que je suis ses exploits sans équivalent dans aucun autre sport, et le type est toujours au top après deux décennies de domination de sa discipline. Il aura brillé dans tous types de vagues, pulvérisé tous les records et presque sans partage dominé toutes les générations de successeurs potentiels (à l’exception peut-être de cet autre virtuose prématurément disparu : Andy Iron). Tout ça en rendant les filles folles et en faisant l’unanimité auprès de ses comparses pour son fairplay, son humilité et sa bonne humeur…
    LBref, le bonhomme et son palmarès sont si impressionnants que les envieux doivent en perdre la tête !

    Signaler un abus

    guy - 31 mars 2013 à 8 h 02 min Répondre

    elles sont très moches les bottes de Jordy

    Signaler un abus