Publicite1

World Tour

Une journée historique à Bell’s pour le surf féminin

Dans des conditions parfaites, Tyler Wright et Carissa Moore se sont hissées en finale en multipliant les affronts de haut vol.

Publié le 30 mars 2013

RIP CURL PRO BELLS BEACH (27 mars – 1er avril) – AUSTRALIE / WOMEN’S WT

De mémoire de surfeurs et surtout de surfeuses, on ne se rappelait pas avoir traversé une journée de compétition aussi intense et génératrice de (hautes) performances que celle vécue, dans la nuit de vendredi à samedi (heure française), par les filles du Top 17. « Le meilleur jour de l’histoire du surf féminin », n’hésitaient d’ailleurs pas à proclamer principales intéressées et observateurs sur place.

Tyler Wright / ASP

Cette nuit, le contest féminin du Rip Curl Pro Bells Beach a pris toute sa dimension dans les vagues parfaites du mythique spot australien (1,5-2 m). Des conditions idéales qui ont permis aux gladiatrices de Bells d’enchaîner 2e, 3e, 4e tours puis quarts et demi-finales ! Souvent galvauder, un terme sied pourtant à cette incroyable journée du côté de Torquay : historique. Les principaux faits de ce « super samedi » :

Une finale Wright – Moore, comme à Margaret River

Tyler Wright vs Carissa Moore. Le duel entre l’Australienne et l’Hawaiienne est en train de devenir un « must » de cette saison 2013. Et pourquoi pas, celui de la course au titre mondial 2013. Comme à Margaret River la semaine dernière, les actuelles numéros 1 (Tyler) et 2 (Carissa) du Women’s World Tour se retrouveront, probablement dimanche, en finale à Bells Beach après avoir franchi superbement tous les obstacles de cette épique journée.

Visiblement bien remise de sa blessure à la jambe, justement contractée à Margies, Tyler Wright a d’abord disposé de la Péruvienne Sofia Mulanovichau 2e tour (16,33-12,20) avant de filer directement en quarts en remportant haut la main sa série du 3e tour aux dépens de Malia Manuel (Haw) et de la Néo-Zélandaise Paige Hareb.

Carissa Moore / ASP

En quarts, l’Australienne a livré un énorme combat face à sa compatriote Steph Gilmore, finalement gagné grâce notamment à une top vague à 8,87 en récompense d’une succession de carves ponctués d’un gros re-entry. À trois minutes du buzzer, la quintuple championne du monde est venue « mourir » à… 0,04 point de son adversaire en scorant un 9,10 sublimé par un colossal floater. Score final : 16,87-16,83 pour Wright qui, dans la foulée, a rallié la finale en déboulonnant en demies l’Américaine Courtney Conlogue (13,67-12,73).

Une finale qui sera déjà sa troisième cette saison en autant de contests, après sa victoire sur la Gold Coast et sa défaite à Margaret River. « Je suis épuisée », confessait Tyler Wright après avoir englouti quatre séries au fil de la journée. « Dimanche, ce sera ma troisième finale de l’année, mais aussi mon anniversaire (elle aura 19 ans, NDLR) et Pâques ! Si nous surfons, ça sera un grand jour pour moi. »

Sans méchanceté aucune, Carissa Moore aura évidemment l’intention de doucher l’enthousiasme de son adversaire. Impressionnante de puissance, la championne du monde 2011 a mis du temps à trouver son rythme au 3e tour avant de finalement prendre le dessus sur Pauline Ado et Alana Blanchard (Haw). Une fois la « C-Moore machine » lancée, la surfeuse d’Honolulu a broyé en quarts la Brésilienne Silvana Lima, combo à vingt minutes de la sirène (18,37-9,77), avant de dompter une monumentale Lakey Peterson en demie (18,67-18,50 !).

Combo durant les deux tiers du heat, l’Américaine a bien failli revenir dans le jeu en démontant de ses carves surpuissants ses deux ultimes ondes (9,53 et 8,97). Insuffisant cependant pour surprendre l’Hawaiienne qui reprenait le large en postant un 9. Mais la gagnante du dernier US Open a véritablement enflammé Bells. Carissa Moore aura, elle, l’occasion de prendre les commandes du WWT en cas de victoire en finale face à Tyler Wright.

Gilmore et Fitzgibbons, grandes perdantes

Steph Gilmore / ASP

Jamais depuis qu’elle a intégré le Women’s World Tour (en 2007), Steph Gilmore n’avait été éliminée à Bells avant les demi-finales (victoire en 2007, 2008 et 2010, finale en 2009 et 2012, demie en 2011). Blessée au pied gauche au cours de sa série du 1er tour face à Alana Blanchard et Sage Erickson (USA), l’Australienne a, cette fois, dû baisser pavillon dès les quarts face à Wright, non sans avoir lessivé Malia Manuel au 4e tour (18,80-15,37).

« Alana m’a touchée involontairement au round 1″, confiait Gilmore, auteur du seul 10 de la journée au 3e tour sur un enchaînement parfait de turns. « Il en résulte une petite fracture (du petit os, sans déplacement, NDLR). J’étais un peu inquiète et je ne savais pas si j’allais pouvoir continuer la compétition, mais les traitements prescris par les médecins m’ont aidé à me sentir mieux. Je suppose que surfer quatre fois dans la journée n’a pas arrangé les choses mais tout s’est bien passé jusqu’au quart contre Tyler (Wright). »

Avec cette élimination « prématurée », Gilmore est la grande perdante de ce Rip Curl Pro dans la course à la couronne mondiale, au même titre que Sally Fitzgibbons. Contrainte de passer par le 4e tour de repêchage où elle n’a fait qu’une bouchée d’Alana Blanchard (16,74-9,87), la double tenante du titre à Bells a dû se résoudre à ne pas sonner la cloche une troisième fois d’affilée en s’inclinant en quarts devant Lakey Peterson. À l’issue d’un heat de folie (16,10-16,43), la Californienne au sang-froid létal a éjecté la triple vice-championne du monde sur son ultime tentative et alors que la sirène retentissait. Dur pour Sally.

Ado plie au 4e tour, Hareb et Lima sur la pente ascendante

Stoppée au 4e tour, Pauline Ado demeurera toutefois dans les clous du top 10 du WWT après le Rip Curl Pro Bells Beach (à égalité à la 9e place avec Ho, Buitendag et Lima). Après sa grosse prestation du 2e tour face à Coco Ho, la Française est parvenue à faire douter Carissa Moore au 3e tour avant que l’Hawaiienne ne mette un décisif coup d’accélérateur en fin de heat.

En repêchage, « Popo » a succombé aux assauts de Silvana Lima, la Brésilienne enfermant la surfeuse basque en situation de combo après seulement dix minutes. Malgré sa lourde défaite ensuite en quarts face à Moore, la vice-championne du monde auriverde 2008 et 2009 signe son retour au premier plan après la grave blessure au genou qui l’a tenue à l’écart des line-ups du WWT la saison passée.

Une fois la finale entre Wright et Moore consommée, les surfeuses du Top 17 prendront rapidement la direction de la Nouvelle-Zélande pour – déjà – la quatrième levée, du 3 au 7 avril, du Women’s World Tour 2013. Quart de finaliste à Margaret River puis cette nuit à Bells, en ayant sorti la locale Nikki Van Dijk au 4e tour (15,03-13,63) avant de subir la loi de Courtney Conlogue (16,93-18,10), la Kiwi Paige Hareb, en grande forme, sera à surveiller de près sur ses terres.

À Bells, le prochain call est fixé ce samedi soir à 21h30 (heure française) avec au programme, outre la finale du contest féminin, le 2e tour (voire plus) de la compétition masculine. La houle est annoncée en hausse (plus de 2 m).

Vincent Martin

Plus d’infos World Tour sur le blog Planète Surf.

Suivez la compétition en Live sur le site du Rip Curl Pro Bell’s Beach.

Image de prévisualisation YouTube

Publicite2

Un commentaire 

Commentaires

    okeana - 2 avril 2013 à 21 h 28 min Répondre

    je suis desoler pour stephanie !! Mais un bravo a toutes les participantes !!!!!!!!!!!!!!

    Signaler un abus