Santé

Une injection anti-noyade

Grâce à une particule développée par des scientifiques américains, il serait possible de survivre momentanément sans respirer.

Publié le 17 mai 2013

S’il s’agit d’un des risques les plus faibles en terme d’accidentologie du surf (à moins de tomber inconscient après un choc à la tête), la noyade est assurément une des plus grandes peurs chez les surfeurs. La peur d’une mort horrible, après l’inhalation d’eau dans nos poumons…
Mais peut-être que tout cela fera bientôt partie de l’histoire ancienne après que des chercheurs d’un hôpital pour enfants de Boston aux États-Unis ont mis au point une microparticule capable d’oxygéner le sang d’un patient une fois injecté directement dans son système sanguin. Les scientifiques affirment que ce procédé fonctionne également lorsque que la capacité d’une personne à respirer est sérieusement entravée, voir complètement empêchée.
Ces microparticules seraient en effet en mesure de maintenir une personne en vie durant 30mn après un incident respiratoire total, via une simple injection. Si la fonction première de cette découverte est de fournir de l’oxygène au cerveau lors d’opérations chirurgicales, le potentiel dans le sauvetage côtier est tout aussi énorme.

Un surfeur sauvé de la noyade en 2010 sur une plage à proximité de New York. © D.R.

Comment ça marche ?
Les microparticules contiennent de l’oxygène emprisonné dans des couches de lipides. Une des particularités des lipides est de pouvoir stocker de l’énergie et de se coller aux membranes des cellules. Les particules ne sont pas plus grandes que 2 à 4 microns (0,002 à 0,004 millimètre) et véhiculent pourtant 3 à 4 fois plus d’oxygène que nos bon vieux globules rouges. Après avoir réussi à maîtriser les risques d’embolie (grâce à des molécules déformables), le produit est désormais fiable selon les chercheurs et ils envisagent de nombreux usages autres qu’en chirurgie. Dans le domaine militaire notamment, on pourrait ainsi imaginer des super-soldats capables de rester immergés plus de 20mn sans accoutrement d’homme-grenouille après une simple piqûre, ou encore de résister à une attaque au gaz sans utiliser de masque.

Exercice de water patrol dans le lagon de Teahupoo lors du Billabong Pro Tahiti. © ASP

Imaginez maintenant l’utilité de telles particules dans les sports nautiques et en particulier lors de sauvetage en mer. Si les lifeguards et autres MNS disposaient de seringues ainsi remplies du précieux sérum, ils pourraient ramener à la vie des noyés ? Ou encore, si les chargeurs en tow-in plaçaient une seringue dans leur lifejacket ou sur le jet-ski, ils pourraient agir sur place en cas d’accident plutôt que d’attendre les secours et un hélicoptère.

Prochaine étape ? Le liquide respirable, comme dans le film Abyss ? Des expériences cliniques existent déjà à partir de liquide contenant de l’oxygène qui une fois inhalé dans les poumons libère son oxygène.

Source : TechWench

6 commentaires 

Commentaires

    Zouz - 19 décembre 2013 à 13 h 44 min Répondre

    Le problème n’est pas de trouver un liquide qui contienne de l’oxygène mais un qui puisse s’adapter à notre système respiratoire, pour rappel l’eau en contient et elle est irrespirable..

    Signaler un abus

    ronan - 17 mai 2013 à 21 h 54 min Répondre

    ok pour l’apport du dioxygène mais ne nous emballons pas, il faut maintenant trouver une molécule capable de stocker ou éliminer le CO2… mais grande avancée pour le traitement des urgences.
    Revers de la médaille pour le sport, un avenir possible pour le dopage

    Signaler un abus

    adri - 17 mai 2013 à 15 h 45 min Répondre

    Dans ce cas la tout le monde pourrais surfer nazaré, belharra et autres spots avec du fond?

    Signaler un abus

    max - 17 mai 2013 à 12 h 25 min Répondre

    Je ne comprends pas, est ce que ce produit à un effet retro actif ? Il me semble logique que la piqure doit etre réalisée avant la noyade (en prévention avant une session de gros par exemple).
    Mais récupérer une personne noyée depuis plusieurs minutes et lui injecter le produit et injecter le produit ? Je ne vois pas comment le produit peut réanimer la personne ?

    Je ne sais pas si je suis clair ^^

    Signaler un abus

      max - 17 mai 2013 à 12 h 26 min Répondre

      Désolé pour les répétition j’écris depuis mon tel

      Signaler un abus

      antoine - 17 mai 2013 à 15 h 11 min Répondre

      Les microparticules doivent être délivrées obligatoirement dans la circulation sanguine pour être efficace. Il faut donc pouvoir réaliser une injection intra-veineuse. Pas facile sur un jet ski (-:)!!! Mais cela reste très intéressant pour la réanimation médicale. Le futur…

      Signaler un abus