ASP Prime

US Open : Carissa Moore et Alejo Muniz s’imposent

Cette victoire permet à l'Hawaiienne de reprendre la tête du classement à 2 étapes du terme.

Publié le 29 juillet 2013

Mais où est Carissa ? Happée par la foule, la gagnante de l'US Open savoure son triomphe, doigt levé vers le ciel. Photo © ASP / Rowland

Presque un an après sa défaite en finale de l’US Open of Surfing face à Lakey Peterson, Carissa Moore a pris une éclatante revanche – après avoir déjà sorti samedi l’Américaine en quarts –, dimanche soir, sur ce même spot d’Huntington Beach : l’Hawaiienne de bientôt 21 ans (le 27 août) a remporté dans la « Surf City » la sixième levée du Women’s World Tour.

La détermination qu’elle affichait sur son visage radieux et concentré depuis le début de la semaine n’était donc pas feinte. Et ni Pauline Ado en demi-finales (10,23-14,70) ni Courtney Conlogue en finale (15,27-16,00) ne sont parvenues à dévier la championne du monde 2011 de sa trajectoire gagnante.

Déjà lauréate cette saison à Margaret River et à Bells Beach, C-Moore reprend à Tyler Wright (Aus), tombée en demi-finales face à Conlogue, la tête du classement du WWT à deux étapes du terme. Moore (48200 pts), Wright (2e, 46500 pts) voire Conlogue (3e, 40100 pts) ou qui sait encore l’Aussie Sally Fitzgibbons (4e, 39400 pts), la reine 2013 du surf mondial se trouve parmi ces quatre filles-là.

Carissa Moore s'est parfaitement accommodée des petites vagues californiennes. Photo © ASP / Rowland

Cisaillant énergiquement les aussi rares que coutumières petites vagues californiennes (1 mètre), la surfeuse d’Honolulu n’a d’abord jamais laissé entrevoir à Pauline Ado une possible qualification pour la première finale de sa carrière sur le Tour. Tout juste la Française avait-elle réussi à réduire l’écart (7,77 points) avec son adversaire à onze minutes de la sirène que cette dernière enquillait les manoeuvres sur une longue droite pour scorer un… 7,77 ! Fin de la (belle) aventure de l’Hendayaise en Californie.

« Je suis un peu déçue par ma série d’aujourd’hui », réagissait à chaud Pauline Ado, désormais 10e dans la hiérarchie du WWT et totalement relancée dans la course au maintien (lire classement ci-dessous). « Je n’ai pas trouvé les bonnes vagues et je n’ai pas le sentiment d’avoir surfé du mieux que je pouvais. Mais je retiens ma très bonne semaine ici et cette 3e place finale qui me met en meilleure position avant les deux dernières étapes en Europe (lire ci-dessous). »

Et si Courtney Conlogue se mêlait à la course au titre mondial, avec Moore et Wright ? Photo © ASP / Rowland

En finale de cet US Open, Courtney Conlogue (USA) a, elle, eu beau finir le heat en boulet de canon et poster ses deux meilleures notes dans le money time (7,50 et… 7,77 décidément), l’ouragan Carissa était déjà passé par là. Une première gauche saupoudrée de plusieurs turns et (généreusement ?) notée 8,17 après moins de cinq minutes suivie quelques instants plus tard d’une droite lui octroyant un 7,83 et l’Hawaiienne avait déjà inscrit le total suffisant à son triomphe. Dur pour Courtney… Même Carissa en convenait.

« Pour être honnête, je suis encore sous le choc », concédait l’Hawaiienne de chez Hurley à sa sortie triomphale de l’eau. « Je pensais que Courtney allait remporter la finale lorsque la foule a explosé sur sa dernière vague. Je l’ai laissée la prendre et c’était une mauvaise décision de ma part. Finalement, elle ne m’a pas été fatale et j’en suis heureuse. J’étais très nerveuse à la fin du heat. C’est un véritable honneur de gagner ici, devant tant de monde. Je suis ravie ! »

« J’ai essayé d’être progressive et de surfer de mon mieux, mais Carissa a vraiment bien surfé en finale », reconnaissait la Californienne, pas plus abattue que ça par sa défaite en finale. « Cette deuxième place est quand même encourageante et je suis impatiente maintenant de revenir en Europe. »

Traditionnelle cérémonie du "champagne" sur le podium entre Carissa et Courtney. Photo © ASP / Rowland

Car la lutte pour le titre mondial se poursuivra désormais en France, du 24 au 30 septembre, à Hossegor où le Roxy Pro prendra ses quartiers après l’échec de sa tenue à Biarritz, mi-juillet.

Avant cela, bon nombre de surfeuses du Top 17 participeront à un ou plusieurs des trois Stars 6 étoiles qui jalonneront le mois d’août : le Supergirl Pro à Oceanside Pier (Californie) du 2 au 4 août, le Swatch Girls Pro France à Hossegor du 21 au 25 août et le Pantin Classic Galicia Pro (Espagne) du 27 août au 1er septembre. Autant d’occasions pour les surfeuses de l’élite en quête de maintien et actuellement hors du top 10 salvateur (les Blanchard, Manuel, Erickson, Hareb, Lima, Woods…) et les autres d’engranger de précieux points au Ranking.

Alejo Muniz en avait bien besoin

2798756484

Samba pour Alejo Muniz, vainqueur en finale du Prime californien de Kolohe Andino (lycra rouge). Photo © ASP / Rowland

Il a levé les bras au ciel, comme pour associer une force supérieure à la victoire qu’il venait de cueillir dans ce Vans US Open of Surfing 2013. Eu égard à son début de saison catastrophique sur le World Tour (il est 31e après cinq étapes), Alejo Muniz n’était pas le plus attendu des pensionnaires de l’élite à Huntington Beach. Sans faire trop de bruit, le Brésilien de 23 ans au style désarticulé s’est pourtant adjugé, dimanche soir, le quatrième Prime de l’année, lui qui avait déjà atteint (et perdu) la finale à Merewether en février. Deux résultats qui devraient le mettre à l’abri au World Ranking d’une éventuelle relégation du Top 34.

« Je suis tellement heureux de gagner ici, je ne peux pas y croire », souriait à pleines dents le surfeur auriverde originaire… d’Argentine, dont la dernière victoire remontait à 2011, au Prime brésilien de Fernando de Noronha. « Ce jour marque le quatrième anniversaire de la mort de mon grand-père et je lui dédie cette victoire. C’est la plus importante de ma carrière. Je n’avais jamais évolué auparavant devant une foule aussi dense. J’ai surfé de manière intelligente tout au long de la semaine, je suis content de ce que j’ai pu faire après une première moitié de saison plus difficile. En finale, avec la marée haute, il n’y avait pas beaucoup de vagues. Mais l’océan a coopéré avec moi pour me permettre de scorer les deux notes dont j’avais besoin. »

376471575

Alejo Muniz, un style particulier et... désarticulé, mais gagnant. Photo © ASP / Rowland

L’océan et… les juges qui ont préféré sa droite à manoeuvres – certes appuyées et précises – conclue d’une chute (8,43) à l’incroyable combinaison turns + air reverse grab de Kolohe Andino (7,77… encore !), qui n’en a pas rajouté à l’issue de cette finale 100 % Hurley, félicitant même son bourreau quelques secondes avant la sirène (16,23-14,54). Allez comprendre… « Félicitations à Alejo », ne s’étendra pas beaucoup plus le Californien. « Il a surfé d’une manière incroyable cette semaine. J’aurais bien sûr voulu gagner la finale mais il m’a manqué une deuxième bonne vague. » Pour l’ensemble de son oeuvre dans cet US Open, néanmoins, chapeau Andino !

Quid de Michel Bourez ? Le Tahitien est finalement resté à quai en quarts de finale face à Bede Durbidge. Oh, pour rien ou plutôt… 0,07 point (10,43-10,50) favorable à l’Australien à l’issue d’une série « roulette-russe » disputée sur un spot sans âme.

2989174295

Impressionnant tout au long de la semaine, Kolohe Andino a buté sur la dernière marche. Photo © ASP / Rowland

Avec la présence de sept surfeurs du Top 34 en quarts de finale de cet US Open, la bonne opération au World Ranking est sans conteste à mettre au crédit de Matt Banting. Demi-finaliste en ayant éjecté au passage Jordy Smith (AFS) en quarts, le jeune Australien bondit du 92e au… 41e rang et peut dorénavant envisager participer à la bataille pour les places qualificatives pour le World Tour 2014.

Côté français, Marc Lacomare et Vincent Duvignac profitent chacun de leur huitième de finale californien pour progresser au classement : « Marco » (23e) consolide sa place dans les qualifiés potentiels pour l’élite tandis que « Duvi » surgit à la 69e place alors qu’il végétait à la… 137e avant le Prime d’Huntington. Sorti un tour plus tôt que les deux Landais, Charly Martin monte, lui, à la 88e place. Un contest tout bénef’ pour les Français !

Hors surfeurs du World Tour et outre Lacomare, le Basque-Espagnol Aritz Aranburu (18e), les Brésiliens Jadson Andre (20e) et Willian Cardoso (29e) ainsi que les Australiens Mitch Coleborn (21e), Mitch Crews (22e) et Dion Atkinson (26e) naviguent provisoirement dans les eaux d’où émergeront, en fin de saison, les promus pour le WT 2014.

Image de prévisualisation YouTube
Les résultats, points et classements :

WOMEN’S WORLD TOUR

La finale :
1. Carissa Moore (HAW) 16.00
2. Courtney Conlogue (USA) 15.27

Les demi-finales :
DF 1 : Courtney Conlogue (USA) 16.07 def. Tyler Wright (AUS) 11.33
DF 2 : Carissa Moore (HAW) 14.70 def. Pauline Ado (FRA) 10.23

ASP Women’s World Tour 2013 :

1. Roxy Pro Gold Coast, Australie : Tyler WRIGHT (Aus)
2. Drug Aware Margaret River Pro, Australie : Carissa MOORE (Haw)
3. Rip Curl Pro Bells Beach, Australie : Carissa MOORE (Haw)
4. TSB Bank NZ Surf Festival Taranaki, Nouvelle-Zélande : Courtney CONLOGUE (USA)
5. Colgate Plax Girls Rio Pro, Brésil : Tyler WRIGHT (Aus)
6. Vans US Open of Surfing, États-Unis (Californie) : Carissa MOORE (Haw)
7. Roxy Pro, France (à Hossegor) : 24 – 30 septembre
8. EDP Cascais Girls Pro, Portugal : 3 – 7 octobre

Le classement du Women’s World Tour après le Vans US Open of Surfing (6/8) :

1. Carissa Moore (HAW), 48200 pts
2. Tyler Wright (AUS), 46500 pts
3. Courtney Conlogue (USA), 40100 pts
4. Sally Fitzgibbons (AUS), 39400 pts
5. Stephanie Gilmore (AUS), 30450 pts
6. Lakey Peterson (USA), 28900 pts
7. Coco Ho (HAW), 28150 pts
8. Bianca Buitendag (AFS), 26650 pts
9. Laura Enever (AUS), 24150 pts
10. Pauline Ado (FRA), 23200 pts
11. Alana Blanchard (HAW), 21900 pts

18. Alizé Arnaud (FRA), 1750 pts
Consultez le classement complet sur le site de l’ASP

À noter : Seuls les six meilleurs résultats de chaque surfeuse sont conservés à l’issue de la saison.
À l’issue de la saison, les surfeuses qui terminent dans le top 10 du Women’s World Tour sont requalifiées pour l’année suivante, auxquelles s’ajoutent les six mieux classées du World Ranking (hors top 10 du WWT) et une wild card permanente.

2790860200

Une foule dense, massée sur la plage et sur le fameux Pier, a assisté au jour final de l'US Open. Photo © ASP / Rowland

PRIME

Finale :
1. Alejo Muniz (BRÉ) 16.23
2. Kolohe Andino (USA) 14.54

Les demi-finales :
DF 1 : Kolohe Andino (USA) 14.00 def. Bede Durbidge (AUS) 11.76
DF 2 : Alejo Muniz (BRÉ) 14.00 def. Matt Banting (AUS) 11.50

Les quarts de finale :
QF 1 : Kolohe Andino (USA) 14.66 def. Adriano de Souza (BRÉ) 13.27
QF 2 : Bede Durbidge (AUS) 10.50 def. Michel Bourez (PYF) 10.43
QF 3 : Matt Banting (AUS) 10.70 def. Jordy Smith (AFS) 9.30
QF 4 : Alejo Muniz (BRÉ) 13.64 def. Nat Young (USA) 5.83

ASP Prime 2013 :

1. Drug Aware Margaret River Pro, Australie : Dusty PAYNE (Haw)
2. Quiksilver Saquarema Prime, Brésil : Mitch COLEBORN (Aus)
3. Mr Price Pro Ballito, Afrique du Sud : Julian WILSON (Aus)
4. Vans US Open of Surfing, États-Unis : Alejo MUNIZ (Bré)
5. Azores SATA Airlines Pro, Portugal : 3 – 8 septembre
6. Cascais Pro, Portugal : 21 – 27 octobre
7. Reef Hawaiian Pro, Hawaii : 12 – 23 novembre
8. Vans World Cup of Surfing, Hawaii : 24 novembre – 6 décembre

Vincent Martin
Plus de news compétitions sur son blog Planete Surf

Comments are closed.