Publicite1

ASP Star, Interview

Charly Martin : L’objectif reste de me qualifier

Forcément comblé après sa victoire à Lacanau (WQS 5*), le Guadeloupéen, 53e mondial, reste concentré sur la suite de sa saison. Interview.

Publié le 20 août 2013

Charly Martin a mis fin à la belle série brésilienne sur les plages de Lacanau et succède, quatre ans après, à son pote Joan Duru. Après un début de saison difficile, il enchaîne au cœur de l’été avec cette victoire au Soöruz Lacanau Pro, après une belle 17e place à l’US Open. Il fait le point pour Surf Session sur cette belle performance et  l’état de ses motivations. L’occasion de faire passer des messages.

Quel bilan de la compétition ?

C’était cool, bonne semaine. Au début, il n’y avait pas de vagues, on a beaucoup attendu, donc ce n’était pas évident. Mais on a quand même eu deux jours de bon surf, et je suis vraiment content d’avoir gagné. Notamment parce que j’ai beaucoup travaillé. Je me suis entraîné durement et cette victoire fait du bien. L’objectif est rempli mais ce n’est qu’un début pour moi, parce que la saison est encore longue. Je vais donc continuer à m’entraîner pour pouvoir enchaîner.

Le fait d’être le seul Français en course après avoir éliminé Joan t’a-t-il mis une pression particulière ?

Non, je n’ai pas eu de pression par rapport à ça, je n’y ai même pas pensé. Je suis habitué à être le seul Guadeloupéen sur les compétitions, donc ça ne m’a pas gêné. Au contraire, la série contre Joan (éliminé pour 0,26 point en 1/8, ndlr), c’était serré et je suis passé in extremis. C’est dommage parce qu’on aurait pu avoir une meilleure tactique afin de passer tous les deux. Mais Joan m’a donné la force avant de partir pour la série suivante.

Le vainqueur, avec 2000 points de plus au classement à la sortie de l'eau.

Comment tu te sens en ce moment ? En forme ?

Un peu fatigué aujourd’hui, après la fête d’hier soir (avant-hier, ndlr). Mais sinon, je me sens bien cette année. Je fais du yoga, je surfe beaucoup. J’évite de sortir, j’ai une bonne hygiène de vie. J’essaye d’être dedans tous les jours, de me lever tôt, de surfer. J’ai passé du temps à l’US Open, à Lacanau, et je vais essayer de continuer à surfer comme ça.

“Joan m’a donné la force avant de partir pour la série suivante. »

Comment as-tu surfé à Lacanau ? Qu’as-tu privilégié ?

J’ai surtout surfé pour les points, je me suis concentré là dessus. Je voulais prendre des points sur les compétitions. Le début d’année a été difficile mais cette victoire à Lacanau n’est qu’une étape pour moi. L’objectif reste de me qualifier sur le WCT, donc j’essaye d’aller dans ce sens au fil des compétitions.

Comment tu gères ton budget malgré l’absence de sponsor principal (de toute façon dur à trouver vu la crise) ?

Je passe des tours, j’ai un peu d’argent des sponsors qui me restent. Une petite entreprise qui commence à tourner en Guadeloupe. Je ne mange pas au resto, je fais des courses, pas beaucoup de sorties, je dépense au minimum. Je continue à voyager. Même si les mags et les sponsors ne répondent pas présent, je continue.

“Lacanau n’est qu’une étape pour moi. L’objectif reste de me qualifier sur le WCT.”

Quel est ton programme pour les prochaines semaines ?

Je vais aux Açores du 3 au 8 septembre (SATA Airlines Pro). Je vais m’entraîner à fond, continuer de faire ce que j’ai fait à Huntington et Lacanau, mais aussi profiter du moment. Je veux être à fond dans chaque compet, dans chaque série. Je fais toujours le maximum.

Après quelques jours d'attente, Charly a trouvé la bonne formule sur les bancs canaulais

Quelles sont tes ambitions pour la suite ?

L’objectif reste de me qualifier, il faut passer par des étapes comme Lacanau pour réussir. Ce n’était pas une finalité mais je suis content d’avoir gagné en France, pour le public, ceux qui me suivent, ça fait plaisir.

Le mot de la fin ?

Je remercie les gens qui m’ont aidé depuis tout petit et qui continuent à croire en moi malgré tout ce qui s’est passé dans ma carrière. Ça fait longtemps que je n’ai pas de parution dans les mags (dernière en date pour Surf Session en mai 2013, après une interview de 8 pages fin 2012 alors qu’il venait de perdre son sponsor… ndlr), alors que je suis un des surfeurs européens à faire le plus de parus à l’étranger. Il y a beaucoup de bons surfeurs en Europe, qu’on ne montre pas forcément alors que ça devrait être le cas.

Propos recueillis par Florian Darruyre

Publicite2

Un commentaire 

Commentaires

    Nico - 20 août 2013 à 10 h 44 min Répondre

    Bravo!
    Du point de vue du public amateur c’est plus agreable de suivre Charly qui sait garder la tete froide et continuer a aller de l avant malgre tous les aleas de la vie que des as de la muscu qui montrent leurs abdos a tour de bras (proteines).
    Croisé plusieurs fois a l eau il a toujours un mot sympa et on aimerait le voir plus souvent dans les magazines aussi.
    On est pas pote ni de la meme famille, aucune connivence juste un point de vue.
    Encore bravo!

    Signaler un abus