Extrait Mag

Le plastique : invasion au cœur des océans

Le plastique est loin d'être fantastique lorsqu'il envahit la Planète, et notamment ses océans. Extrait du dossier environnement du mag de septembre.

Publié le 14 septembre 2013

Photo : Ronan Gladu

Le plastique est partout, même dans des endroits reculés où l’on ne connaît pas son existence. Partie d’une bonne intention, cette invention est devenue l’un des pires ennemis de la planète, et notamment des océans. Au point d’en devenir parfois un continent…

Par Marie-Amélie Néollier

« Le plastique c’est fantastique », rappelez-vous cette célèbre chanson des années 80. Tout était dit, le plastique, matériau révolutionnaire, prenait alors une place majeure dans nos quotidiens.

Omniprésent dans nos véhicules, nos habitats ou en cosmétique, le monde de la glisse n’est pas en reste : planches, combinaisons, leashs, maillots, il parait difficile de nous en passer. Mais voilà, cette surconsommation plastique a très rapidement laissé une empreinte toxique indélébile sur et dans nos plages et océans. Aujourd’hui, la pollution par les déchets plastiques représente 70 % à 90 % de ce qui est collecté à travers le monde. Rappelons aussi que 100 % des déchets sont d’origine humaine.

Pourquoi autant de plastique ?

Sa production industrielle a débuté dans les années 50 et de nos jours, il est considéré comme une composante essentielle de l’économie mondiale. Avec une production multipliée par 10 en moins de 50 ans, il est le reflet de la société de consommation actuelle.

Né d’un enchaînement de procédés chimiques sur les hydrocarbures, il a des qualités incomparables. Solide ou souple, coloré, c’est un vrai raz-de-marée plastique qui déferle dans notre quotidien. En Europe, on estime qu’environ 47 millions de tonnes annuelles de produits plastiques sortent des usines.

Autour de ce matériau se sont développés de nombreux métiers. De sa production, sa vente à son recyclage, il permet l’emploi de près d’1,5 millions de salariés en Europe.

Il s’est rapidement avéré que la courte durée d’utilisation de ce matériau allait poser un problème. Surconsommation, rejet d’objets dans le milieu naturel, il collectionne les atteintes directes à l’environnement. Industriels, politiques, consommateurs et associations ont chacun leur propre version de la problématique déchets plastiques. Chacun tirant logiquement la couverture à lui, les initiatives positives et collectives sont peu nombreuses. Pendant longtemps protégé par les lobbyings industriels, on a cependant très récemment vu un virage s’amorcer, mais pas la peine d’applaudir pour autant, la tâche sera longue et difficile.

Quelques initiatives ponctuelles font quand même parler d’elles. On a vu fleurir dans nos rayons des « bioplastiques ». Ils représentent 1 % des plastiques distribués sur le marché. Créés à partir de matières végétales comme l’amidon de maïs, de riz ou de canne à sucre, l’utilisation de ces nouveaux matériaux reste très marginale.

L’industrie de la glisse a également travaillé sur cet aspect et des planches écoconçues ont vu le jour dans les ateliers comme chez Notox ou dans les locaux de l’entreprise bretonne Kaïros. Mais les initiatives sont très locales, pas de quoi détrôner les millions de planches en plastique vendues à travers le monde à tous les apprentis surfeurs !

[---]

Retrouvez l’intégralité du sujet dans le Surf Session de septembre, actuellement en kiosque.

> Découvrez le sommaire du mag

> Commandez ce numéro

> Téléchargez le mag sur l’Appstore (pour iPad/iPhone) et sur GooglePlay (pour tablettes/smartphones sous Android)

> Abonnez-vous à Surf Session

Un commentaire 

Commentaires

    Tristan Guilbaud - 14 septembre 2013 à 10 h 05 min Répondre

    La solution !! : http://www.rtbf.be/info/societe/detail_un-ado-compte-extraire-7-millions-de-tonnes-de-plastique-des-oceans?id=7959523

    Signaler un abus