Interview

Wavegarden : l’avis de Duvi

Vincent Duvignac est en fait comme nous tous : il rêve d'avoir sa vague artificielle dans son jardin...

Publié le 18 septembre 2013

© Falling Angels Prod

 

Que penses-tu du concept du Wavegarden, dans sa globalité ?

Quand j’étais gamin, je dessinais des droites et des gauches parfaites sur mes cahiers, et je me rappelle faire surfer des mini planches sur les tapis de la maison. Quand je suis arrivé au Wavegarden, j’ai de suite pensé à ces vagues parfaites qui pouvaient dérouler à la perfection, mécaniquement…

Ce concept unique est tout simplement génial, car il permet de surfer de dos ou de face une vague qui déroule parfaitement, sans danger et sans déformation du plan d’eau. C’est l’outil parfait pour pouvoir progresser, quel que soit le niveau du pratiquant.

Quel est ton avis sur la vague ?

La vague n’est vraiment pas facile à surfer la première fois, du fait qu’elle soit creuse et parfaite. Il y a un rythme précis à avoir, et on ne peut se permettre de trop descendre lors des bottom turns ou de monter trop haut dans la vague… Une fois les réglages effectués, la vague est vraiment ludique et permet de répéter ses gammes. Cependant, elle mériterait une petite section pour casser la perfection du déroulement et permettre de varier davantage les manœuvres.

Penses-tu que cela puisse apporter une aide technique à des surfeurs de niveau pro comme toi ?

J’ai passé 2h à surfer au Wavegarden, et dès les premières vagues j’ai réussi à analyser mes défauts du moment, j’ai essayé de m’améliorer, et j’ai compris ce que je devais bosser en préparation physique et sur certaines de mes boards. Donc oui, je pense que cela peut apporter une aide monumentale pour les surfeurs pro soucieux d’améliorer leur style, la décomposition des mouvements, ou encore l’efficacité de chaque appui… C’est un merveilleux laboratoire pour la technique, mais il ne faut pas oublier que cette partie représente 50 % de notre sport. Le sens marin est primordial dans le surf du fait que l’on dépende des conditions météorologiques, de vagues et de marées, ce qui explique qu’un surfeur passe autant de temps dans l’eau sans en être dégoûté…

Aimerais-tu en avoir une à Mimizan, ou penses-tu que c’est un concept pour les villes sans vague ?

Il serait génial de temps en temps de pouvoir aller surfer des vagues faciles près de la maison, d’essayer des planches et répéter ses gammes, lorsque les conditions à l’océan ne le permettent pas, ce qui est trop souvent le cas en hiver par exemple. Un Wavegarden à Mimizan à la place d’autres infrastructures ou projets inutiles… je dis oui. Un Wavegarden en ville ou près des côtes, c’est un vrai débat, mais ce qui est certain selon moi, peu importe son emplacement, il contribuerait à l’euphorie des pratiquants, quel que soit leur niveau.

© Falling Angels Prod

Retrouvez l’avis de la rédaction sur le Wavegarden dans le Surf Session de septembre, actuellement en kiosque.

> Découvrez le sommaire du mag

> Commandez ce numéro

> Téléchargez le mag sur l’Appstore (pour iPad/iPhone) et sur GooglePlay (pour tablettes/smartphones sous Android)

> Abonnez-vous à Surf Session

Commentaires