World Tour

Hurley Pro : Michel Bourez passe en quarts

Le Tahitien s'est imposé devant Fanning et pourrait bien le retrouver en quarts. En revanche, fin de parcours pour Slater, Parko et Flores...

Publié le 18 septembre 2013

gudauskas

L'immense sourire de Pat Gudauskas, tombeur de Kelly Slater. Photo ASP / Kirstin

L’hégémonie de Kelly Slater à Trestles a vécu. Triple vainqueur en titre du Hurley Pro et lauréat de six des huit derniers contests organisés sur le spot californien, au passage encore d’une infinie mollesse (1 mètre et moins) ce mardi, l’Américain a chuté de son trône dès le 3e tour. Dans le rôle du pousseur décomplexé, son compatriote Pat Gudauskas. Déjà tombeur au 2e tour d’Adrian Buchan, victorieux de l’épreuve précédente à Tahiti, le surfeur de San Clemente a eu raison dans la foulée du finaliste. Joli doublé.

Grâce à sa parfaite connaissance du spot, Gudauskas a, une nouvelle fois, opéré une sélection stricte de ses tentatives : cinq vagues face à « Ace » la veille, trois seulement contre le King. Sur sa toute première, « Gudang » a posé deux gros rollers backside à midi pour récolter un 8,50. Kelly a ensuite eu beau se démener (11 vagues en tout !) et tenir longtemps les rênes du heat, Pat Gudauskas les lui a chipées à moins de dix minutes du buzzer en scorant un 6,73 sur une gauche détruite de plusieurs turns avant d’accentuer son avance sur une droite conclue d’un aerial (7,07).

Malgré deux nouvelles vagues prises dans le money time (dont une à 7,10 alors qu’il visait un 7,88), Slater a quitté le line up tête basse. Au large, son bourreau a pu savourer à renfort de grandes claques dans l’eau son inattendu crime de lèse-majesté (15,57-14,80).

gudauskas

Pat Gudauskas, sélectif mais efficace. Photo ASP / Kirstin

Slater : « Plus de marge de manoeuvre »

« Je savais que je devais la jouer finement« , confiait Pat Gudauskas, remplaçant enfin efficace après trois 25es places sur la Gold Coast, à Bells Beach et à Tahiti ainsi qu’une 13e à Rio. « Je suis vraiment heureux d’avoir gagner ce heat car cela relance mes chances de qualification. C’était vraiment spécial d’avoir tous mes proches sur la plage qui m’encourageaient sur chaque vague. »

Pour Kelly, assuré de perdre son leadership au classement du World Tour au profit de Fanning, le coup est rude et le chemin vers une douzième couronne mondiale subitement plus sinueux. « Je suis content pour Pat, c’est un grand surfeur qui a souvent été du côté des perdants pour pas grand-chose, il est temps que la roue tourne en sa faveur« , n’oubliait-il pas d’abord de féliciter son vainqueur du jour. Avant de faire les comptes : « Ça reste une déception pour moi. J’ai désormais trois mauvais résultats cette saison (avec sa 13e place à Bells et sa 9e à Bali, NDLR) et je n’ai donc plus aucune marge de manoeuvre (à la fin de la saison, seuls les huit meilleurs résultats sur dix sont retenus pour établir le classement final du World Tour, NDLR). »

slater

Kelly Slater partira de Trestles sans le trophée du vainqueur sous le bras pour la première fois depuis 2009. Photo ASP / Kirstin

Il en va de même pour le champion du monde en titre Joel Parkinson (Aus). L’Australien à la barbe désormais bien fournie n’a jamais trouvé le bon rythme sur un spot nivelant outrageusement les valeurs, ce dont a parfaitement su tirer partie son compatriote Adam Melling (14,67-10,60). Pour Parko, le doublé s’éloigne.

D’autant plus que Mick Fanning (Aus) et Jordy Smith (AFS) ont tous les deux franchi dans le même temps ce décisif écueil du 3e tour. Cependant, non sans difficulté : pour 0,30 point, le « White Lightning » a forcé à redescendre de son nuage le Brésilien Alejo Muniz (15,17-14,87), brillant tombeur au tour précédent de John John Florence. « J’étais vraiment nerveux sachant ce qu’il venait de se passer (l’élimination de Slater, NDLR) », soufflait Fanning, déjà garanti de quitter la Californie avec la première place du World Tour. « Alejo surfe incroyablement bien depuis quelques mois et j’étais inquiet avant de l’affronter. Mais je m’en suis bien sorti. »

fanning

Mick Fanning est déjà assuré de reprendre la tête du World Tour. Photo ASP / Kirstin

Quant à Jordy, le Sud-Africain a rendu plus triste que les pierres un Brett Simpson terriblement motivé après avoir dominé Slater et Reynolds au 1er tour, mais impuissant devant les remarquables et intenses enchaînements de turns du 4e mondial (17,00-15,87). « Brett vient d’Huntington et il n’a pas de difficulté à surfer de si petites vagues« , ciblait « J-Dog ». « De mon côté, je dispose d’une planche vraiment très bien adaptée à ce genre de conditions, que j’avais d’ailleurs déjà utilisée à l’US Open. Ce Hurley Pro doit me dire si je suis oui ou non encore dans la course au titre mondial. » Vu les événements, on aurait tendance à répondre oui.

Bourez fracasse, Florès dans l’avion

Destins croisés pour les deux Français au 3e tour de ce Hurley Pro. Premier en action au line up, Jérémy Florès retrouvait Kai Otton (Aus) qu’il avait éliminé l’an passé au même stade de la compétition avant que l’Australien ne prenne sa revanche à Bells Beach en avril dernier. La belle est tombée dans l’escarcelle du surfeur aussie (15,17-14,07), ultra sélectif dans ses choix de vagues (quatre seulement) et mis sur orbite par une première droite saupoudrée de quatre turns (généreusement notée 7,07) avant de lâcher les manoeuvres sur une gauche dans les dix dernières minutes (8,10).

flores

Encore un contest à oublier pour Jérémy Florès. Un de plus... Photo ASP / Kirstin

Plus dans la quantité que dans la qualité, le Réunionnais n’a, une fois de plus, pas séduit les juges autant qu’il l’aurait espéré, malgré plusieurs turns ciselés. « J’ai changé mon vol, je pars d’ici. Direction l’Europe. Trop de négatif. Besoin d’un peu de temps en famille. Mais la vie est belle« , s’est-il empressé de communiquer sur Twitter. Quinzième au classement du World Tour avant la manche californienne, JF reste sous la menace d’une non-requalification après cette quatrième élimination de la saison au 3e tour. Et le Quiksilver Pro France (26 septembre – 6 octobre), qui se profile désormais à l’horizon, ne lui a encore jamais trop réussi. Ce sera pourtant le moment d’inverser la tendance.

Inverser la tendance, Michel Bourez sait faire. Adepte cette année des montagnes russes, le Tahitien n’a pas encore digéré sa sortie de vague précoce à Teahupoo en août. Alors, comme à Bali fin juin (où il a atteint la finale…), le « Spartan » a mis en route la machine à broyer les mini-ondes de Trestles. Et ça marche ! Certes, Sebastian Zietz (Haw) lui a donné du fil à retordre au 3e tour, mais le Français a pris son temps pour élire les vagues à fracasser : une gauche après dix minutes de heat pour scorer un 7,67 puis une droite dans les dix dernières (6,27) et le tour était joué (13,94-13,80).

bourez

Michel Bourez en mode "arme de destruction massive". À Bali, cela l'avait conduit en finale... Photo ASP / Kirstin

Wilson est très (très) « show »

Le reste du 3e tour a vu les disparitions surprises de Gabriel Medina (Bré), piégé dans les derniers instants par un CJ Hobgood (USA) bougon mais au final content (lire résultats ci-dessous), et de Nat Young (USA), qui s’est pris en pleine poire le mur Travis Logie (AFS), auteur de la top vague du round sur une intense combinaison de turns (9,47). Impressionnant de calme et d’aisance, Taj Burrow (Aus) a mis un terme (16,20-14,67) à la cavalcade du fougueux Kolohe Andino (USA) tandis que Fred Patacchia (Haw), surpuissant la veille au 2e tour, s’est littéralement désintégré pour servir sur un plateau (9,43-16,00) la qualification à Adriano de Souza (Bré).

« Mineirinho » sera ainsi le seul Brésilien présent au-delà de ce 3e tour même si Filipe Toledo est passé tout près d’éjecter Julian Wilson (Aus). Depuis le début de ce Hurley Pro, l’Australien a du feu sous la planche et l’a encore prouvé ce mardi en alignant les combinaisons ultra-rapides de turns et quelques aerials de folie. Malmené par le rookie auriverde, « J-Dub » a trouvé les ressources nécessaires pour scorer un 9,10 dans le money time alors qu’il chassait un 8,15 pour sauver son lycra (17,03-16,07). Sans aucun doute, LA série « man on man » du contest jusqu’alors tant Toledo et Wilson se sont rendus coup pour coup, turn pour turn, air pour air.

Josh Kerr (Aus), enfin, a ôté tout espoir – au moins pour cette année – à son compatriote Bede Durbidge de soulever une seconde fois (après 2006) le trophée sur la plage de Lower Trestles en l’éjectant sans ménagement 14,67-11,93.

wilson

Julian Wilson. Photo ASP / Rowland

Bourez prend le quart, Smith, Gudauskas et Wilson aussi

Disputé dans la foulée du 3e tour, le 4e tour « no loser » a permis à quatre surfeurs de rallier directement les quarts de finale (lire résultats et tableaux ci-dessous) : Jordy Smith, Pat Gudauskas, sur la lancée de son coup d’État du 3e tour, Michel Bourez et Julian Wilson. Avec un total de 19,07, ce dernier s’est un peu plus encore positionné comme le favori du contest. En atteste, vidéos à l’appui, ces deux vagues notées 9,20 et 9,87. Attention, festival d’aerials :

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

Grosse performance également de Bourez, qui ne s’est pas fait prier pour envoyer en repêchage Fanning. « Mick est toujours un adversaire redoutable« , commentait le Tahitien, passeport validé pour son troisième quart de la saison après la Gold Coast et Bali. « Je savais ce que j’avais à faire et je m’y suis tenu en scorant en priorité les gauches pour voir ce que ça donnait. J’ai pris un 7,73 sur la première puis un 9,57 et je me suis dis : ‘Wow, ça fonctionne !’ Sauter le repêchage du 5e tour enlève énormément de pression et permet d’emmagasiner de l’énergie pour le dernier jour. »

Et il en aura bien besoin car qui le Français retrouvera en quarts ? Soit Travis Logie, soit… Mick Fanning, opposés en repêchage. Les autres duels du 5e tour verront s’affronter CJ Hobgood et Kai Otton, Adriano de Souza et Taj Burrow ainsi que Adam Melling et Josh Kerr.

Ce mercredi, probable jour final de la compétition, le call est fixé à 16h30 (heure de Paris). Des conditions similaires à celles constatées mardi figurent aux prévisions.

Image de prévisualisation YouTube
Les résultats et les séries à venir :

Le 3e tour (à élimination directe) :
Heat 1 : Jordy Smith (AFS) 17.00 def. Brett Simpson (USA) 15.87
Heat 2 : C.J. Hobgood (USA) 15.30 def. Gabriel Medina (BRÉ) 14.87
Heat 3 : Taj Burrow (AUS) 16.20 def. Kolohe Andino (USA) 14.67
Heat 4 : Adriano de Souza (BRÉ) 16.00 def. Fred Patacchia (HAW) 9.43
Heat 5 : Kai Otton (AUS) 15.17 def. Jérémy Florès (FRA) 14.07
Heat 6 : Patrick Gudauskas (USA) 15.57 def. Kelly Slater (USA) 14.80
Heat 7 : Mick Fanning (AUS) 15.17 def. Alejo Muniz (BRÉ) 14.87
Heat 8 : Michel Bourez (PYF) 13.94 def. Sebastian Zietz (HAW) 13.80
Heat 9 : Josh Kerr (AUS) 14.67 def. Bede Durbidge (AUS) 11.93
Heat 10 : Travis Logie (AFS) 14.47 def. Nat Young (USA) 11.73
Heat 11 : Julian Wilson (AUS) 17.03 def. Filipe Toledo (BRÉ) 16.07
Heat 12 : Adam Melling (AUS) 14.67 def. Joel Parkinson (AUS) 10.60

Le 4e tour (le premier de chaque série qualifié pour les quarts, les deux autres en repêchage) :
Heat 1 : Jordy Smith (AFS) 15.60, C.J. Hobgood (USA) 15.33, Taj Burrow (AUS) 13.23
Heat 2 : Patrick Gudauskas (USA) 15.23, Adriano de Souza (BRÉ) 13.40, Kai Otton (AUS) 13.03
Heat 3 : Michel Bourez (PYF) 17.30, Mick Fanning (AUS) 16.80, Josh Kerr (AUS) 12.93
Heat 4 : Julian Wilson (AUS) 19.07, Adam Melling (AUS) 14.03, Travis Logie (AFS) 12.67

À venir…
Le 5e tour (de repêchage, à élimination directe) :

Heat 1 : C.J. Hobgood (USA) vs. Kai Otton (AUS)
Heat 2 : Adriano de Souza (BRÉ) vs. Taj Burrow (AUS)
Heat 3 : Mick Fanning (AUS) vs. Travis Logie (AFS)
Heat 4 : Adam Melling (AUS) vs. Josh Kerr (AUS)

Les quarts de finale :
Heat 1 : Jordy Smith (AFS) vs. C.J. Hobgood (USA) ou Kai Otton (AUS)
Heat 2 : Pat Gudauskas (USA) vs. Adriano de Souza (BRÉ) ou Taj Burrow (AUS)
Heat 3 : Michel Bourez (PYF) vs. Mick Fanning (AUS) ou Travis Logie (AFS)
Heat 4 : Julian Wilson (AUS) vs. Adam Melling (AUS) ou Josh Kerr (AUS)

toledo

Filipe Toledo a malmené Julian Wilson. En vain pour le Brésilien, éliminé par l'Australien au 3e tour. Photo ASP / Rowland

Suivez la compétition en live sur le site du Hurley Pro Trestles

Vincent Martin
Retrouvez plus d’infos compétitions sur Planète Surf

Commentaires