Extra

Vagues partagées avec Handi-Surf

Peu importe le handicap, la joie de surfer se partage. L'association Handi-Surf œuvre en ce sens.Voir aussi le Duct tape Surfing...

Publié le 1 octobre 2013

Le navigateur (et surfeur) François Gabart et Pauline Ado à la tâche pour Handi-Surf, avec des enfants autistes, à la Côte des Basques à Biarritz. Photo Chopin/Sud-Ouest

Dans sa mission de délégation du sport pour tous, la Fédération Française de Surf renoue avec son action handi-surf, autrefois menée par Bernard Perisset, et depuis cette année relancée activement par Jean-Marc Saint-Geours. Désormais Handi-Surf est une association déclarée, faisant appel aux dons, et qui a délégation de la Fédération pour labelliser les clubs et écoles de surf voulant se donner aussi pour mission de garantir des découvertes du surf aux personnes handicapées. Actuellement trois surf clubs ont ce label, dont Hendaye où, cet été, les moniteurs de Lehena, accompagnée de Pauline Ado, ont fait surfer des enfants malentendants.

Plus récemment, lors des derniers jours de septembre Handi-Surf, présidée désormais par François Gouffrant, a fait surfer, à la Côte des Basques à Biarritz, une dizaine d’enfants autistes ou souffrant de troubles du comportement, venus de centres spécialisés de Biarritz et Cambo-les-Bains. Parrainée par la Macif, Handi-Surf a eu la chance d’avoir pour cette session trois moniteurs de choix avec Pauline Ado, Vincent Duvignac et François Gabart, célèbre vainqueur du Vendée Globe à la voile, mais aussi surfeur quand il a le temps.

« Pour moi, c’était très important d’être là », confie François Gabart dans le journal Sud-Ouest, qui surfe de temps en temps dans les Landes ou en Bretagne, où il vit. « Après ma victoire dans le Vendée globe, j’ai été très sollicité, mais j’ai dû effectuer des choix, parrainer cette association me tenait à cœur. Il est important pour moi de faire partager mon amour de l’océan avec tous ces enfants qui n’ont pas les facilités des autres. Rendre la glisse accessible est un vrai plaisir. »

Inutile de narrer la joie des enfants dont les sourires en dirent long sur ce que peut offrir l’océan quand on aide à le partager. A ce titre, un joli film a été réalisé il y a peu sur l’histoire d’une mère et son fils. Victime d’un accident de voiture, l’Australienne Pascale Honore s’est laissée convaincre par son fils surfeur d’aller surfer avec un copain à lui, Tyron Swan, dans les vagues. Mais pas pour prendre les vagues du bord ! On vous laisse découvrir le Duct Tape Surfing et les choses extraordinaires (mais un peu extrêmes) qu’on peut faire avec un rouleau de tape (entre les mains d’experts, bien sûr).

2 commentaires 

Commentaires

    okeana - 3 décembre 2013 à 13 h 40 min Répondre

    Je trouve que c’est une super idée ! Au moins ils ne se sentent pas « génés » par leur handicap,ça ne les empeches pas de vivre des moments magique,d’être heureux tout simplement !
    Encore Bravo pour ceux qui ont eu cette idée !

    Signaler un abus

    Saint Geours - 1 octobre 2013 à 12 h 24 min Répondre

    Vous pouvez nous suivre sur la page Facebook , ainsi que sur le site . Vous trouverez dans fond de dotation rubrique faire un don ( possibilité de defiscaliser ) . Nous sommes à la recherche de partenaires n hésitez pas à me contacter . 06 81 60 05 53 . Merci

    Signaler un abus