Extrait Mag

Carrière : le virage d’Alain Riou

Extrait de l'interview du Tahitien qui, sans contrat depuis fin octobre, envisage une nouvelle vie de free surfeur...

Publié le 9 novembre 2013

Alain Riou, Teahupoo - © Ben Thouard.

Présent sur les plus gros swells de l’année, en Irlande, à Teahupoo ou à Nias récemment, le trentenaire tahitien perd son contrat la saison prochaine, mais pas son amour du surf. Avec le potentiel d’une nouvelle vie de free surfeur.

Propos recueillis par Julien Roulland

Tu es présent en France pour le Quik Pro, mais derrière la caméra cette fois. C’est une nouvelle option que tu apprécies ? 

L’année dernière, on m’avait demandé de participer aux interviews des pros pour le webcast. J’avais accepté, d’autant que j’étais présent pour participer aux trials. Cette année, le réalisateur Vincent Kardazik a relancé l’idée. J’aime bien apporter des informations, comme je connais bien les gars, je sais orienter mes questions, si le surfeur a un parcours atypique. C’est top, mais bon… avant j’avais des wilcards et aujourd’hui je fais des interviews (rires).

Aujourd’hui justement, peut-on parler d’un changement de carrière ?

Disons que mon contrat s’arrête et que je ne l’ai pas vraiment vu venir. Je savais que je n’avais pas fait une super saison l’année dernière et j’imaginais que l’on reverrait mon contrat à la baisse mais voilà… La crise est là et on ne peut malheureusement pas sauver tout le monde

Avec tes connaissances techniques, tu n’es pas tenté par le speak ou même le coaching ?

Rien ne m’était venu à l’esprit jusqu’à aujourd’hui. Moi ce que je veux, c’est surfer. Mais maintenant que c’est un peu plus tendu du côté de ma carrière de compétiteur, je me pose plus de questions. J’aime bien commenter, ça me plaît vraiment. J’en ai parlé un peu avec l’ASP, car il y a du changement dans l’organisation, mais c’est un plan B. Et pour coacher, ça me plairait, mais de manière individuelle. D’autant que je suis conscient de la nécessité d’avoir une épaule sur laquelle compter lorsque tu parcours le monde en mode compétition.

Cette année, tu t’orientais plus vers des projets de free surf, sentais-tu déjà le vent tourner sur ton contrat ?

J’ai fait 12 ans de WQS, ça n’avançait pas et je saturais un peu. Surtout en surfant des vagues pourries, c’est dur de rester motivé. J’ai décidé de prendre un peu plus le chemin du free surf, mais en réalité je l’ai toujours pratiqué. En fait, mon contrat de départ était plus basé sur la compétition. D’ailleurs à l’époque, c’était la seule façon de devenir surfeur pro. Cette année, je me suis dit qu’il y avait peu de free surfeur en Europe et qu’il y avait un créneau à prendre pour ma carrière. D’autant plus avec la jeune génération qui monte et veut faire de la compète.

[---]

Découvrez l’intégralité de l’interview d’Alain Riou dans le Surf Session n°316 de novembre 2013, actuellement en kiosque.

© Ben Thouard

> Achetez le magazine (avec bonus) sur tablettes (sur l’AppleStore ou GooglePlay)

> Découvrez le sommaire complet du mag

> Abonnez-vous à Surf Session

Surf Session n°316/novembre 2013 - En couv : Justine Dupont © Laurent Pujol

Mots-clés :

5 commentaires 

Commentaires

    Kaiser Sauzee - 9 novembre 2013 à 23 h 39 min Répondre

    le creneau chico la bamba il est deja pris par Sanchis pour l’Europe.
    Bienvenu dans le monde réel (…)

    Signaler un abus

    ANPEE - 9 novembre 2013 à 20 h 59 min Répondre

    Il envisage peut etre de bosser comme tout le monde.

    Bienvenue dans la vrai vie.

    Bravo a laurent Pujol pour la reconvertion.

    Signaler un abus

    coffi - 9 novembre 2013 à 11 h 25 min Répondre

    c’est bien beau de vouloir devenir free surfeur, mais sans sponsor principal je ne vois pas comment se payer et financer tous les voyages. Et pour retrouver un sponsor maintenant alors que c’est la purge partout ça va être chaud. Enfin ça pourrait être pire, il vit à tahiti …

    Signaler un abus

    jailbreak - 9 novembre 2013 à 9 h 54 min Répondre

    present sur le 34 le 1er mars 2013 pour scorer les 2 plus belles vagues du departement, nous, locaux avons surtout apprecie le respect d’alain riou et son pote ,pour les locaux et les vagues…il connait maintenant le coin et pourra revenir scorer …bonne continuation et respect pour ta carriere meme si , pour ma part, tu auras rate le ct a cause des nouvelles reformes , un peu comme duvignac et doru…a+ sur le 34.bon surf..guillaume

    Signaler un abus