Coup de pression

[BEST-OF] Le coup de pression de Naum Ildefonse

Devenu l'un des surfeurs français les plus respectés sur le North Shore, Naum rappelle qu'une bonne réputation ne tient parfois qu'à un drop.

Publié le 23 décembre 2013

p style= »text-align: left; »>Naum coup de pressionPublié le 11 janvier 2013

« Ça date d’il y a deux ans, à Hawaii, je séjournais dans la maison Quiksilver encore à cette époque. Cela faisait déjà quelques années que je me rendais là-bas chaque hiver et l’intégration sur le North Shore s’était plutôt bien passée. J’arrivais à faire ma place au line-up.
L’histoire s’est donc déroulée à Pipeline, lors d’une journée solide, à 12 pieds, des jours où on peut vraiment se blesser si on ne fait pas gaffe. Je pars sur une vague, je fais le drop et, devant moi, un bodyboarder me gâche la vague. La vague passe, et, en ramant au bord, j’entends des gars siffler sur la plage. C’est un signe, ça veut dire que quelqu’un s’est fait dropper et ils le signalent. Je me suis dit “cool, je me suis fait braquer et ils sifflent le type, ça veut dire que je fais vraiment partie des leurs !”. Sauf qu’en arrivant au bord, je tombe nez à nez avec un type, plutôt petit, typé asiatique, qui me lance “betta watch out” (t’as intérêt à faire attention). Je lui ai fait signe que je ne comprenais pas et je suis remonté vers la maison qui surplombe le spot…
Arrivé là-bas, on m’apprend que ce petit type en question était Wade Tokoro, le célèbre shaper hawaïen… Et que donc c’est moi qui suis le taxeur, puisque Tokoro était en fait plus à l’intérieur sur la vague. Je ne l’avais pas vu en partant. Et là, le vrai flip commence, car je sais comment ça se passe dans cette situation : les locaux hardcore, le Wolfpak, ils te tombent tous dessus et ça peut très mal se passer. Je rentre donc à la maison, la tête baissée, et dans le jardin rempli de locaux, j’essuie déjà plein de remarques. Reef (McIntosh) m’attendait en haut des marches pour me “tirer les oreilles”, ensuite ce fut au tour d’Aamion Goodwin, de Danny Fuller, Mark Healey, etc. Quelques minutes plus tard, Kala Alexander (fondateur du Wolfpak : juge, jury et bourreau des “affaires” à Pipe, ndlr) frappe à la porte, il veut me voir. Heureusement, Kala me connaît un peu et j’évite la gifle, mais il me fait le laïus complet sur comment ce que j’ai fait est dangereux, que Wade Tokoro aurait pu se faire très mal à cause de moi, etc. J’en mène pas large, je baisse le regard, une serviette posée sur le crâne et je me tais.
Quelques minutes plus tard encore, une autre personne rentre, c’est Kai “Kaiborg” Garcia (un mastodonte du team Volcom, ancien champion du monde de Jiu-Jitsu, ndlr). Même punition mais pas davantage. Cet après-midi-là, je suis parti dans une autre maison voire les potes frenchies, histoire de me faire oublier…
Ça peut paraître anodin, mais quand on connaît le North Shore, on sait qu’une histoire comme celle-là peut tout changer pour toi : du jour au lendemain, tu peux devenir persona non grata et tu perds toute confiance en toi ensuite sur les vagues. Et ça, c’est ce qui me faisait le plus flipper, gâcher ces années d’apprentissage à Hawaii en l’espace d’un instant. Je n’ai jamais revu Wade Tokoro depuis mais je promets d’aller lui commander une ou deux planches cet hiver, ce sera bon pour mon karma. Et puis ces types-là n’oublient jamais un visage… »

(remerciements au Ventilo Caffé et à Sabine) 

19 commentaires 
    Local=dog - 26 décembre 2013 à 8 h 42 min

    Je suis content de voir que beaucoup pense comme moi, localisme = comportement primaire. Comme les chiens dans la rue, ils sont en meute et cela permet au plus lâche est certainement les plus frustrés de ce sentir fort. Pour finir ont parle souvent de Jiujitsu dés que le mot localisme est évoqué, pour avoir vécu quelques années au Brésil, je tiens à vous informez que ces « l’art de combat à visage humain » il permet de neutraliser un individu sans forcément le mutilé ou le mettre ko… Aucun rapport avec la meute et le localisme, donc je ne vois vraiment pas ce que ces gens foutes au milieu du surf, à part pour défendre des lâches et ce faire des dollars au passage….

    Signaler un abus

    Stéphane - 20 janvier 2013 à 10 h 20 min

    Hier, je me promenais en ville. Il pleuvait. Je me suis pris un parapluie dans la tronche seulement car le mec ne faisait pas attention. Je l’ai envoyé chier. Je ne l’ai pas frappé, je l’ai envoyé chier et çà venait du coeur. Il s’est excusé et si il est pas trop con il fera gaffe la prochaine fois.

    Signaler un abus

    Peace - 14 janvier 2013 à 3 h 42 min

    Sympa la liberté d’expression sur votre site…

    Signaler un abus

    Ouaf Ouaf, le tatouage y compris - 14 janvier 2013 à 1 h 42 min

    Le Wolfpack est une assemblée de débiles profonds, dont un bonne partie est composée de repris de justice. Rien ne justifie les violences localistes. Le cancer du surf c’est ce genre de fachos des mers. Ouaf Ouaf, tel est la devise de ces canidés des mers. Le Pipe en guise de réverbère.

    Signaler un abus

    barbaste - 13 janvier 2013 à 12 h 47 min

    pour certains ca ressemble à du localisme « bas de plafond », c’est un peu vrai…mais malgré tout ces locaux sont les meilleurs gardes fous ou régulateurs du spot contre tous ceux qui voudraient s’en emparer sans aucune vergogne, tous ces jeunes cons ou moins jeunes complètement inconnus du spot qui, sans un bonjour en arrivant, sans attendre leur tour s’élanceront sur la première série qui arrive!
    Alors je vous pose la question : quel est le moindre mal entre certains locaux habitués du spot qui recadrent les débordements , dangerositées (braquages), et impolitesses de surfers irrespectueux ou alors le spot laissé au premiers venus qui se la joueront plus local que local?

    Signaler un abus

      La youte - 15 janvier 2013 à 18 h 09 min

      Je sais pas, peut-être.
      Prenons le dernier article sur Maurice par exemple. Il y est clairement expliqué que les mecs de passage se sont fait jeter par des locaux qui surfaient moins bien (puisque le niveau semble également être un critère pour écarter ceux qui gonflent). Maurice, je connais et on ne peut pas dire que ce soit bondé de surfer ni de vagues de 3m, ben c’est le même tarif.
      Tout le monde se réfugie derrière « oulala, mais la sécurité alors? », alors que ces types défendent leur pré carré comme un chien son os. Il ne leur reste plus qu’à pisser au quatre coins de la plage.

      Signaler un abus

    Belard Keariki'i - 13 janvier 2013 à 8 h 52 min

    certes parfois non, on laisse les locaux taxer. Mais je comprends aussi cela quand je vois des petits australiens, bresilein qui en veulent mais qui ragassent a fond des mecs de 45 ans a teahupo’o des pionner de la vague qui furent les premiers à avoir le courage à ramer dessus, ben je comprends aussi que ca puisse saouler…finalementces regles sont partout pareil.Tu debarques tu te mets pas de suite au peak,tu laisses quelques vagues,à hawai’i comme sur certainspot en australie je l’ai fais et je comprenais pourquoi, on ne peut pas debarquer et faire comme chez soit face à des gens qui surfent depuis 30 ans sur ce même spot, respect, patiente!

    Signaler un abus

      rai - 14 janvier 2013 à 15 h 01 min

      ce n’est pas faux…

      Signaler un abus

      buzz - 16 janvier 2013 à 16 h 50 min

      donc ce que tu dis c’est que les locaux peuvent avoir des comportements dangereux et mettre en danger les autres surfeurs mais eux c’est pas grave parce que ils sont chez eux . je suis d’accord que les gars qui arrivent en pays conquis sans rien respecter se fassent remettre à leur place .mais la théorie du faites ce que je dis mais pas ce que je fais , c’est en effet bas de plafond !!

      Signaler un abus

    Am'S - 12 janvier 2013 à 11 h 11 min

    Gérer un spot bondé et exposé, respecter les règles de priorité et de courtoisie et les faire respecter, voire même lorsque ça exagère, « faire la police » ça se comprend bien que ça nécessite de l’équité, de l’impartialité et un sens certain de la justice. Si un local avait dropé ce même surfeur dans les même conditions de danger pour lui, la police serait-elle intervenue? Si oui, alors y a pas de problème…

    Signaler un abus

    Belard Keariki'i - 12 janvier 2013 à 0 h 16 min

    Localisme= bas de plafond? ok, si tu le dis, c’est bien beau de voir ca de la france ou de je ne sais ou….pipeline c’est un spot plus qua dangereux , surpeuplé, plein de pros ou semi qui cherchent a faire LA photo, donc oué ca bataille, et donc les locaux, non rien a dire? ils doivent donc se laisser « envahir », le localisme surtout a hawai’i c’est comme la police ca controle le peak, les prio etc…A vous d’etre poli et humble, et ca passera…Faut respecter ses hommes, pipeline= 7 morts deja,même chez mo a teahupo’o ca devient invivable parfois et oui, certain grand comme raimana font la police et il le faut, car pareil, c’est dangereux!Et un respect et a avoir si vous venez pas de l’endroit, soyez patient et poli au peak, attendez vos vagues et y’aura pas de blém, parlez pas fort au peak soyez pépére les locaux le sont aussi…faut reflechir autrement, se mettre à la place des locaux!

    Signaler un abus

      La youte - 15 janvier 2013 à 18 h 04 min

      Ouais, sauf que la plupart du temps ça se résume à « ici c’est chez moi, je passe avant sinon mes copains vont te taper, bouga bouga ».
      Désolé, mais ces mecs sont des boeufs. Danger ou pas danger, on peut s’expliquer sans se comporter comme un orang-outang.

      Signaler un abus

      djogai - 15 janvier 2013 à 20 h 54 min

      Le respect marche dans les 2 sens dans ce cas faire peur à un gars pour etre respecté tu optiendra tout simplement une crainte de la personne voir du dégout pour ta personne.
      Et dans ce cas présent je pense qu’il fallait lui demander des explications et seulement après le mettre en garde! Aloha

      Signaler un abus

    djogai - 11 janvier 2013 à 23 h 41 min

    Qu’est-ce qu’il faut pas accepter pour pouvoir surfer dans ce coin humiliation pression de type sans tolérence ni cervelle sans savoir si tu as vu le gars ou pas dans ton ride.
    Ils « frappent » et discutent aprés dommage Qu’hawaii emblème du surf véhicule ce genre d’image. SCANDALEUX

    Signaler un abus

    Vlam - 11 janvier 2013 à 16 h 39 min

    oh, les petits kikis nombrilistes… faut arrêter de tout ramener à soi… une histoire comme celle-ci est quelque peu différente de votre vécu… Il ne s’agit pas d’une session dans du 50cm plein de badauds, mais belle et bien d’une session solide de 4m à pipeline…(chose que je ne surferai probablement jamais). Dans des conditions pareil, j’imagine aisément que si tu ne respecte pas les règles, tu te fais vertement réprimander!nUne communauté de surfeur, c’est déjà pas bien grand, alors une communauté de surfeurs qui chargent du gros… tout se sait…

    Signaler un abus

    denis - 11 janvier 2013 à 13 h 32 min

    ridicule, tout ce que je déteste dans le surf, pas de cerveaux les types, qu’ils arrêtent de raisonner avec leurs testicules et un peu plus avec leur neurones, si ils leur en restent…
    quand c’est un débutant qui te taxe 5 fois de suite alors que tu lui as expliqué les règles de priorité je dis pas mais la c’est quand même un pro naum!

    Signaler un abus

    Max - 11 janvier 2013 à 11 h 25 min

    Quand tu vois la peuplade sur un spot a Hawai, j’comprends tout à fait les locaux..

    Signaler un abus

    ronan - 11 janvier 2013 à 11 h 18 min

    Hallucinant.

    Signaler un abus

    La youte - 11 janvier 2013 à 10 h 42 min

    Je comprendrais jamais ces histoires de « localisme », faut vraiment être bas de plafond.

    Signaler un abus