Extra

[Poisson d'avril] La Chine rêve de WaveGarden

La Chine négocie actuellement avec les ingénieurs de la société WaveGarden dans l'espoir de développer le surf dans le pays...

Publié le 1 avril 2014

La Chine bientôt équipée en Wavegarden?

Il y a tout juste un an, Erwan Simon et Damien Castera nous parlaient de l’engouement naissant de la Chine pour le surf. Cela semble se confirmer. En effet, parmi la délégation qui accompagnait le président chinois Xi Jinping lors de son séjour en France la semaine dernière, se trouvaient quelques conseillers détachés au développement du surf en Chine. Et ces derniers auraient testé la fameuse vague artificielle du Wavegarden. La volonté du pays de développer le surf sur l’ensemble du territoire n’est pas nouvelle et cette démarche est en parfaite adéquation avec la politique sportive menée par le gouvernement de briller au plus haut niveau quelles que soient les disciplines.

Accompagnés des deux trip-surfeurs français, les conseillers du président ont pu tester les installations – situées dans le Pays Basque espagnol – durant tout un après-midi. La journée s’est poursuivie par un long entretien entre les responsables chinois et les ingénieurs à l’origine du concept.

La volonté des dirigeants chinois est de multiplier les Wavegarden dans un pays où le territoire se prête parfaitement à la création de vagues artificielles : l’Est et le Sud sont parsemés de plaines et de cours d’eau. Les ingénieurs chinois ne s’y sont pas trompés et comptent bien s’approprier ce système spécialement conçu pour être intégré dans des environnements naturels.

Le projet, toujours au stade de développement, est d’utiliser l’énergie hydroélectrique produite par les barrages qui foisonnent en Chine dans le but de faire basculer le concept Wavegarden dans une autre dimension. Sans rentrer dans les détails, une telle énergie permettrait de doubler la taille de vague sur une distance deux fois plus longue. Selon des sources proches du gouvernement, un appel d’offre aurait même été lancé auprès d’entreprises chinoises afin d’équiper d’un toit rétractable toutes les vagues artificielles. Une obligation dans un pays au climat capricieux où l’humidité et les moussons pourraient mettre à mal le générateur de vagues.

Même si on ne connaît pas encore le dénouement de ce projet titanesque, il ne fait aucun doute que la communauté surf chinoise est de plus en plus influente. L’organisation depuis quatre ans du Swatch Girls Pro China sur l’île d’Hainan ne fait que confirmer cette tendance et l’arrivée de jeunes surfeurs chinois sur les compétitions internationales ne devrait pas se faire attendre…

Mots-clés : ,

Un commentaire 

Commentaires

    Charleseec - 1 avril 2014 à 16 h 40 min Répondre

    Pour le coup ça va vraiment être la Chine à l’eau…

    Signaler un abus