Le coup de pression d'Eric Rebière

Coup De Pression - Des histoires flippantes, le chargeur en a quelques-unes. Celle-ci lui a laissé un joli souvenir sur le pif pendant 6 mois...

Par Romain Ferrand - @romainferrand - vendredi 31 janvier 2014 à 13h35
Partager sur :   

p>

Si Eric Rebière fait aujourd'hui partie des meilleurs big-wave riders européeens, il a longtemps été un de nos ambassadeurs en compétition, notamment sur le World Tour en 2004. Le Franco-Brésilien - un peu tête brûlée il faut bien l'admettre - a un paquet d'anecdotes flippantes en stock. En voici une, racontée avec un grand sourire, comme d'hab :

“C'était ma première fois à Hawaii, en 1998. J'étais dans la maison Rip Curl avec Patrick Beven. Le troisième jour du trip, j'ai décidé de me jeter à l'eau à Pipeline. C'était loin d'être dingue, y'avait encore personne à l'eau - ce qui n'est pas normal à Pipe - mais je me suis quand même mis à l'eau.

Puis des gars ont commencé à se pointer. Au bout d'un moment, une vague - la plus belle de la matinée - est arrivée et j'étais super bien placé pour l'avoir. Dans ma tête je me suis dit “Ça va être le tube de ma vie”.

Je commence à ramer tout content, le sourire aux lèvres. Et d'un coup la vague me soulève mais je me rends compte que j'ai pas assez ramé. Je fais un air drop, j'arrive en bas et là je repars avec la lèvre, la tête direct sur le reef. J'ai vraiment failli être assommé. Puis j'ai de nouveau touché avec l'épaule, et j'ai fini par remonter à la surface, en me disant : “Wouah, truc de fou j'ai vraiment pris cher !” et là j'ouvre les yeux : du sang partout.

J'arrive sur la plage, je pissais le sang. Je remonte à la maison et là je vois Patrick, qui n'arrivait même plus à parler tellement il était choqué. Il me dit “Eric….” et là il commence à filmer ! (rires) Je lui dis "mais tu fais quoi là ?” et il me répond “je n'ai jamais vu ça. Je n'ai jamais vu quelqu'un sortir de Pipe comme ça.". Je commence à flipper, je lui demande “mais qu'est-ce qu'il y a ? Qu'est-ce que j'ai ?” et il me dit d'aller voir par moi-même dans le miroir. J'avais la tête et l'épaule coupée, et toujours du sang partout.

J'ai eu un bout de corail qui me sortait du nez pendant presque 6 mois après ça. C'était tellement marrant (évidemment ! ndlr). Les Australiens avec qui on traînait m'ont vite surnommé “broken nose”... (rires)”

Et sinon, j'en ai aussi deux autres pas mal, à Waimea et Margaret River...”

Effectivement, celle de Margaret est vraiment flippante. On vous la garde au chaud pour un peu plus tard.

Photo : Eric, Guéthary décembre 2013 - © R. Ferrand

Partager sur :   
COMMENTAIRES (0)
Articles relatifs
| 0 
25/08/2012 - Coup De Pression
Gotcha Tahiti Pro 1998 : vagues de 4m, mauvais timing et canard perdu d'avance. Résultat : grosse frayeur pour...
| 0 
04/02 - Coup De Pression
Le petit frère de John John a été sur tous les fronts cet hiver sur le North Shore. Un peu trop même lors d'un...
| 0 
28/01 - Coup De Pression
L'Hawaïen a des poumons d'acier, et a pu s'en rendre compte lors de sa première session à la rame à Jaws, il y...
| 0 
16/11/2015 - Coup De Pression
Le jeune chargeur raconte sa grosse frayeur il y a trois ans à Puerto Escondido. Respirez un bon coup...