Rio décrypté

Focus Spot - Pour la première fois de son histoire, le WCT brésilien accueille un champion du monde aux couleurs or et vert. Tour d'horizon du potentiel des beachbreaks cariocas.

Par Surf Session - @surfsessionmag - vendredi 8 mai 2015 à 05h44
Partager sur :   

Depuis 1992, à savoir la mise en place de ces circuits WCT/WQS, 23 étapes de la première division mondiale ont eu lieu au Brésil : 15 fois à Rio, le reste dans l'état de Santa Catarina, et seulement 3 de ces WCT ont été remportés par un surfeur du cru.

Rio est un cas unique dans le monde du surf de compétition, puisqu'elle est la seule épreuve du WCT à se tenir dans une telle mégalopole. Car Rio de Janeiro, ce sont 6 millions d'habitants, 16 si l'on inclut l'agglomération. De quoi donner le vertige.

Sur les 36 kilomètres de plage de la ville, le surf a le droit de cité sur tout le littoral exposé sud, soit près de 30 kilomètres de beachbreaks de qualité diverse. La consistance du spot de Barra da Tijuca lui a valu d'accueillir majoritairement les WCT jusqu'à ce jour, mais d'autres « back up sites » figurent aussi au programme si la houle se révèle plus solide. Passage en revue.

PRAINHA

Premier spot de Rio en arrivant par l'ouest, il est précédé par la Restinga da Marambaia, une presqu'île reliée au continent par une étroite bande de sable dont l'accès est réservé à l'armée. À Prainha, la ville n'a pas encore pris ses droits et l'on surfe au bord du parc naturel de Grumari. Break sauvage qui capte particulièrement la houle, il vaut le détour à une demi-heure du centre… enfin en fonction des embouteillages.

BARRA DA TIJUCA

(spot officiel du Oi Rio Pro)

Passé Prainha, la plus longue plage de Rio s'étale sur près de 20 kilomètres, terminée par le quartier de Joá, l'un des plus luxueux de la ville. Au milieu, le quartier de Barra, qui n'est pas sans rappeler Miami, avec sa bande de littoral qui abrite trois grands lacs. Quant au site principal du WCT, Barra da Tijuca, il est situé vers l'extrémité Est de la plage ; son principal atout réside dans son orientation légèrement sud-ouest qui le met (un peu) à l'abri des vents dominants (sud-est). Barra est aussi l'un des spots les plus propres de Rio, un critère qui possède son importance comme on le verra plus loin.

SÃO CONRADO

Après Joá, le littoral effectue un virage vers le nord, à savoir une côte exposée sud-est où la « petite » plage d'un kilomètre de São Conrado accueille le break de Pepino. Cette gauche sympa et très fréquentée en temps normal ne fera pas partie des spots de repli du Oi Rio Pro 2015. La semaine passée, Dave Prodan (le Monsieur Com' de la WSL) a en effet annoncé que le site avait été retiré de la liste des sites de compétition en raison de la pollution de l'eau. Le ruissellement d'eaux non-traitées depuis la favela voisine de Rocinha fait de São Conrado l'une des plages les plus polluées de Rio ; un enjeu auquel la ville devra faire ça d'ici les JO de 2016.

LEBLON

Avec Ipanema et Copacobana, Leblon est l'une des plages de Rio les plus connues au monde. C'est aussi un des meilleurs spots lorsque la houle cartonne, alors que l'avancée rocheuse à l'extrémité ouest canalise le swell façon pointbreak. Mais, entre la sortie d'un canal et la présence d'une station d'épuration, Leblon est aussi l'un des spots les moins fréquentables question qualité de l'eau.

Fred Patacchia à Arpoador (Photo : WSL/Dunbar) 

ARPOADOR

Jumelle de la pointe de Leblon, mais à l'extrémité Est de la plage (en passant par Ipanema au milieu), Arpoador aurait dû figurer au cahier des charges du Oi Rio Pro si la pollution n'avait pas exclu cette gauche, la meilleure vague de toute la ville diront les Cariocas. Facilement identifiable avec sa pointe rocheuse tout en rondeur, le spot exige une houle consistante pour se réveiller, alors que la houle doit contourner le promontoire qui sépare la plage de Copacobana.

COPACABANA

Dernière plage surfable de Rio, elle s'étale du Fort de Copacobana au sud-est jusqu'au quartier de Leme au nord. Très exposé, la plage souffre de la brise solide qui se lève dès la fin de matinée. Ici, les différents bancs de sable se repèrent aux numéros des postes de sauveteurs.

Le trailer du Oi Rio Pro 2015 :



Partager sur :   
COMMENTAIRES (7)
tony - le 08/05/2015 à 11:08
Rio capitale? c'est du grand journalisme. Merci
Répondre
nikita - le 08/05/2015 à 11:15
(la capitale du pays est Brasilia)
Répondre
Will - le 08/05/2015 à 12:14
Pour info Rio n'est pas la capitale du pays..
Répondre
Will - le 08/05/2015 à 12:14
Pour info Rio n'est pas la capitale du pays..
Répondre
Roms - le 08/05/2015 à 13:09
Rio c'est pas vraiment la capitale du Brésil.... C'est plutot Brasilia
Répondre
Mayol - le 08/05/2015 à 16:42
Je crois qu'on a compris les enfants ;)
Répondre
Michmu - le 16/05/2015 à 08:34
Par contre Rio vague World Class on en reparle ou le débat est clos ?
On dirait un QS et encore ...
Même à Tanchet les vagues sont plus sympa
Répondre
Articles relatifs
| 0 
22/10 - World Tour
Après avoir simultanément évincé WIlko et Medina, Flores doit cette fois passer par la case repêchages pour ra...
| 5 
17/10 - World Tour
Le point sur la situation et les différents scénarios pour la couronne mondiale, à l'aube du lancement du Rip ...
| 0 
16/10 - World Tour
"J'ai grandi! Quand tu gagnes, tu grandis!"
Le mag en cours
Météo Surf
Prévisions et webcam de mon spot
Shop
Livres, Bd, Magazines, Goodies
Dossier // 1
| 0 
La Surf French Tech
Extrait du dossier du mag de septembre, sur ces entrepreneurs français du web, version surf.
Dossier // 2
| 0 
partir pour rester
Extrait du dossier du mois, sur ces Français qui ont choisi de vivre à l'étranger, avant tout guidés par leur envie de s...