Jérémy Florès : « Je reviens en mode guerrier ! »

Interview - Le Français est revenu pour la Fédération Française de Surf sur sa suspension, ses relations avec l'ASP, la suite de la saison, son avenir...

Par Romain Ferrand - @romainferrand - lundi 1 septembre 2014 à 09h42
Partager sur :   

Suspendu quarante jours suite à son altercation avec le jury lors du J-Bay Open début juillet, Jérémy Florès fait son retour à la compétition ce mardi (demain) sur le Sata Airlines Pro (Prime, 2-7 septembre). A la veille de son départ pour les Açores, il s'est confié à la Fédération Française de Surf : sa suspension, ses relations avec l'ASP, la suite de la saison, son avenir. Interview d'un compétiteur motivé comme jamais afin de conserver sa place au sein de l'élite pour une neuvième année consécutive.

Qu'as-tu fait pendant ces quarante jours de suspension ?

J'ai été à Tahiti pour une séance shooting avec mon sponsor Quiksilver. On a fait les photos de la collection d'été. J'adore Tahiti et j'ai donc allié le travail et un gros break avec du surf dans des vagues magnifiques. J'ai passé un très bon moment. Même malgré ma suspension, c'était sympa d'être là.

Moins sympa par contre de ne pas pouvoir participer au Billabong Pro de Teahupo dans ces conditions magiques…

Je suis arrivé trois semaines avant la compétition. J'ai donc eu de très bonnes sessions à Teahupoo, avec personne à l'eau. Je me suis ensuite volontairement écarté de Teahupoo quand tout le monde est arrivé. Je suis allé surfer des spots plus tranquilles.

Qu'est-ce qui a été le plus dur à vivre durant ces 40 jours ?

Toutes les choses fausses qui ont été dites sur moi et sur ce que j'avais prétendument faites. Oui, j'ai pété un plomb. Oui, j'ai été insultant. Mais je n'ai jamais fait des menaces physiques et encore moins agressé physiquement des gens. L'ASP a pris sa décision et je l'ai acceptée. J'ai présenté mes excuses, j'ai reconnu mes torts. Si j'avais touché à un cheveu de quelqu'un, je n'aurais pas pris deux compétitions de suspension mais bien plus.

« Il y a des gens formidable à l'ASP ! »

Il y a effectivement ceux qui t'ont soutenu et ceux qui t'ont appuyé sur la tête…

Ceux qui me connaissent savent que je suis honnête et entier. J'ai lu tous les articles sur cette "affaire" dans le monde entier. Ça a été en très grande majorité dans mon sens. On a écrit que, pour une fois, un surfeur a eu les c… d'aller dire tout haut ce qu'il pensait. Certains, une minorité, ont écrit que je n'étais pas un exemple. Mais je suis comme je suis. Avec mes qualités. Avec mes défauts. C'est ce qui fait ma force depuis toujours. Aujourd'hui, il n'y a plus de surfeurs qui osent dire les choses comme elles le sont. Je regrette d'avoir été un peu loin. Je le dis, je le redis, je me suis excusé. Mais c'est comme ça…

L'incident est-il clôt ou crains-tu que ce qui s'est passé à J-Bay puisse nuire à la suite de ta saison ?

On va très vite le savoir. Pas plus tard que la semaine prochaine sur le Prime des Açores. Mais je préfère ne pas y penser. Je me concentre pour retrouver mon surf et ma motivation. Cette suspension m'a en quelque sorte motivée. J'en fait une affaire personnelle. Je veux revenir au plus haut niveau. Revenir dans le Top du classement mondial. Car ça serait trop facile d'abandonner maintenant. Ça voudrait dire que certaines personnes ont gagné.

Tes relations ne sont pas simples avec l'ASP…

Je veux vraiment dire haut et fort que je ne généralise pas au niveau de l'ASP. Je ne suis pas en train de balancer sur l'ASP en permanence. Au contraire ! Il y a des gens formidables à l'ASP. Tout le monde a pu voir les progrès qui ont été réalisés cette saison. Il y a beaucoup de côtés positifs. Et il y a franchement des personnes qui font un boulot énorme, même chez les juges. Je respecte ces personnes-là. Mais il y en a avec qui j'ai certains conflits. C'est ainsi, ça se passe comme dans une grande famille. Et je le redis, je suis un des premiers à protéger l'image de l'ASP. C'est pour ça que, lorsque certaines choses vont à mon encontre, je me dis que je ne le mérite pas.

« J'ai besoin de mon père dans ces moments-là »

Tu retrouves la compétition ce mardi aux Açores. Dans quel état d'esprit y vas-tu ?

En mode guerrier ! Je vais courir derrière les points en QS et en CT. Il faut que je retrouve l'état d'esprit de mes 17 ans, quand j'ai gagné le titre QS (2006). Sur le World Tour, on a tendance à être difficile car on surfe des vagues parfaites toute l'année. Pour se qualifier, il faut passer par des vagues d'un mètre, pas toujours très belles. Je vais tout faire, tout surfer, sans rechigner. Je n'ai pas le droit d'abandonner.

Le maintien en CT va-t-il passer par le QS ou penses-tu pouvoir encore entrer dans les 22 qualifiés en fin de saison alors qu'il ne reste que quatre compétitions à venir (voir calendrier ci-dessous) ?

Si je me re-qualifie par le WCT, j'espère que ce sera grâce à un gros résultat en France ! Je vais aller sur chaque compétition, chaque tour, chaque série à 200%. Que ce soit en CT ou en QS. Je n'ai plus le choix. Je me suis laissé aller depuis le début de l'année. Après, je gagne, je perds, c'est le sport. Je vais me donner au maximum pour ne rien regretter.

Ton père t'accompagne aux Açores. Que va-t-il t'apporter ?

Je sors de suspension, de deux saisons difficiles. Je lui ai demandé d'être là. C'est lui qui m'a formé, c'est grâce à lui que je suis un surfeur professionnel. J'ai besoin de lui pour mon retour. C'est important qu'il soit là pour ma reprise. C'est la seule personne capable de me dire les choses en face. De me mettre un coup de pied au cul. Dans des moments comme ceux que je vis actuellement, il y a beaucoup de gens qui me disent des choses réconfortantes. C'est plaisant. Mais j'ai besoin de quelqu'un comme mon père qui me remette à ma place… Comme à l'époque (rires) !

« Je vais proposer un surf différent sans oublier le rail »

As-tu dernièrement travaillé certaines manoeuvres pour être encore plus fort dans les semaines à venir ou bien restes-tu sur tes standards en les maîtrisant au maximum ?

Malgré mes 26 ans, j'ai énormément d'expérience avec huit ans sur le tour. Je travaille depuis quelques temps les manoeuvres innovantes et aériennes et je vais en avoir besoin en QS. Pas forcément en CT. On a vu dernièrement que les critères de jugement récompensaient le surf sur le rail et les manoeuvres puissantes et critiques.

Tu as passé quelques jours en France cette semaine et on t'a vu essayer pas mal de planches. Bilan ?

J'ai pas mal bossé avec Fredo Robin. J'emmenais quatre planches différentes chaque jour sur la plage, je surfais et je lui demandais son avis. J'ai évidemment travaillé avec les shapers. Au final, j'ai beaucoup élargi mes planches. Je vais proposer un surf différent. Mais je ne veux pas perdre mon surf sur le rail car je sais que c'est ça qui va me permettre de scorer !

Source : Fédération Française de Surf (propos recueillis par Stéphane SISCO)

Partager sur :   
COMMENTAIRES (2)
SunnyMan - le 01/09/2014 à 11:44
Félicitation Jérémy,ton état d'esprit semble être le bon. Bon courage pour ta remontée dans le classement mais je ne me fais aucun doute sur tes capacités. Tu mérites de rester sur le World Tour. Michel et toi faites la fierté des surfeurs français.
Répondre
peace&landes - le 07/09/2014 à 10:40
tu fracasses tout en mode guerrier!!
c'est bien de changer de planches,de changer de coach et de changer de slip,il est grand temps de lever la tete(et le nez) .....humilité et travail..c est ce qui manque avant de partir en mode guerrier....allez john rambo..
Répondre
Articles relatifs
| 0 
07/10 - Interview
Réaction à chaud de la wildcard italienne après sa victoire contre Kelly Slater au round 2 du Quik Pro France.
| 0 
23/09 - Interview
Sa fantastique saison sur le QS, ses chances de qualification, sa préparation, les mondiaux ISA à Biarritz... ...
| 0 
27/06 - Interview
Technique, réactivité, endurance, organisation... Le Français Damien Poullenot nous explique son métier lors d...
| 0 
23/05 - Interview
Rencontre avec le photographe amateur qui trimballe son objectif sans relâche sur tous les spots de Vendée...