Kauli Vaast, la miniview

Interview - Le jeune Tahitien de 12 ans a du cran, toutes ses dents et charge Teahupoo comme un grand. Rencontre.

Par Romain Ferrand - @romainferrand - mardi 14 octobre 2014 à 10h58
Partager sur :   

On avait passé sa photo dans le courrier des lecteurs du mag en octobre 2012, surfant une jolie droite pour ses dix ans. Deux ans plus tard, il surfe Teahupoo à une taille plutôt conséquente et a eu droit à son interview dans la rubrique “talents” du magazine. Une interview à retrouver ici :

Propos recueillis par Xavier Gullon

Depuis quel âge surfes-tu le reef ?

Je surfe les vagues de récif depuis que j'ai 7 ans, mais au début, c'est mon père qui me poussait pour être en avance sur les vagues. J'avais 8 ans quand j'ai surfé Teahupoo pour la première fois, c'était tout petit pendant le Billabong Pro. Il y avait des professionnels dans l'eau comme Andy Irons, Occy ou Joel Parkinson qui m'encourageaient, c'était vraiment super. Plus tard, c'est Tonton (Raimana Van Bastolaer) qui a commencé à me donner des conseils et à m'emmener dans des vagues plus grosses.

Tu vas en Californie, tu as connu la Bretagne, la Sardaigne. Qu'est-ce qui a été le plus dur à gérer pour toi en sortant de Tahiti ?

C'est vrai qu'il peut faire froid en Europe et qu'il peut y avoir du monde sur certains spots, mais je m'amuse toujours. J'adore les beach breaks de France car c'est des beaux tubes sur du sable ! Grâce à ces voyages, j'ai pu me faire beaucoup de copains (coucou à tous les potes du Vieux-Boucau SC).

Tes deux vagues à Teahupoo t'ont mis sur le devant de la scène. C'était la première fois que tu surfais le spot aussi gros ?

Oui, c'était la première fois. Mais quand c'est gros pour moi, j'essaye d'y aller parce que j'adore ce spot, je retrouve mes copains Matahi, Keoni, Tahurai, Ariihoe et les autres. Et puis il y a toujours mon papa (ou Raimana) qui me surveille.

Kauli, 12 ans, dans un Teahupoo plutôt solide (voir vidéo plus bas) - ©B. Thouard

Comment s'est déroulée cette session ?

J'étais en bas du spot avec mon papa à regarder les vagues quand Raimana m'a proposé d'en prendre une en step-off. Comme je m'étais déjà entraîné avec lui, j'ai dit oui. J'ai sauté du jet et j'ai réalisé que la vague était énorme. J'ai tout fait pour assurer ma trajectoire et j'ai vu que j'avais le temps de lever les bras pour ma maman et de profiter du gros tube. C'était une session parfaite, car je n'ai pas fini dans le lagon !

Est-ce que tu as peur dans ces moments-là ?

J'ai toujours peur de me trouver dans la zone d'impact sous une vague de 4 m qui décale…

Quel est ton programme cette année ? Et dans le futur ?

Je pars dans quelques jours en Californie pour faire deux compétitions de groms et voir si je suis à la hauteur des jeunes californiens. Je vais aussi surfer les spots, rencontrer les membres du team RVCA et passer du temps avec ma famille. Je veux aussi faire une bonne année de 5e, continuer à voyager et progresser en surf.

Si un génie, sorti d'une patate de reef, te proposait 3 voeux, qu'est-ce que tu lui demanderais ?

Être un homme poisson pour respirer sous l'eau, faire des airs plus haut que John John Florence et pouvoir me téléporter sur les spots du monde aussi rapidement que l'éclair.

Si tu devais décrire ta vie en quelques mots, ça donnerait quoi ?

Je ne changerais rien à ma vie car elle est parfaite comme ça. Je vis à Tahiti, ça suffit !

Depuis quel âge surfes-tu le reef ?

Je surfe les vagues de récif depuis que j'ai 7 ans, mais au début, c'est mon père qui me poussait pour être en avance sur les vagues. J'avais

8 ans quand j'ai surfé Teahupoo pour la première fois, c'était tout petit pendant le Billabong Pro. Il y avait des professionnels dans l'eau comme Andy Irons, Occy ou Joel Parkinson qui m'encourageaient, c'était vraiment super. Plus tard, c'est Tonton (Raimana Van Bastolaer) qui a commencé à me donner des conseils et à m'emmener dans des vagues plus grosses.

Tu vas en Californie, tu as connu la Bretagne, la Sardaigne. Qu'est-ce qui a été le plus dur à gérer pour toi en sortant de Tahiti ?

C'est vrai qu'il peut faire froid en Europe et qu'il peut y avoir du monde sur certains spots, mais je m'amuse toujours. J'adore les beach breaks de France car c'est des beaux tubes sur du sable ! Grâce à ces voyages, j'ai pu me faire beaucoup de copains (coucou à tous les potes du Vieux-Boucau SC).

Tes deux vagues à Teahupoo t'ont mis sur le devant de la scène. C'était la première fois que tu surfais le spot aussi gros ?

Oui, c'était la première fois. Mais quand c'est gros pour moi, j'essaye d'y aller parce que j'adore ce spot, je retrouve mes copains Matahi, Keoni, Tahurai, Ariihoe et les autres. Et puis il y a toujours mon papa (ou Raimana) qui me surveille.

Comment s'est déroulée cette session ?

J'étais en bas du spot avec mon papa à regarder les vagues quand Raimana m'a proposé d'en prendre une en step-off. Comme je m'étais déjà entraîné avec lui, j'ai dit oui. J'ai sauté du jet et j'ai réalisé que la vague était énorme. J'ai tout fait pour assurer ma trajectoire et j'ai vu que j'avais le temps de lever les bras pour ma maman et de profiter du gros tube. C'était une session parfaite, car je n'ai pas fini dans le lagon !

Est-ce que tu as peur dans ces moments-là ?

J'ai toujours peur de me trouver dans la zone d'impact sous une vague de 4 m qui décale…

Quel est ton programme cette année ? Et dans le futur ?

Je pars dans quelques jours en Californie pour faire deux compétitions de groms et voir si je suis à la hauteur des jeunes californiens. Je vais aussi surfer les spots, rencontrer les membres du team RVCA et passer du temps avec ma famille. Je veux aussi faire une bonne année de 5e, continuer à voyager et progresser en surf.

Si un génie, sorti d'une patate de reef, te proposait 3 voeux, qu'est-ce que tu lui demanderais ?

Être un homme poisson pour respirer sous l'eau, faire des airs plus haut que John John Florence et pouvoir me téléporter sur les spots du monde aussi rapidement que l'éclair.

Si tu devais décrire ta vie en quelques mots, ça donnerait quoi ?

Je ne changerais rien à ma vie car elle est parfaite comme ça. Je vis à Tahiti, ça suffit !

Âge : 12 ans

Habite à : Tahiti

Années de surf : 8

Taille : 1.50 m

Poids : 40 kg

Club : Vairao Surf Club

Trips : Hawaii, Californie, France, Sardaigne, Tuamotu, Huahine

Résultats 2013 : Champion de la coupe et du championnat de Polynésie en 12 ans et en 14 ans

Sponsors : RVCA, Kazuma surfboards, Air Tahiti Nui, Dakine, Reef Tahit

Interview parue dans le Surf Session n°324 (août 2014).



 

Partager sur :   
COMMENTAIRES (0)
Articles relatifs
| 2 
15/06/2015 - Interview
Rencontre avec le Marocain de 22 ans, qui petit à petit inscrit son nom sur les spots de gros du monde entier.
| 0 
29/04/2014 - Interview
Le jeune surfeur Italien nous parle de son hiver, des Championnats du Monde ISA en Équateur et de ses objectif...
| 0 
03/06/2013 - Interview
Premières impressions à chaud pour le jeune chargeur Marocain sur son expérience Tahitienne
| 8 
30/05/2013 - Interview
Le Landais, désormais 21ème au World Ranking, revient sur sa perf' la semaine dernière lors du WQS Prime de Sa...