Ryan Fletcher : une nounou pas comme les autres

Portrait - Mais qui est Ryan Fletcher ? Portrait du team manager de Rip Curl, au plus proche de l'intimité des surfeurs.

Par Joddy Maguet - @surfsessionmag - lundi 21 novembre 2016 à 17h39
Partager sur :   
Par Basile Trépeux

Il ne passe pas inaperçu. Ryan Fletcher, dit Fletch, trimballe son imposante carrure et son sobriquet sur toutes les compétitions du circuit. Team manager Rip Curl, il couve Mick Fanning, Gabriel Medina ou encore Owen Wright : nounou, ami, confident, son rôle fait de lui un personnage clé du surf actuel.

Fletch et ses protégés à la sieste en contest ©Ryan Fletcher


Quand la discussion s'installe au coin d'une table d'un restaurant de Peniche, Ryan Fletcher est du genre prévoyant. Une bière dans chaque main, la salive ne va pas manquer et les anecdotes fuser. Avec ses faux airs de Zach Galifianakis, cet australien de 32 ans s'est tranquillement imposé comme l'épaule réconfortante, le point de repère inébranlable des meilleurs surfeurs du team Rip Curl.


Son rôle ? « Beaucoup de choses différentes, d'aller récupérer un surfeur à l'aéroport jusqu'à travailler sur le design d'un boardshort ou d'une combi. C'est aussi aider les surfeurs à se mettre en position de gagner un titre mondial, faire en sorte qu'ils atteignent leurs objectifs. Je suis également un relais de l'équipe marketing pour alimenter toutes les plateformes social media ou encore planifier et organiser les shootings pour les campagnes publicitaires ». Un rayon d'action très vaste, basé sur l'anticipation. Mais avec des oiseaux comme Matt Wilkinson à gérer, l'improvisation est parfois de rigueur. Fletch :

« Je me souviens de la soirée à la fin de l'étape de New York en 2011, c'était en plus pendant la Fashion Week... Les gars sont partis en ville, on s'est perdus de vue très rapidement et j'avoue ne pas bien me souvenir de la soirée... Trois jours plus tard, j'ai commencé à me demander où ils pouvaient bien être. J'ai envoyé des messages pour m'assurer que tout le monde était en vie et Owen m'a répondu : "Il faut que tu viennes nous chercher!!" Comme s'il n'était pas en état de se débrouiller seul. Alors, je suis parti le chercher, l'ai retrouvé dans un café dans la même tenue que trois jours auparavant... Et puis j'ai récupéré Wilko dans une chambre d'hôtel obscure avec ses nouveaux potes ! ».



Fletch et Wilko célébrant dignement la victoire ©Fletch 


D'autres histoires sont beaucoup moins avouables, confesse-t-il volontiers. Mais le moment le plus marquant à gérer restera l'attaque de requin subie par Mick Fanning à J-Bay en 2015 : «C'était horrible. De là où j'étais, on ne voyait pas bien l'eau, juste des éclaboussures. J'étais choqué, je me demandais quel membre il allait lui manquer... Quand on a pu le voir debout, sain et sauf sur le jet-ski, ça a été un tel soulagement. Pour digérer tout ça, on a eu besoin de se retrouver entre nous, de passer un moment entre potes. On a surtout essayé de ne pas le laisser seul, de l'épauler. Tout le monde s'est rassemblé, c'était irréel ».

DIPLOMATE ET À L'ÉCOUTE

Être à l'écoute et impartial restent certaines des qualités requises pour ce job unique. Pas si évident quand dans son giron évolue quelques-uns des tous meilleurs surfeurs de la planète, amenés à s'affronter pour conquérir les titres les plus prestigieux. En fin de saison 2015, Fanning, Medina et Wright étaient tous trois en lice pour le titre mondial à l'aube de la dernière épreuve. Si aucun d'eux n'a (cette année...) conquis le graal, gérer les antagonismes, la pression, garder les surfeurs dans les meilleurs dispositions relève d'une diplomatie de haut-vol : « S'ils sont face-à-face dans une série, chacun veut gagner et c'est bien normal. Je reste le même, sans agir différemment que s'ils affrontaient un surfeur lambda. Mais ils arrivent à laisser leur rivalité dans l'eau. Il n'y a pas d'agressivité, ils sont très professionnels ». Fletch exerce l'un des métiers qui offre  le plus de proximité avec les pro-surfeurs et leur lifestyle.



Fletch vs Kelly : le duel @WSL


« Cette année, j'ai passé presque dix mois sur la route », explique-t-il. « J'ai encore l'impression que si je ne suis pas là, je vais rater quelque chose. Tant que j'aurais ce sentiment, je continuerai ». Originaire de Torquay, Fletch a tout simplement commencé à travailler dans les entrepôts de Quiksilver avant de rentrer comme commercial chez Dragon. De là, un job dans l'équipe marketing se libère et il se retrouve dès 2004 à gérer le team de la marque de lunettes, dont font déjà partie un certain Mick Fanning et un tout jeune grom du nom d'Owen Wright. La bascule se fait ensuite quand l'imposant barbu intègre Rip Curl, d'abord pour prendre en main le team australien puis, à la demande de Mick Fanning en 2011, pour suivre les meilleurs surfeurs de la marque sur le grand circuit et y prendre la place laissée vacante depuis quelques années par l'ancien pro Matt Griggs. Désormais bien ancré dans le paysage, la solide silhouette de Ryan Fletcher continuera d'évoluer en coulisses, une présence discrète et efficace.

Partager sur :   
COMMENTAIRES (0)
Articles relatifs
190  | 0 
23/11 - Trips
Dillon Perillo, Jacob Willcox et Ry Craike en plein dilemne entre vagues folles et requins un peu trop curieux...
108  | 0 
22/11 - Actu de marque
L'atout charme des speakers du World Tour change de crèmerie.
| 0 
18/11 - Free Surf
Les meilleurs kids mondiaux du team en colo sur les spots portugais.
Le mag en cours
Météo Surf
Prévisions et webcam de mon spot
Shop
Livres, Bd, Magazines, Goodies
Dossier // 1
| 0 
La Surf French Tech
Extrait du dossier du mag de septembre, sur ces entrepreneurs français du web, version surf.
Dossier // 2
| 0 
partir pour rester
Extrait du dossier du mois, sur ces Français qui ont choisi de vivre à l'étranger, avant tout guidés par leur envie de s...