Fanning et Moore sacrés à Trestles

World Tour - Retour sur la dernière journée à Trestles avec le sacre de Mick Fanning et Carissa Moore.

Par Surf Session - @surfsessionmag - samedi 19 septembre 2015 à 08h16
Partager sur :   

Après plusieurs jours « off », les organisateurs du Hurley Pro et Swatch Women's Pro ont eu raison de patienter : la dernière journée du contest s'est déroulée dans de jolies vagues – entre 1m et 1m20 – glassy. Un spot de Lower Trestles en mode « skatepark » avec pour seuls bémols des séries lentes à arriver, ainsi qu'un vent on-shore qui ridera le plan d'eau au fur et à mesure de la journée.

Dans ces conditions « tricky », l'armada brésilienne (avec quatre surfeurs présents en quart de finale) a brillé. Opposé à Joel Parkinson, Filipe Toledovainqueur du Oakley Lowers Pro – a facilement pris la mesure d'un champion du monde 2012, certes au style toujours aussi impeccable, mais nettement moins rapide et tranchant que son homologue. Résultat : 16.66pts pour Toledo et un « Parko » combo.

Leader au classement WT, le maillot jaune Adriano De Souza rejoignait – au terme d'une série sans saveur face à Wiggolly Dantas – les demi-finales (12.67pts vs 8.83pts).

Dans l'autre partie de tableau, Mick Fanning s'est montré assez patient pour choisir les meilleures vagues et ne laisser aucune chance à un Adrian Buchan éteint, incapable de dénicher les vagues à potentiel pour s'exprimer (15.13pts vs 7.59pts). De son côté, Gabriel Medina a remporté le duel de goofy face à un Nat Young peu inspiré et auteur d'une interférence.

Une qualification du champion du monde en titre qui témoignait d'une domination sans conteste des brésiliens à Trestles… où seul l'Australien Mick Fanning était encore en lice. Symbole d'une prise de pouvoir progressive des surfeurs brésiliens ces dernières années sur le tour.

Sur la route de la finale, Adriano De Souza s'est qualifié d'un fil face à son compère Toledo (15.46pts vs 15.27pts). Un surf réglé comme du papier à musique, sans folie, mais assez efficace pour prendre le dessus sur un Filipe qui aura pêché dans son choix de vague. Contrairement au deuxième tour, sa vague au « buzzer » sera cette fois insuffisante pour rallier la finale.

Qualifié pour la finale après avoir récité son surf tout en vitesse et en fluidité face à Medina, Fanning – deuxième ex-aequo à J-Bay– avait là l'occasion en or de passer devant De Souza au classement du WT. L'Australien ne se fera pas prier. Plus rapide, plus précis, plus fluide avec un "linking" parfait entre ses manoeuvres, Fanning maitrisera la finale du début à la fin (malgré une belle résistance du brésilien) pour s'offrir - après Bells - son deuxième succès cette année... et chipper au passage la place de leader à Adriano De Souza.

Chez les femmes, la première demie du Swatch Women's Pro mettait aux prises Bianca Buitendag à Lakey Peterson. Si l'Américaine a scoré la meilleure vague de la série (7.50pts), c'est bien la Sud-Africaine qui tenait sa place en finale grâce à deux vagues notées à plus de six points.

Dans l'autre demie, la bataille a rapidement tourné en faveur de Carissa Moore. Impériale, l'Hawaiienne est facilement venue à bout de Dimity Stoyle grâce à un puissant surf sur le rail.

En finale, c'est la double-championne du monde qui a rapidement pris les commandes en scorant successivement un 5.17pts puis un 8pts. Buitendag répondra par un 7.67pts et un 6.17pts avant que Moore ne creuse définitivement l'écart avec un 8.37pts. Grâce à cette victoire (la troisième cette saison après Snapper et Bells), l'Hawaiienne succède à Steph Gilmore et récupère sa place de leader du World Tour avant les épreuves européennes.

Le Quiksilver Pro France, prochaine étape du World Tour, se déroulera du 6 au 17 octobre à Hossegor. Les femmes marqueront elles un stop au Portugal dès le 22 septembre pour y disputer le Cascais Women's Pro.

Pour plus d'infos : www.worldsurfleague.com

Partager sur :   
COMMENTAIRES (1)
Alex - le 19/09/2015 à 18:17
Dear surfsession,
Cela doit faire maintenant 15 ans que je lis votre magazine. Ce que je regrette c'est parfois un vrai manque de prise de position dans vos résumés des épreuves du world tour. On a souvent l'impression que les articles ne sont écrits que par des suisses.
Notamment, il est flagrant lors de cette dernière journée à Trestles que l'on est revenu sur des critères de surf des années 90. Les juges semblaient noter plus la taille de la vague et le nombre de snaps faits dessus, que la radicalité de la manœuvre et la prise de risque.
Il est clair quand on regarde la rapidité, la fluidité et les carves incisifs de Toledo qu'Adriano ne devait pas passer... puis le heat entre mick et medina aurait du être bien plus serré. Le surf new school ne fait définitivement pas la loi contrairement à ce que vous pouvez laisser suggérer dans votre article.
Je ne souhaite pas faire de pub, mais si l'on regarde des mags australiens comme stab, ils n'hésitent pas à relever ce genre de choses. D'ailleurs même Pottz quand il commentait ne pouvait s'empêcher d'être surpris par les notes d'Adriano.
Bref, je tenais juste à vous dire que je pense que le site y gagnerait grandement si on avait droit à "l'oeil de l'expert" et non une simple retranscription des faits. Je suis même prêt à ce qu'on soutienne qu'Adriano devait passer, tant que c'est argumenté.
Répondre
Articles relatifs
| 1 
04/06/2015 - World Tour
Pour la deuxième année consécutive, l'Australienne confirme sa suprématie à Cloudbreak. Johanne Defay, elle, p...
| 4 
11/02/2015 - World Tour
Interview du team manager Quiksilver et Roxy Mathias Maallem. Le conseiller particulier discret de certaines d...
| 5 
18/03/2014 - World Tour
Gentils, méchants, winners, loosers, suspense, sang, larmes et coups de théâtre : L'ASP World Tour décrypté pa...
| 0 
11/03/2014 - World Tour
La quintuple championne du monde remporte l'épreuve australienne pour la 5ème fois de sa carrière...