Vincent Duvignac : un pro sans sponsor

Business - Sans sponsor majeur depuis la fermeture de Rusty Europe il y a bientôt 6 mois, Duvi craint pour sa carrière, mais reste ultra-motivé.

Par - @romainferrand -
Rocky Point, déc 11 - Photo : Sylvain Cazenave  
Partager sur :   

Novembre 2011 : Vincent Duvignac est en vacances à Hawaii avec sa femme. Un peu de repos bien mérité après une bonne saison (il pointe à la 86ème place du classement WQS), et juste avant les deux dernières épreuves à Haleiwa et Sunset. Il sait que Rusty Europe, son sponsor majeur depuis plus de 3 ans, ne va pas fort. C'est hélas un euphémisme : quelques jours plus tard - après s'être fait sortir de la compétition d'Haleiwa - il reçoit un mail lui annonçant que la société s'est mise en liquidation volontaire et qu'il n'a plus d'obligation envers elle. « Ça voulait tout simplement dire que je n'étais plus sponsorisé par Rusty », raconte Duvi. L'information est dure à avaler, mais il reste pourtant assez confiant : "je pensais que ce n'était qu'une question de semaines avant que je retrouve un sponsor ».

Pourtant, 5 mois après, la situation reste inchangée. Et aucun sticker n'est venu remplacer celui de Rusty sur le nose de la planche de Duvi, qui vient malgré lui gonfler les rangs des top surfeurs français sans sponsors, comme Edouard Delpero ou Charly Martin. Depuis l'épisode d'Hawaii, Duvi a multiplié les contacts pour se sortir de cette situation, en vain : « Aucune porte fermée, mais que des réponses négatives, des mises en attente. C'est là qu'on se dit que le surf business va mal ». Même son de cloche chez certaines marques hors-glisse également approchées par le pro surfeur.

Une saison complète sur le circuit WQS coûte approximativement 40 000 euros. A quoi viennent s'ajouter les "exigences salariales" de chaque surfeur. Une somme malgré tout ridicule comparée à d'autres sports, mais qui semble aujourd'hui impossible à débourser pour la plupart des marques du milieu.

“J'ai récemment vendu ma pirogue pour pouvoir me payer mon billet pour Trestles

Les sponsors restants de Duvi (Pull-In, G-Shock, FCS, Seventy One Percent + les planches Timberline et RT Surfboards) représentent environ 5% de son budget annuel. D'où l'urgence de retrouver rapidement un nouveau soutien : « je n'ai jamais pu faire de grosses économies quand j'étais chez Rusty. Aujourd'hui, je vends du matériel, des combinaisons pour poursuivre ma carrière. J'ai récemment vendu ma pirogue pour pouvoir me payer mon billet pour Trestles (où il est actuellement pour le Nike Lowers Pro) ».

Maïder Arosteguy, Biarritz avril 2012 - Photo : Antoine Justes

Cette situation précaire intervient au plus mauvais moment pour Duvi, qui était parvenu à se hisser dans le top 100 du WQS, donnant ainsi une nouvelle dimension à sa carrière : « Cette année, je pouvais participer à tous les Prime suite à mon classement de l'an dernier. J'ai réussi à participer aux 2 premiers de la saison à Fernando de Noronha et Margaret River. Maintenant 140ème, il me faut attendre l'Europe pour me rattraper. Mais le classement est réactualisé à partir de juillet, et je dois gagner un minimum de points pour rester dans le classement et pouvoir participer aux épreuves 6* européennes » précise-t-il.

Et la motivation dans tout ça ? « Intacte », répond Vincent, qui reconnait quand même avoir parfois des baisses de moral. "Dans ces cas-là il faut garder le cap, et quand on retrouve la motivation, elle est là à 200% ».

Pas facile en effet d'être mis subitement sur la touche quand on fait partie des meilleurs français. Un sentiment de frustration qui là aussi rebooste le Landais :  «Quand je descends sur Hossegor et que je vois tous ces jeunes sponsorisés, qui ont encore leurs contrats, leurs combis, des billets d'avion pour partir, ça me donne encore plus de motivation pour tout casser ».

2nde place au Protest Vendée Pro, avril 2012 - © Aquashot / aspeurope.com

Si il a toujours l'espoir de voir rapidement le bout du tunnel, Duvi sait que rien n'est encore joué. Et que la situation pourrait s'éterniser, au point de lui coûter sa carrière : « Si je ne retrouve pas de sponsors d'ici l'année prochaine, j'envisage de passer mon brevet d'état de surf ». Devenir professeur ou entraîneur de surf en pleine ascension : cette pensée ne réjouit pas le compétiteur : «Ça fait 15 ans que je surfe, j'ai toujours voulu faire ce métier et… (il soupire) c'est quelque part une désillusion, une frustration, d'autant que j'ai encore une bonne marge de progression et que je travaille beaucoup pour ça. Mais en ce moment, ma carrière se joue sur un coup de poker ».

Sa seconde place mi avril lors du WQS Protest Vendée Pro témoigne de sa forme du moment, et Duvi tient à continuer de briller sur les compètes. Surtout, il espère que la période qu'il traverse ne sera bientôt plus qu'un mauvais souvenir. On le souhaite aussi, tout comme ses nombreux fans, parce que Duvi le mérite vraiment.

Romain Ferrand

Retrouvez Vincent Duvignac sur son blog, sa page Facebook et son compte Twitter.

Ci-dessous : le dernier clip de Duvi, par Falling Angels Prod, avril 2012 :



Partager sur :   
COMMENTAIRES (18)
polo - le 02/05/2012 à 11:22
Ouais dommage car j'aime bien Duvi. Il envoie sur ses vidéos... Par contre à Trestles il a pris une rouste au premier tour. Le problème c'est qu'il ne gagne que des petites compèts et ne brille que trop rarement dans les grosses. Pas de resultat, pas de chocolat ;-)
Répondre
Pierrel laurence - le 02/05/2012 à 16:41
Ce mec mérite grave !!!!!!!!! Les majeurs devrait lui filer un coup de main a réaliser son rêve !
Répondre
Julien - le 02/05/2012 à 17:10
Vincent merite d etre sponso par une majeure ses videos envoient et en freesurf c est l un des meilleurs francais! Courage!
Répondre
ALex - le 02/05/2012 à 17:16
Franchement, ce n'est pas normal qu'un mec comme vincent ne trouve pas de sponsor.
Il est encore jeune, il est talentueux et des surfers aussi polyvalent on n'en trouve pas beaucoup sur le territoire français.
Avec la crise économique les sponsors sont devenus aussi frileux que les banques et c'est dommage de ne plus oser investir pour des gens qui le méritent vraiment.
Je suis sur que duvi en fait parti. De plus sont classement sur le tour n'a fait que croitre ces dernières années, et contrairement à ce que tu dis Polo, l'année dernière Duvi est l'un des français qui a le mieux tourné sur le QS. C'est par exemple le français qui a fait le meilleur résultat pour le 6* de Lacanau.

Je ne pense pas que la compétition de trestle d'hier soit le bon exemple à donné. Pour l'avoir vu en live, il est tombé pile dans une série sans vague et le vent avait légèrement tourné. Dans ces conditions c'est un peu la loterie, il aurait très bien pu passer, ça s'est joué à une vague près.
Je lui souhaite beaucoup de courage en tout cas !
Répondre
George - le 02/05/2012 à 17:52
C'est ce qui attend un bon nombre de surfeurs européens : aucune visibilité sur le plan international ou presque (aucune victoire sur une grosse compète) et les sponsors dans la "crise" (wouarf) vont demander des comptes. J'ai l'impression que des contrats vont être revus à la baisse... Les français comme Duvi, Duru ou Lacomare sont très bons mais inexistants au niveau international. Je me répète mais, quel est intérêt d'aller pourrir la planète avec des voyages en avions incessants au 4 coins du globe pour se faire systématiquement sortir au 1er ou 2ème tour ? Le surf, c'est écologique ? Tu parles.
Répondre
yep - le 02/05/2012 à 17:53
faire comme tout le monde , travailler.....
Répondre
Yan - le 02/05/2012 à 18:39
J'me souviens de lui au triple crown a Sunset, les commentateurs etaient fous, il a envoye grave dans le tres gros. Bon courage a lui et qd je vois les montants evoques c ridicule, 5 marques pour 5000 € alors que toutes ces marques margent a font, des montres a 200€ qui doivent en couter 10, des teeshirt a 30 et qui en coute 3.....
Répondre
George - le 02/05/2012 à 18:52
oui, travailler, comme tout le monde, peux pas mieux dire.
Répondre
Marc - le 02/05/2012 à 20:11
Franchement ,il va falloir arrêter de gâter les surfeurs Français qui ne font quasiment aucuns résultats ,voir même ils sont ridicules dans certaines compèts ...! et il n'est pas le seul .Par contre pour la modestie ils ne connaissent pas ,ils sont champion du monde .Il faut appliquer une politique ,donnant donnant ..!Franchement ,quand tu vois le niveau qu'il y a en Australie,et en plus ils n'ont pas le melon ,tu rigoles quand tu vois les enfants gâtés en France et qu'ils ne feront rien ..je ne citerai pas les noms des ces copains ,mais c'est pareil pour eux .La vérité c'est qu'ils sont mauvais .Alors on ne va pas pleurer pour Vincent Duvignac car il ne fait rien en compèt ,comme ses copains .Il va falloir que les sponsors fasse le ménage et il serait temps de revenir à la réalité ..voilà ,c'est ce que pense la plupart des mecs qui surfent toute l'année et qu'il n'ont pas la chance de faire des trips sous les tropiques au frais de la "princesse".
Répondre
fanf - le 02/05/2012 à 21:34
2 victoires en World championship tour pour les Français en 35 ans de compétitions ( sur peut être sur plus de 1000 contests de première division).
Anne Gaelle Hoarau en 92 a St Leu dans du costaud a la maison et JF en 2010 dans un gros Mètre 50 a Backdoor (1 victoire en prés de six ans de carrière pour un ex futur champion du monde c un peu léger). Sebastien St Jean 71 au classement 1991, 20 ans plus tard Duru ou Lacomare quelque chose comme 71 au classement 2011. Miki Picon, une saison correcte (21 ém) sur 15 ans de carrière. Mais champion du monde du melon sans aucun doute. Des belles bagnoles, du pognon, des trips et des jolies filles faciles : yo le surf français bling bling métrosexuel. Y en a marre, on veux du sauvage, du bestial du vrai quoi. Pas de la chiquette a qui on a envie de mettre des claques en salles de sports entre deux séances de gonflettes. Allez les bleus comme Duvignac. Do it Yourself. Serre toi la ceinture et croise les doigts pour la suite. A l'envie tu mérites. Bon courage.
Répondre
t64 - le 02/05/2012 à 21:43
Bravo pour ces commentaires...typiquement francais.
Jalousie,critique,etc...
Si la France a de mauvais surfeurs,ces derniers se reconfortent dans le fait qu'il y ait d'encore plus mauvais supporteurs.
Répondre
Yoann - le 02/05/2012 à 22:54
Niveau résultats, Vincent s'est fait un nom à Hawaï cet hiver, il vient de finir 2nd au Vendé Pro et puis même le surf ce n'est pas que la compét!Non? Pour faire des résultats au niveau international il faut de l'argent....il est donc nécessaire de faire des choix de contest. De plus avec les nouveaux systèmes de l'Asp, de plus en plus de cadors du CT se déplacent pour les 6*...il est donc plus difficile de se démarquer. Les surfeurs français ont un excellent niveau, mais sous évalué au niveau international! Il suffit de voir Jéremy sur le dernier Ct....Pour être un bon "sponsorisé" il faut être performant, à la fois en compet et en free surf...dans le petit et dans le gros, afin de promouvoir une marque ....Vincent à toutes ces qualités et mérite largement une contribution pour continuer de vivre son rêve et de faire évoluer notre sport, en donnant envie aux kids de s'y mettre! j'espère donc qu'il va retrouver un gros sticker assez vite, car vu le niveau qu'il a atteint mais surtout le niveau qu'il peut atteindre, cela serait dommage!
Répondre
Durstik - le 02/05/2012 à 23:58
Malheureusement pour nos frenchies, les marques raisonnent de plus en plus dans des logiques à très court terme et cherchent une rentabilité rapide, choses que peuvent offrir les nouveaux ptits phénomènes bresiliens ou australiens du surf mondial...Ces marques rechignent donc de plus en plus à sponsoriser des surfers qui écument le WQS depuis quelques années en dépit de leur bon niveau et de leur état d esprit ! En tout cas bonne chance à Vincent !
Répondre
paul ciño - le 03/05/2012 à 00:39
on a qu'à faire un My major compagny pour nos surfeurs !
Répondre
Daritxague - le 03/05/2012 à 13:17
Franchement, et dire qu'il y a des mitos sponsorisés par des marques qui surfent à peine et qui nous collent leurs photos de leurs trips alors qu'un gars comme lui n'a jamais rien. Il mérite amplement d'être sponso par une marque, qui l'accompagnerait dans sa carrière de pro.
Répondre
clo33 - le 03/05/2012 à 21:30
Peut-être n'est-il pas assez bling bling? Pour l'avoir rencontré et discuté un peu avec,Vinvent semble vraiment faire preuve d'humilité et de simplicité.
Je lui souhaite du courage car vivre du sport de haut niveau n'est pas chose simple(et surtout éphémère),notamment dans le surf.
Une bonne initiative de surf session(à mes yeux)
Répondre
la jose - le 06/05/2012 à 18:06
Abusé qu' un gars de ce niveau n' ait pas de sponsor...
Accroche toi mec....
Répondre
Mr S - le 15/05/2013 à 11:09
et dans tout ça les pigeons c'est nous on paye pour des marques qui ont trop la classe et qui ne sponsorisent même pas les mecs que nous aimeriont voir briller!

alors on fait quoi, on pressione les marques pour sponsoriser Vincent. pour vincent as tu pensé à démarcher patagonia je crois qu'il ne focalise pas trop sur l'esprit bling bling...
Répondre
Articles relatifs
| 0 
30/11/2015 - Business
Désormais sans sponsor majeur, le Californien prépare la suite.
| 1 
27/11/2015 - Business
Se payer le n°1 des accessoires, c'est un grand pas de plus pour le géant qui ne cache plus son but : être abs...
| 7 
16/07/2015 - Business
Le site est ouvert et la première collection en vente. Kelly est heureux, certains de ses fans, un peu moins.....
| 10 
01/04/2014 - Business
Le multiple Champion du monde met fin à une relation de plus de 23 ans avec son sponsor historique... et ce n&...