Mondiaux de para surf : Colin, Phipps et Naud lancent l'équipe de France

Compétition - Au total, 16 athlètes français (un record) vont disputer ces Mondiaux de Para Surf à Pismo Beach qui ont débuté cette nuit.

Par - @surfsessionmag -
Partager sur :   

L'équipe de France est enfin entrée dans ses championnats du monde de para surf la nuit dernière du côté de Pismo Beach en Californie. Sept Français sur les 16 sélectionnés sont déjà passés à l'eau pour un premier tour non éliminatoire dans des vagues d'environ 1 mètre.

Guillaume Colin, Laury Phipps et Philippe Naud ont claqué les meilleures perf' et sont déjà bien placés pour la qualification en 1/2, voire directement la finale. 

Résumé de cette première journée de compétition !

Pismo Beach est apparu sous deux aspects ce lundi en Californie. On est ainsi passé de la perfection matinale à la désolation l'après-midi avec une marée basse et un vent on shore. Qu'importe le flacon, il fallait aller au charbon pour les Français engagés dans cette journée inaugurale. Premier de cordée, Maxime Cabanne (catégorie Kneel) s'en est plutôt bien sorti avec de la longueur de vague. Sans vraiment pouvoir s'exprimer, le Basque est 7e du classement provisoire avec un total de 7.10 pts avec une seule vraie bonne vague (4.40 pts). Pour rappel, les huit premiers de sa catégorie iront en 1/2.

L'Espagnol Ibon Oregui (15.83 pts) et le Gallois Llywlyn Williams (14.73 pts), au-dessus du lot, sont partis pour se disputer le titre mondial. 



Rappelons avant d'aller plus loin que le format particulier de la compétition propose deux tours de qualification d'où sortiront les meilleurs au regard des deux meilleures notes obtenues sur les deux passages. Lesquels iront en demi-finales ou même en finale selon les catégories. 

Pierre Pochat (catégorie prone 1) a joué à se faire peur, très peur même.

En difficulté pour passer la barre, il a dû aller chercher au plus profond de son physique et de son mental les ressources pour y parvenir. Il a pris sa première vague alors que le chronomètre affichait 7 minutes à surfer. Une longue droite récompensée d'un 4.43 pts. Pierre est allé chercher son backup dans une petite mousse pour un deuxième score bienvenu (1.13 pts) qui lui permet d'être 8e au classement provisoire et dans le cut pour les demis.

Multiple champion du monde, Casey Proud (Hawaii) a donné la leçon avec 16.17 pts de total. 

Pierre Pochat sur sa très belle droite.


Au meilleur moment de la journée, Guillaume Colin (catégorie Sit) a multiplié les vagues et s'est fait plaisir. Une première longue droite avec plusieurs gros virages (6.93 pts), puis une gauche (5.17 pts) pour signer le deuxième total de la catégorie derrière le Brésilien Fellipe Kizu Lima (15.67 pts) mais largement devant le Costaricien Juan Manuel Camacho (6.83 pts). Les quatre premiers de la catégorie passeront en finale et il peut, déjà et légitimement, espérer une médaille.

Avec le changement de marée, le vent s'est levé, rendant très difficilement praticable un spot totalement différent en début d'après-midi.

Dans ces conditions difficiles et avec des vagues rapides et sans véritablement d'épaule, Clément Clavaud-Paul (catégorie Stand 1) a vécu un calvaire. Une chute d'entrée, une demi-vague ensuite (0,50 pts) puis plus rien. Frustré au possible en sortant de l'eau alors qu'il avait eu de bonnes sensations la veille, le voici 8e au classement alors que seuls les quatre premiers passeront directement en finale. À lui de tout donner au 2e tour (mercredi) pour obtenir deux scores et doubler le Japonais Suguru Nara qui pointe à seulement 3.93 pts de total. C'est largement dans les compétences de Clément.

Loin devant le peloton, le Brésilien Roberto Pino (13.16 pts) semble intouchable. 

Clément Clavaud-Paul


Dans un océan désordonné au possible, Laurie Phipps (catégorie Stand 2) n'a rien lâché pour s'extirper d'une situation compromise.

Encline à surfer de belles et longues vagues, la Landaise a longtemps cherché l'ouverture pour, finalement, se décider à partir sur ce qu'elle pouvait se mettre sous la planche. Deux bouts de vagues (2.43 et 2.37 pts), en droite, pour démontrer à la fois sa technique et surtout son mental. Et si la Brésilienne Malu Mendes s'impose (7.46 pts), Phipps réalise le 3e total de la catégorie et sait qu'elle pourra, devra, améliorer son total dans des conditions plus clémentes. Ce qui a priori devrait être le cas ces prochains jours.

Laurie Phipps a dû s'employer pour se sortir d'une situation compliquée.


Dans la foulée et dans la même catégorie, Cécile Hernandez a semblé un peu en difficulté. Au courage et à l'énergie, la Perpignanaise s'est arrachée pour surfer deux vagues (1.83 et 1.37 pts), loin de ce qu'elle peut proposer mais déjà importantes pour la suite de la compétition. Hernandez est 5e au général et il lui faudra gratter une place pour aller en finale.

Elle devra déloger la Néerlandaise Britt Gansewinkel, qui n'est qu'à 0.37 pt devant, pour espérer s'offrir une finale avec sa coéquipière. 

Cécile Hernandez


En toute fin de journée, le capitaine des Bleus Philippe Naud (catégorie Stand 2) s'est mis à l'eau malgré une épaule douloureuse. Vice-champion du monde en 2020, troisième l'an dernier, le Vendéen a, sur une vague et une grosse manoeuvre, montré qui il était. Take off, bottom au cordeau, reentry bien appuyé pour un 7.83 pts, meilleure score du tour 1. Troisième total (10.56 pts) et donc troisième place pour son entrée en lice, derrière Rafael Lueders (11.93 pts) et le Japonais Kenjiro Ito (10.66 pts).

Philippe Naud est assuré de voir les demis et peut reposer son épaule. 

Philippe Naud sur sa vague qui lui permet d'obtenir la meilleure note du jour dans sa catégorie

Programme à venir

Alors qu'ils étaient prévus la nuit dernière, Eric Dargent et Geoffroy Moucheboeuf (catégorie Stand 3) passeront finalement mardi matin (cet après-midi en heures françaises). Ils seront huit au total à passer aujourd'hui pour la deuxième des sept journées de compétition.

Cette nuit, 15 des 16 surfeurs de l'équipe de France auront disputé le premier des deux tours de qualification, et seule Valentine Moskotéoc devra encore patienter. Cela permettra de dresser un premier bilan sur le potentiel de la France dans cette course aux médailles individuelles et au classement des nations.

À noter, et ça a son importance, la houle va diminuer pour offrir des vagues de moins d'un mètre ce mardi, puis à peine 50 cm les jours suivants, avant qu'une autre houle d'environ 2m vienne conclure les championnats en fin de semaine. 



Résultats du 1er tour

Knell

Maxime Cabanne : 1ère place de sa série avec 7.10 pts, 7e total du jour dans sa catégorie, 8 qualifiés pour les demi-finales.

Prone 1

Pierre Pochat : 2e place de sa série avec 5.56 pts, 8e total du jour dans sa catégorie, 8 qualifiés pour les demi-finales.

Sit

Guillaume Colin : 1ère place de sa série avec 12.10 pts, 2e total du jour dans sa catégorie, 4 qualifiés pour la finale.

Stand 1

Clément Clavaud-Paul : 3e place de sa série avec 0,50 pt, 8e total du jour dans sa catégorie, 4 qualifiés pour la finale.

Stand 2 dames

Laurie Phipps : 2e place de sa série avec 4.80 pts, 3e total du jour dans sa catégorie, 4 qualifiées pour la finale.

Cécile Hernandez : 2e place de sa série avec 3.20 pts, 5e total du jour dans sa catégorie, 4 qualifiées pour la finale.

Stand 2 messieurs

Philippe Naud : 2e place de sa série avec 10.56 pts, 3e total du jour dans sa catégorie, 8 qualifiés pour les demi-finales.

Les surfeurs de l'équipe de France au soutien du capitaine Philippe Naud durant sa série.


Réactions


Maxime Cabanne

« Je n'ai eu qu'une seule bonne vague. J'en ai pris une autre mais le Brésilien m'a fait une interférence en me démarrant devant... Ça m'a mis dans le jus. Il n'y avait pas trop de fréquence dans la série. J'ai mis du temps à trouver la bombe. Elle est arrivée et a bien déroulé jusqu'au bord. J'ai eu de bonnes sensations contrairement à la journée d'entraînement hier (dimanche). »

Pierre Pochat

« Il me fallait au moins une bonne vague. Je vais attendre le prochain tour pour m'améliorer mais c'est déjà ça de pris. Je m'en sors pas mal car j'ai vécu un vrai cauchemar. Je me suis fait prendre par une vague d'entrée et j'ai dû repasser la barre. Ça a été très dur de retourner au large. Je l'ai fait au mental. Je suis content car je ne savais pas comment cette histoire allait se terminer. J'étais entré à l'eau pour prendre des gauches et j'avais choisi de me placer là pour ça. Et finalement, je prends une longue droite qui a bien ouvert. J'étais assez fatigué et j'ai donc fait ça à l'instinct. »

Guillaume Colin

« Ma première vague m'a mis en confiance. Je l'ai prise dès la première minute. Elle n'était pas grosse mais elle a bien déroulé. J'ai pu faire pas mal de manoeuvres. J'ai pris ensuite pas mal de vagues dessus, j'ai fait quelques sessions d'apnée... Je me suis fais plaisir en tout cas. Il y avait de belles conditions : glassy, soleil, c'était de la régalade. Je découvre le para surf et l'équipe de France avec un grand plaisir, je suis dans la catégorie Sit, en waveski. Il y a une bonne ambiance. On se motive tous les uns les autres. C'est vraiment sympa. »

Cécile Hernandez

« Je suis débutante, ça s'est vu ! Il y a encore plein de choses que je ne connais pas. Le "pier", le courant, ... J'ai vraiment ramassé. Je suis restée 10 minutes sous le pont, sans pouvoir réussir à retourner au large. Mais je me suis battue. J'ai pris deux petites vagues, j'ai fait de la longueur sur une micro mousse. J'ai pourtant l'habitude des grandes échéances sportives (elle est championne paralympique de snowboard, ndlr) mais là j'étais hyper stressée. J'étais bien mieux hier à l'entraînement. Mais voilà, c'était ma première fois en série en championnats du monde de para surf. Donc, c'est fait. Et ça ira beaucoup mieux au prochain tour ! » 

Philippe Naud

« J'ai trouvé une ouverture mais ce n'était vraiment pas facile d'avoir une vague qui ouvrait. J'ai eu un petit mouchoir de poche pour taper, c'est rentré. Je n'ai pas entendu mon score et ce n'est qu'en sortant de l'eau que j'ai su que j'avais eu 7.83 pts. C'est parfait (sourire). J'ai essayé d'en avoir une deuxième aussi bien mais impossible. C'était vraiment compliqué. Je suis tombé sur ma dernière vague à cause de mon épaule, je n'arrivais plus à me lever. J'ai un peu forcé dessus mais je ne m'inquiète pas, c'est bon. C'était cool d'avoir toute l'équipe sur la jetée au-dessus de moi. Ils m'ont encouragé, ça m'a donné du coeur pour tout donner. Il y a une belle cohésion d'équipe, une bonne énergie. Ça va envoyer du lourd cette semaine ! »

Maxime Cabanne, Philippe Naud, Eric Dargent et Clément Clavaud-Paul sur la plage de Pismo Beach lundi matin.


L'équipe de France

Messieurs

Stand 1 : Clément Clavaud (Carcans Océan Surf Club)
Stand 2 : Philippe Naud (St Gilles Croix de Vie Surf Club)
Stand 3 : Eric Dargent (Lou Martègue Surf Club)
Stand 3 : Geoffrey Moucheboeuf (Océan Roots Surf Club)
Kneel :  Maxime Cabanne (Aviron Bayonnais Surf)
Prone 1 : Pierre Pochat (Aviron Bayonnais Surf)
Visuel 1 : Thomas Dasilva (Biarritz Association Surf Clubs)
Visuel 2 : Pierrot Gagliano (Association Nationale Handi Surf)
Sit : Collin Guillaume (Association Nationale Handi Surf)

Dames

Stand 2 : Laurie Phipps (Hossegor surf Club), Cécile Hernandez (Association des Bodyboardeurs et Surfeurs Catalans)
Knell : Emmanuelle Blanchet (St Gilles Croix de Vie Surf Club)
Prone 2 : Céline Rouillard (Aviron Bayonnais Surf), Béatrice Durand (Association Nationale Handi Surf)
Visuel 1 : Valentine Moskoteo (Association Nationale Handi Surf)
Visuel 2 : Lou Méchiche (Lacanau Surf Club)



Staff

Jean-Marc Saint Geours (chef de délégation, président délégué FFSurf)
Carol Combecave (élue para surf et para surf adapté)
Serge Lougarot (CTN, coach)
Johan Poncet (coach)
Patrick Flores (coach)
Théophile Castaner (coach)
Edouard Manson (kiné)
Jessica Baudry (médecin) 
Stéphane Sisco (communication)
Guillaume Arrieta (photographe)



Les catégories

Stand 1 (debout) : tout surfeur qui surfe une vague en position debout avec une amputation du membre supérieur ou un handicap congénital ou équivalent, ou une petite taille.

Stand 2 (debout) : tout surfeur qui surfe une vague en position debout avec une amputation au-dessous du genou ou un handicap congénital ou équivalent, ou une différence de longueur de jambe.

Stand 3 (debout) : tout surfeur qui surfe une vague en position debout avec une amputation au-dessus du genou ou les deux amputations des membres inférieurs ou un handicap congénital ou équivalent.

Visuel 1 : tout surfeur qui surfe sur une vague en position debout avec une classification IBSA de niveau B1.

Visuel 2 : tout surfeur qui surfe une vague en position debout avec une classification IBSA de niveau B2 et de niveau B3.

Kneel (à genoux) : tout surfeur qui surfe une vague en position agenouillée ou assise sans pagaie avec une amputation au-dessus du genou ou les deux amputations des membres inférieurs ou un équivalent congénital ou une déficience.

Sit (assis) : tout surfeur qui surfe sur une vague en position assise et qui n'a pas besoin d'aide pour pagayer dans une vague et remonter sur la planche en toute sécurité.

Prone 1 (allongé) : tout surfeur qui surfe sur la vague en position couchée et qui n'a pas besoin d'aide pour ramer dans une vague et remonter sur la planche en toute sécurité.

Prone 2 (allongé) : tout surfeur qui surfe sur la vague en position couchée et qui a besoin d'aide pour entrer dans l'eau, pagayer dans une vague et remonter sur la planche en toute sécurité.
                                      
Partager sur :   
COMMENTAIRES (0)
pour signaler un contenu illicite, adressez un mail à : marco@surfsession.com
Articles relatifs
| 0 
08/12/2022 - Compétition
L'équipe de France a vibré avec la qualification en finale de la benjamine du groupe Valentine Moskoteoc (12 a...
| 0 
07/12/2022 - Compétition
Eric Dargent, Geoffroy Moucheboeuf, Céline Rouillard et Thomas Da Silva ont déjà assuré les points pour la qua...
| 0 
11/12/2022 - Compétition
Les bleus rentrent de Californie avec 8 médailles individuelles et le titre de vice-champions du monde !
Météo Surf
Prévisions et webcam de mon spot
Dossier
| 0 
Les surfeurs gays gagnent en visibi...
Pour venir à bout des tabous, certains membres de la communauté LGBTQ+ ne veulent plus surfer cachés.
SURF SESSION TV
Les Fondamentaux Surf
12 tutos vidéos pour acquérir les bases du surf ! Présenté par Surf Session et Bic.