Surf et G7... C'est compliqué !

Dossier - Vagues désertes à Biarritz, inquiétude à Anglet, assos mobilisées, et humour sur les réseaux.

Par - @surfsessionmag -
Photo : Jean-Claude Coutausse
Partager sur :   

Le G7 de Biarritz se termine aujourd'hui. L'événement est venu chambouler les habitudes des surfeurs de Biarritz et a fait réagir bien au delà des limites de la Côte Basque. On fait le point.

VAGUES DÉSERTES A BIARRITZ

Située au cœur de la fameuse zone rouge, la Grande Plage et celle du Miramar étaient interdites aux surfeurs comme aux baigneurs du 23 au 26 août. D'ailleurs seuls les résidents y avaient accès, uniquement à pied, et sous présentation de badge officiel et pièce d'identité. Les autres plages de Biarritz étaient ouvertes, mais contraintes de circulation et de stationnement pouvaient en limiter l'accès.


Comme le regrette Jeff Bernard, gérant de l'école Biarritz Surf Océan : "La ville se vide, les professionnels du tourisme sont priés de rentrer chez eux. Les quelques touristes pris au piège par l'ensemble des zones sécurisées partent de l'autre côté de la frontière pour un week end prolongé en Espagne. Les plages de la zone 1 sont interdites. 12300 policiers sont sur place accompagnés de forces militaires. Au final, nos précieux chefs d'états vont vivre une cote basque sous cloche, sans vie... plages vides et vagues vierges de surfeurs."

Effectivement d'étranges scènes ont été immortalisées dans la ville ce week-end...



On a pourtant remarqué des surfeurs en arrière plan d'une interview de Boris Johnson... Y'a t'il eu tolérance pour certains ? Après tout il y a bien du surf au programme des premières dames qui doivent assister à une démonstration ce lundi, puis "rencontrer des championnes" et échanger avec des associations actives dans la protection des océans.



ANGLET INQUIÈTE

La cité voisine d'Anglet risquait d'être également touchée puisque la zone rouge s'étend jusqu'au cap Saint-Martin, à la frontière des deux villes. Si on y a surfé tout le week-end, il était difficile de se garer près du VVF qui réservait des places pour plusieurs dizaines de véhicules officiels ces derniers jours. De plus, craignant les dérapages des manifestations, plusieurs commerces dont les surfshops ont été fermés.


DES APPELS A L'ACTION



Pendant que la ville de Seignosse essayait juste de profiter du G7 pour se faire de la pub, certaines associations y ont vu une opportunité de faire passer des messages, comme ONE avec l'artiste Sam Dougados, ou Rame Pour Ta Planète avec leurs actions à Biarritz et à Guéthary.






Avec son Pavillon Océan et l'Ocean Call qui a suivi, Surfrider Fondation  souhaitait mettre la préservation de l'océan au menu du G7 avec conférences, débats, concertations et ateliers de travail.



UN PEU D'HUMOUR
Pendant ce temps sur les réseaux sociaux, on préférait en rire avec toutes sortes de caricatures...




            


Partager sur :   
COMMENTAIRES (1)
Cloclo - le 26/08/2019 à 23:49
Sujet bien traité à mes yeux.
Merci surf session.
Répondre
Articles relatifs
| 4 
09/06 - Dossier
Ces récifs artificiels promettent de transformer les plages fermantes en spots parfaits.
| 0 
25/09/2018 - Dossier
Dix vagues, une chronologie allant des années 60 à aujourd'hui : voici notre sélection des plus belles vagues ...
| 2 
01/07/2018 - Dossier
Les vieux fourgons aménagés ont du mal à passer entre les mailles du nouveau contrôle technique.
Le mag en cours
Météo Surf
Prévisions et webcam de mon spot
Shop
Livres, Bd, Magazines, Goodies
Dossier
| 1 
Surf et G7... C'est compliqué !
Vagues désertes à Biarritz, inquiétude à Anglet, assos mobilisées, et humour sur les réseaux.
SURF SESSION TV
Les Fondamentaux Surf
12 tutos vidéos pour acquérir les bases du surf ! Présenté par Surf Session et Bic.