L'EuroSIMA prend position contre le projet EDF dans les Landes

Environnement - L'association porte-parole des entreprises de la filière glisse explique son refus du projet EDF de stockage de gaz dans les Landes.

Par - @romainferrand -
Partager sur :   

Le projet EDF pharaonique de stockage souterrain de gaz dans les Landes, impliquant notamment d'énormes rejets de sel dans l'océan, soulève depuis des mois une forte opposition en Aquitaine (cf. "projet EDF : un projet salé pour les riders du Sud Landes, Surf Session n°296, mars 2012). Plusieurs débats publics ont permis aux habitants des zones concernées, aux élus et à diverses associations de pouvoir échanger (parfois de façon musclée) avec les représentants d'EDF à l'origine du projet. Des rassemblements avaient également permis de faire écho de l'importante mobilisation de la population landaise.

Malgré tout, beaucoup s'étonnaient du faible soutien des pro surfeurs du coin (dont la médiatisation aurait pu servir la cause), mais aussi des dirigeants des grandes entreprises de glisse.

C'était sans compter sur ce communiqué de Fred Basse, Président de l'Eurosima (et directeur marketing de Rip Curl Europe) qui prend aujourd'hui clairement position contre le projet au nom de l'association (voir communiqué ci-dessous). Reste à espérer que la voix de l'Eurosima (qui représente 3500 emplois et 1,7 milliard d'euros de chiffre d'affaires) en Aquitaine puisse porter plus loin que celles des habitants des zones concernées par le projet. A suivre...

Communiqué :

“EDF a présenté dernièrement un projet de stockage de gaz en cavités salines dans les Landes avec l'évacuation vers l'océan des rejets liés au forage.

Sur décision du Conseil d'Administration EuroSIMA, nous avons effectué une campagne de sensibilisation à ce projet auprès des entreprises adhérentes à l'association.

Une réunion d'information a également été organisée le 24 mai dernier à Soorts-Hossegor avec Surfrider Foundation Europe et le Collectif Citoyens d'opposition au projet de stockage de gaz. Après consultation des études et des cahiers d'acteurs conduits par ces deux associations, nous avons décidé que l'industrie du surf devait s'opposer à ce projet qui représente une catastrophe environnementale programmée.

Nous pensons, en tant que porte-parole de la filière glisse représentant plus de 3500 emplois et 1,7 milliard d'euros de chiffre d'affaires en Aquitaine, que le projet EDF ne doit pas être réalisé dans les Landes pour les raisons suivantes :

• En matière d'écologie, ce projet va impacter durablement le patrimoine landais et son environnement naturel. Nous posons la question de la compatibilité de ce projet avec les engagements pris depuis plus de 30 ans sur la côte aquitaine pour la conservation des milieux naturels littoraux (Mission d'Aménagement de la Côte Aquitaine, GIP littoral, loi littoral, ...).

En effet, la France dispose d'un outil majeur pour la protection de ses espaces naturels littoraux, la loi n°86-2 du 3 janvier 1986, dite loi littoral, incompatible avec ce projet d'EDF. Les espaces littoraux des communes concernées par le passage du saumoduc et la création de la station de pompage, sont tous normalement protégés au titre de la loi littoral.

En matière de géologie, les risques sismiques et les diverses études menées ne donnent aucune certitude quant à l'opportunité de choix du site pour y stocker du gaz.

En matière d'économie, les quelques retombées financières et les hypothétiques valorisations sont minimes, en contrepartie d'un projet qui aura un impact néfaste évident sur l'image des Landes et qui va venir freiner la croissance économique actuelle et le développement de toute une région (Industrie du Surf, Thermalisme, Tourisme, Pêche,…). Cela représente une réelle menace pour les 300 entreprises de la glisse en Aquitaine (écoles de surf, magasins spécialisés, shapers, sièges sociaux des leaders européens du marché du surf), qui ont tous choisi cette région pour la qualité des vagues, de la vie, de ses espaces naturels protégés.

En matière d'opportunité et de transition énergétique, nous savons qu'EDF ne répond pas à une nécessité, ni à une logique de développement des énergies renouvelables sur notre territoire mais cherche à positionner son entreprise sur le marché mondial du gaz avec ce projet.

En matière technologique, nous avons constaté qu'EDF n'a aucune expérience dans le domaine du stockage de gaz en cavité saline, et n'est pas en mesure de garantir quoi que ce soit en matière de pollution, de risque industriels, de fuite le long du saumoduc, ni d'abandon des cavités. L'ampleur du chantier initial (station de pompage sur l'arrière dune et 165 ha impactés par le chantier, forage de cavités de la taille de la tour Montparnasse,…) sans aucune garantie sur la fiabilité de la solution technologique, est inacceptable.

En matière de démocratie, une grande partie des citoyens est contre ce projet. 10 400 citoyens sur un bassin de population de 100 000 personnes ont signé la pétition au 19 mai 2012. Une majorité des élus se sont prononcés et positionnés contre ce projet.

• Enfin, en matière de responsabilité collective, l'impact de ce projet est global et menaçant pour toutes les zones de surf du Golfe de Gascogne, car nous connaissons bien la complexité de nos courants et vents dominants nord-sud, ce qui impactera forcément le Pays Basque en plus des Landes.

Nous vous encourageons donc à tous nous rejoindre dans cette opposition, à diffuser ce courrier et à signer la pétition pour ceux qui ne l'ont pas encore fait au lien suivant : http://www.mesopinions.com/NON-au-projet-d-EDF-de-stockagede-

gaz-Salins-des-Landes-petition-petitions-b24ed3e258fe3163f8fd96917aa8a033.html

Objet : Projet de stockage de gaz par EDF dans les Landes

Capbreton, mercredi 30 mai 2012

Frédéric BASSE, Président de l'EuroSIMA

Plus d'infos sur le sujet : www.stockage-gaz-landes.net

Partager sur :   
COMMENTAIRES (3)
Kim - le 04/06/2012 à 17:45
Bonjour,

Bravo à L'Eurosima pour cette courageuse prise de position.
Personnellement, je ne suis pas complètement à l'aise avec l'argument "Cela représente une réelle menace pour les 300 entreprises de la glisse en Aquitaine (écoles de surf, magasins spécialisés, shapers, sièges sociaux des leaders européens du marché du surf), qui ont tous choisi cette région pour la qualité des vagues, de la vie, de ses espaces naturels protégés." Certes, mais c'est aussi un choix en terme d'opportunité économique avant tout (lieu de consommation des services et des produits, présence des fournisseurs et infrastructures...). J'aurais aimé une démonstration de l'effet négatif plus précise sur le monde économique, détaillée et quantifiée. Je pense qu'elle aurait un impacte plus important sur la négociation.

En tout cas, cette mobilisation est importante pour préserver le "trésor" naturel landais.

PS: le lien du site www.stockage-gaz-landes.net ne fonctionne pas malheureusement.

Aloha
Répondre
Romain - le 04/06/2012 à 18:33
Merci pour votre commentaire. Le lien est rétabli.
Répondre
seb - le 07/06/2012 à 22:19
le lien est encore H-S !
Répondre
Articles relatifs
| 0 
Il y a 3 jours - Environnement
Comment se forme une particule micro-plastique, quels impacts pour l'océan, comment tenter d'en réduire les co...
| 0 
04/08 - Environnement
Et par la même occasion, si on peut se soulager dans sa combi de surf...
| 0 
31/07 - Environnement
Dans ce 2e épisode de Surf & Environnement, décryptage de ce que nous risquons.
| 0 
30/07 - Environnement
L'une des plus célèbres droites de cette planète menacée par la construction d'une route sur son récif.