Une ferme à saumons menace un spot de classe mondiale

Environnement - Le célèbre peak de Martha Lavinia pourrait bien complètement disparaître.

Par - @surfsessionmag -
Partager sur :   
Que diriez-vous si votre home spot était menacé par... une ferme à saumons ? C'est le problème auquel vont devoir faire face les locaux de King Island. Située entre l'Australie et la Tasmanie, cette petite île de 2 000 habitants est la résidence d'un beachbreak de classe mondiale, situé sur la plage de Martha Lavinia. Un endroit sauvage et (pour l'instant) encore préservé de toute activité humaine. Malheureusement, selon les informations du magazine Stab, le spot est menacé par la construction d'une ferme à saumons qui sera située quelques mètres au sud du spot.



L'emplacement de cette ferme à saumons, aura comme conséquence directe pour les surfeurs de bloquer (sur environ 5 kilomètres) les houles de sud. Des houles dont a besoin le spot pour bien fonctionner. La société Tassal en charge du projet a indiqué pour l'instant qu'elle n'avait "aucune idée de l'impact qu'une telle ferme pourrait avoir sur les spots aux alentours". Sans parler des problèmes environnementaux que cela pourrait créer...


Avec un projet de 22 cages, c'est prêt d'1 million de saumons qui risqueraient bientôt d'évoluer dans ces eaux. Et le problème majeur des fermes à saumons sont les excréments non traités d'autant d'individus sur une si petite surface. Qui dit excréments dit baisse du niveau d'oxygène, ce qui posera indéniablement des problèmes non seulement aux saumons eux-même, mais également à toute la faune et la flore marine des alentours. 



Mais l'industrie du saumon représente des millions de dollars et la Tasmanie est une région qui repose beaucoup sur le commerce de poissons. Et selon la société Tassal, l'offre doit pouvoir suivre la demande. Malheureusement, de nos jours, l'éthique et les questions d'environnements ne sont pas les priorités des grands groupes. Et même si Tassal décidait de se retirer du projet, le gouvernement australien redonnerait le permis à une autre compagnie. 

Un beachbreak sauvage sur un territoire encore inexploité.


Surfrider Foundation en Australie est déjà montée au créneau pour dénoncer le projet, publiant une liste de toutes les menaces que risqueraient d'engendrer une telle ferme. En amoureux de l'endroit, Tom Carroll lui, a publié un message sur le compte Facebook de la page pour la protection du site et Barton Lynch (champion du monde 88) a déclaré :  "Supportez les locaux de King Island en s'opposant à ce projet, qui plus est, qui sera installé sur un des meilleurs beachbreak que je n'ai jamais surfé". Affaire à suivre.   

Photo à la une : Sean Davey    
  
Partager sur :   
COMMENTAIRES (0)
pour signaler un contenu illicite, adressez un mail à : marco@surfsession.com
Articles relatifs
| 0 
24/03 - Environnement
Malgré le contexte sanitaire actuel, organiser une Initiative Océane est encore possible et plus que jamais né...
| 0 
30/09/2020 - Environnement
Le gouverneur de Californie a signé la loi 1426 de l'Assemblée interdisant le développement de toute route sus...
| 0 
07/09/2020 - Environnement
Le programme de mobilisation citoyenne organisant des collectes de déchets dans toute l'Europe revient pour un...
Météo Surf
Prévisions et webcam de mon spot
Shop
Les Ukulélés Kala sont disponibles !
Dossier
| 0 
Les surfeurs gays gagnent en visibi...
Pour venir à bout des tabous, certains membres de la communauté LGBTQ+ ne veulent plus surfer cachés.
SURF SESSION TV
Les Fondamentaux Surf
12 tutos vidéos pour acquérir les bases du surf ! Présenté par Surf Session et Bic.