2011/12 : retour des compets en ville !

Exclu - Après Billabong à Rio (actuellement), Quiksilver à New-York (CT en sept), Rip Curl à San Francisco (CT en nov), c'est Nike qui s'apprête à investir Sydney en mars 2012...

Par - @romainferrand -
Partager sur :   

La nouvelle est parue  dans The Sydney Morning Herald : Nike aurait décidé de frapper fort en Australie avec une compétition 2012 qui s'annonce bien dotée (1 million $, comme le CT de New York), ayant lieu sur la plage de Manly (quartier nord-est de Sydney) et prenant date entre le Quiksilver Pro Gold Coast (février) et le Bell's Rip Curl pro (avril)

Etonnant retour des choses par rapport à il y a 20 ans où l'ASP créait, en 1992, le fameux CT avec l'optique du Dream Tour, la qualité des vagues sur les spots éloignés (et inaccessibles pour les spectateurs) genre G.Land, Tavarua, Teahupoo... primant sur l'importance du public sur la plage. Avec le direct sur Internet, bien sûr ces compétitions ont trouvé leur audience. Mais à un moment, le public a besoin d'un rapport physique, direct avec les acteurs de ce sport-spectacle qu'est aussi le surf. Même si le Quik Pro France remplit largement les plages landaises en septembre,  Il faut se souvenir des grandes heures (années 80/90) du Lacanau Pro, Rip Curl Pro Landes et Biarritz Surf Masters drainant la foule estivale des vacances et aficionados par dizaine de milliers de personnes.

Les grandes marques de surf, avec Nike en renfort, ont donc désormais la ville dans leur viseur. Deux intérêts à cela : un impact direct sur un public plus large et  plus de partenariats possibles (publics, privés) pour organiser l'événement. Puis fort du surf aérien d'aujourd'hui, la qualité des vagues n'est plus essentielle et comme les pros aiment les tubes mais aussi l'argent, ils ne vont pas se plaindre (comme Curren l'avait alors fait dans les années 80 face à la multitude d'épreuves sur des vagues pourries) de devoir surfer, de temps en temps, des vagues n'ayant pas la perfection de Tavarua. Du reste Tavarua a disparu du CT. Le cycle du Dream Tour est rogné pour être remplacé par celui d'un surf plus festival : festival d'airs et de musique avec un retour à la reconnaissance et à l'importance du public sur place.

Et comme des bruits circulent d'un changement important de sponsor pour le  Lacanau Pro (QS) 2011, peut-être que les années à venir vont nous ramener aux grandes heures des compétitions ASP en août en Aquitaine... A suivre.

Mots clés : ct, manly, nike, surf en ville, sydney
Partager sur :   
COMMENTAIRES (5)
pez - le 15/05/2011 à 14:43
ben c'est une putain de régression...on va voir des compètes lancées dans du 50 cm avec des manoeuvres poussive...plus aucun interet si on va dans ce sens...

strategiquement c'est mauvais...avec internet et la hd on peut diffuser de super competes partout dans le monde...

désolant cette histoire, j'attends le retour de gland, tavarua etc...d'ailleurs un ct à puerto escondido pourrait etre top aussi...
Répondre
Karlos - le 15/05/2011 à 19:01
Le bruit court comme quoi Bouygues aurait lancé une OPA sur la boite Basque qui a conçue la vague artificiel de lac afin de produire des vagues sur les bords de seine.
Dans la foulée, PPR (Volcom) est en pour parler avec la mairie de Paris pour un éventuel stop du CT en septembre qui remplacerait le Quik Pro France d'Octobre.
En effet, en septembre, le public délaisse les plages landaise pour reprendre le boulot.
PPR l'a bien compris et compte donc, avec ce nouvel event doper ses ventes de boardshort dans la capital!
.... on en est pas loin !!!
Répondre
marcB972 - le 16/05/2011 à 01:18
Money, money! Reste à savoir ce qu'en pense réellement les premiers concernés: les pros du circuit. Mais entre des spots avec des vagues pas terrible et un jugement plus que fantasque sur pas mal de séries, j'y vois là 2 bonnes raisons de ne plus suivre le "circus" que de loin!
Répondre
pioupiouprod - le 16/05/2011 à 16:59
C'est une histoire cyclique, comme souvent. Là, on revient à du "faut toucher le plus de monde possible pour accroitre nos bénéfices", les surfers sont super contents car ils gagnent du prize money juteux. Puis dans quelques années, ça fera comme la fin des 90's, Les pros vont en avoir marre de surfer des conditions nazes, feront pression pour délocaliser vers de belles destinataions en gardant leurs prize money juteux, etc...
Perso je préfère matter du fanning sur du reef par webcam que de voir du aerial de 20 cm formatté dans du 1m onshore. Enfin bon, le cycle...
Répondre
djogai - le 16/05/2011 à 17:25
La nature des choses c'est que demain ils reviendront vers des vaques World class.
Le marketing ne peut pas fonctionner comme ça avec l'élément de mon point de vu.
Mettez des joueurs de foot avec des tongues sur un champ de patates on rira au debut et ont se lassera au final.
C'est ce qui risque d'arriver avec les rires en moins.
Répondre
Articles relatifs
| 0 
Il y a 6 jours - Autres
Le magazine référent du surf en France recherche un/une rédacteur/trice en Chef pour le print et le web.
| 2 
Il y a 10 jours - Culture
Parce qu'un bon bouquin est un compagnon de chill idéal, voilà quelques idées !
| 0 
Il y a 11 jours - Free Surf
Dans ce deuxième épisode d'Imagination Roulette, l'Australien part scorer au Portugal.
| 0 
07/08 - Matos
2 ans de prison et 10 000 euros d'amende. Blague à part, leash ou pas leash, cet été, le débat est relancé.