Dooma's Rumor : rires et châtiments

Interview - Rencontre avec le surfeur/blogueur sud-africain Damien Fahrenfort, dont le site fait marrer et trembler à la fois les surfeurs du World Tour...

Par - @romainferrand -
Partager sur :   

On ne croirait pas en le voyant souriant sur cette photo, mais le Sud-Africain Damien “Dooma” Fahrenfort a déjà fait trembler plus d'un poids lourd du surf mondial. Pas en compétition, non, même si son niveau lui a permis de signer quelques bons résultats sur le circuit WQS. Mais plutôt à travers son blog Dooma's Rumor (les rumeurs de Dooma, donc), qui depuis 2 ans balance régulièrement rumeurs, potins et petits scandales dans le monde un peu trop sage du surf professionnel.

Un bon moyen aussi d'exister médiatiquement, dans un monde où même les riders pros passent désormais plus de temps à surfer sur le web que sur les vagues. Sterling Spencer et son blog pinchmysalt.tv, Paul Fisher et son followthefish.tv en sont deux autres exemples.

Et la formule marche. Longtemps chez Rusty, Damien Fahrenfort vient de signer chez Quiksilver, et le succès de son blog n'est probablement pas étranger à ce transfert. Sous les couleurs de son nouveau sponsor, il continuera bien sûr à surfer, mais aussi à produire du contenu pour le web et faire du “public relation”.

On l'a rencontré il y a quelques semaines à Hawaii, dans la maison de son ancien sponsor, pour en savoir un peu plus sur lui et son blog. Magnéto :

Comment t'est venue l'idée de lancer ce blog ?

J'écrivais pou Zig Zag (mag de surf sud-africain, ndlr) lors d'un trip à Hawaii il y a deux ans, pendant lequel j'ai rédigé une histoire assez marrante à propos de quelqu'un d'Hawaii qui avait eu des embrouilles. Tout le monde a trouvé ça drôle et on n'arrêtait pas de me demander "Hey, fais plus d'histoires comme ça à propos des gens". J'en ai donc fait quelques autres, et ils ont appelé ça Dooma's Rumors. Ca prenait tellement d'ampleur que je me suis dit que je devais en faire mon propre truc. C'est donc parti de là, et c'est comme ça que le blog s'est lancé.

Tu continues à écrire pour Zig Zag ou tout est désormais sur ton blog ?

Le plus important est sur mon blog, mais je continue d'écrire une fois par semaine des articles anonymes pour eux. Personne ne sait que ça vient de moi. Ce sont des choses courtes, marrantes et amusantes à propos de gens, de nos sorties avec les gars par exemple (rires) !

Parmi tes billets, qu'est-ce qui est vrai, qu'est-ce qui ne l'est pas ?

C'est un peu 50/50. Certaines choses sont vraies, d'autres pas. Parfois, ce qui est marrant c'est que tout va être vrai pendant un mois, et tout sera peut-être faux le mois d'après. C'est pourquoi les gens pensent parfois que ce sont des conneries alors que c'est vrai en réalité.

Tu ne peux pas évidemment pas tout dire, mais tu en sais sans doute beaucoup grâce à ta position dans le milieu. Quelle est la part que tu te permets de dévoiler ?

Je ne dis probablement que 40 % des choses que je sais, parce que beaucoup de ces gars sont de bons amis à moi et je ne veux pas qu'ils aient des problèmes. Je ne parle jamais de leur vie personnelle. Je n'irai jamais dire que tel gars a couché avec une fille et qu'il trompe sa femme. Je ne dis que ce qui est marrant et qui ne dérange pas les personnes concernées.

Est-ce que tu as déjà eu des coups de pression pour ce que tu avais publié ?

Oui. Par exemple, Rip Curl a appelé Matt Wilkinson il y a une semaine (l'interview a été réalisée en décembre. Dooma avait publié un article qui prétendait que Wilko allait quitter Rip Curl pour entrer chez Volcom. Finalement l'Australien aura resigné avec le Search ndlr). J'ai du retirer mon article, parce qu'ils se sont énervés contre lui. Je lui ai dit qu'il pouvait leur donner mon numéro, mon email ou ce qu'il voulait, qu'il n'y avait pas de problème. Mais Matt est un bon ami à moi, et comme il m'a demandé de retirer l'article juste le temps que ses histoires de sponsoring soient réglées, je l'ai fait. Mais il m'a dit aussi "Hey, c'est bon pour moi parce que maintenant ils essayent sérieusement de me donner plus d'argent", c'est donc plutôt bon ! Le boss de Rip Curl l'a aussi appelé, visiblement pas très content. Ces gars appellent à chaque fois et deviennent fou. C'est toujours comme ça avec Rip Curl, parce qu'ils savent que ces histoires sont probablement vraies. Pour San Francisco (l'épreuve du Search, ndlr), par exemple, j'avais fais sortir l'info sur le blog avant tout le monde. Je vivais avec un mec qui bosse pour Rip Curl, donc ils lui ont dit "on va te virer parce que tu lui as dit". Mais tout le monde me l'avait dit, Jordy (Smith ndlr), tout le monde ! Tous les gars du WCT le savaient, on leur avait dit dès le début de l'année pour qu'ils puissent organiser leurs voyages. Quand je suis passé à San Francisco, je le savais déjà. A l'eau, tout le monde me disait "non ! Le contest vient ici, on ne veut pas !". Donc j'ai pensé que je pouvais l'écrire, et j'ai lancé la rumeur. Mais mon pote a eu des problèmes.

Est-ce que tu as déjà eu des regrets sur quelque chose que tu as publié ?

Dooma - Photo : Kelly Cestari

Non, je n'ai pas de regrets. Si les gens veulent me haïr, il n'y a pas de problèmes. Julian (Wilson) me déteste, il ne me regarde même pas à cause de l'histoire sur ses colliers (Dooma s'était gentiment moqué des colliers de coquillages qu'a longtemps porté Julian). C'était il y a longtemps, il y a presque deux ans, mais c'était quelque chose de marrant. Si tu veux être connu, tu dois savoir rigoler de tout. Tout le monde veut être connu mais sans avoir la publicité qui vient avec.

Quelle est la plus grosse rumeur à ton sujet ?

Il y en a plein, je ne sais pas trop. J'ai toujours des problèmes ! (il réfléchit). Il y a quelque chose que je peux dire, qui n'est pas vraiment une rumeur, mais un aveu : j'étais en France avec Jordy (Smith, un de ses meilleurs amis, ndlr) et on partageait le même lit. On avait fait une grosse soirée, et en rentrant on s'est écroulés sur le lit et je me suis pissé dessus. Je me suis réveillé, j'ai pris une douche et me suis recouché sur le canapé. Le lendemain matin, je ne lui ai pas dit ce qui s'était passé et il a cru que c'était lui qui s'était fait dessus. Il était tellement gêné de me le dire. Je ne l'ai jamais raconté à personne, et ne lui ai jamais dit la vérité (rires).

Tu penses que ton blog pourrait se développer et devenir un poids lourd dans le milieu ?

Oui je pense. Peut-être qu'on pourra un jour parler précisément de combien tout le monde gagne, comme c'est le cas pour Koby Briant par exemple. Tout le monde sait que lui ou Tiger Woods touchent tant de millions de dollars par Nike. Pour moi, ce devrait être la même chose dans le surf et on devrait savoir si Julian gagne ou non 5 millions de dollars, ou si Dane et Jordy gagnent autant. Peut-être qu'un jour on le saura. Dans le surf aujourd'hui, tout le monde est beaucoup trop sensible. L'industrie devient énorme mais tout le monde semble vouloir la garder fermée. Je pense qu'il y a une certaine attente des gens pour savoir ce qui se passe. A chaque fois que j'écris quelque chose de controversé, il y a énormément de réactions, les gens commentent ou s'énervent. Mais si j'écris quelque chose de marrant et qui n'est pas vraiment controversé, ils s'en fichent un peu. Ça les fait juste rire une fois.

Tu sais combien de vues tu as sur ton blog en moyenne ?

Oui, environ cinq à dix mille vues par semaines. C'est plutôt pas mal. Ça dépend de la fréquence de mes posts. Il y a beaucoup de gens de Floride qui viennent sur le blog, un petit peu du Brésil et aussi de l'Europe. C'est quelque chose qui les intéresse, ils adorent les potins du surf. Il y a d'ailleurs plein de gens - même des gars du World Tour - qui m'envoient des infos, donc s'il vous plait, continuez !

Tu as des “taupes” sur le World Tour ? Qui ça ?

Je ne peux pas trop dire qui. Mais hier encore, par exemple, on m'a envoyé une photo de Paul Fisher et Lindsay Loan pour que je la publie (photo publiée sur le blog peu de temps après l'interview, ndlr)

Tu peux nous balancer en exclu la prochaine rumeur que tu comptes publier ?

La voilà : il y a un site web australien qui s'appelle Lol-surf, qui se moque de tout le monde, mais personne ne sait qui s'en occupe. Je vais donc dévoiler que c'est Paul “Sarge” Sargeant, parce que toute l'industrie du surf lui a tourné le dos il y a quelques années et c'est pourquoi il a décidé de se moquer de tout le monde (news également publiée sur le site depuis, ndlr). J'en ai une ou deux autres aussi. Il y a Mick Fanning qui s'en va chez Hurley (Finalement Mick sera aussi resté chez Rip Curl ndlr). J'avais d'ailleurs eu des problèmes avec Bob Hurley il y a quelques temps, lorsque j'avais dit que Hurley était en vente et que Billabong allait peut-être les racheter. Il était énervé et m'a dit que ça n'était pas cool parce que tous les employés allaient penser qu'ils allaient être licenciés. C'est vrai, mais le nom du site web est "Rumeur", donc ça reste juste pour rigoler !

PROPOS RECUEILLIS PAR ROMAIN FERRAND

Visitez son blog www.doomasrumors.com ou suivez Dooma sur Twitter.

Quand Dooma ne traine pas sur son blog, il surfe. Plutôt bien d'ailleurs. Mexique :



Partager sur :   
COMMENTAIRES (1)
BlogoSurf - le 15/02/2012 à 13:23
Bravo pour cet interview! Les gossips ont souvent un ton humoristique, léger, mais permettent de taper un coup dans la fourmilière pour faire évoluer les mentalités et avancer les choses. Que ce soit dans la surf industry ou dans d'autres secteurs.
Répondre
Articles relatifs
| 2 
24/01/2012 - Interview
Rencontre avec le surfeur-blogueur-provocateur, auteur de la vidéo "scandale" de Jérémy Flores à J-Bay, qui so...
| 58 
17/07/2014 - Blog
Le billet poilant d'un blogueur qui gardera un souvenir douloureux de son cours d'initiation de surf.
| 12 
04/09/2012 - Blog
"Mauruuru Tahiti, love you always", le Français revient sur la compétition qui s'est tout juste terminée à Tea...
| 0 
16/02/2012 - Blog
La board culture et les films de surf sont étroitement liés à la musique. Fort de ce constat, en 2002, un jeun...