Interview de Michel Bourez, 6ème du classement final ASP World Tour 2011

Interview - Demi-finaliste à Pipe et second de la Triple Crown, le Tahitien aura fait forte impression cette année à Hawaii, et obtient le meilleur classement ASP World Tour jamais atteint par un Français.

Par - @romainferrand -
Photo : Bastien Bonnarme  
Partager sur :   

Après sa demi-finale à Pipeline dimanche dernier, Michel Bourez termine sa saison à la sixième place du classement ASP World Tour, soit le meilleur résultat pour un Français au sein de l'élite.

Nous l'avons rencontré dans la maison Nike située en face d'Off-The-Wall, à quelques heures de son retour à Tahiti où sa copine et lui s'apprêtent à vivre un autre heureux événement. Il revient pour nous sur sa performance au Pipe Masters ainsi que sur la Triple Crown et nous dresse un rapide bilan de sa saison 2011. Magnéto :

On peut dire que la fin de saison a été bonne : demi-finaliste à Pipe, second de la Triple Crown et sixième du classement ASP World Tour 2011. C'était dans tes plans ?

Disons que mon mauvais résultat à San Francisco (25ème, ndlr) m'a motivé. Il n'y avait pas eu de très bonnes conditions et j'aurais dû mieux surfer. A partir de là, j'ai mis le focus sur la Triple Crown, que j'ai attendu toute l'année et que je voulais vraiment gagner cette année.

Mais j'ai su depuis le début que c'était John John Florence qui allait la remporter. Et après Haleiwa et Sunset, je savais que tout allait se jouer à Pipe. Je suis allé plus loin que lui, mais il m'a manqué des points pour passer devant. Mais je suis quand même super content.

Tu avais déjà remporté l'épreuve d'Haleiwa en 2008, et tu termines cette année 3ème à Sunset et 3ème et à Pipe. Les vagues d'Hawaii te réussissent plutôt bien on dirait…

Je me sens bien. Ce sont des vagues adaptées à mon surf. Dans les grosses conditions, il faut utiliser sa puissance, et c'est mon point fort. Et je me suis toujours senti bien ici à Hawaii, l'endroit est incroyable…

Après celle de Teahupoo évidemment, l'épreuve de Pipe fait-elle partie de tes favorites ?

Oui, avec le Quik Pro France, que j'aime bien aussi évidemment. Tahiti, la France et Hawaii sont vraiment mes étapes préférées.

Durant le Pipe Masters, de nombreux surfeurs du Tour n'ont pas caché leur appréhension à affronter les conditions massives du spot. Tu partageais leur peur ?

J'étais comme tout le monde, ça faisait vraiment peur. Il faut le dire : à l'eau, ça jetait. Et à Pipe, quand tu bouffes, tu bouffes pour de bon. Ici, tout dépendait du choix de la planche : une grande planche te permet de partir de plus loin et d'éviter de bouffer. Une planche plus petite implique de partir plus tard et direct dans le creux de la vague…

C'est l'erreur que tu as faite…

Oui, c'est l'erreur que j'ai faite au début. J'ai eu la chance de passer cette série puisqu'Adam Melling avait lui aussi fait le choix de planches trop courtes pour les conditions. On n'a pas arrêté de bouffer (rires).

Michel face à Medina et Evan Valière au round 4 du Pipe Masters. Photo : ASP

Tu es actuellement 6ème mondial cette année, soit le meilleur classement français. Comment as-tu travaillé cette saison pour arriver à ce résultat ?

C'était juste mon plan. J'ai fait la même chose que ce que j'avais fait dans le QS. Je savais que je pouvais faire quelque chose en 3 ans. Dans le QS, je m'étais dit "1ère année je découvre, 2ème année je me donne à fond et 3ème année je me qualifie". Dans le CT, mes objectifs étaient "1ère année, je fais en sorte de rester dans le CT, 2ème année je rentre dans le Top 16 et la 3ème année dans le Top 10". Et mes expériences acquises pendant ces 3 années m'on rendu plus solide, plus confiant…

Ce qui nous amène à la question suivante : quel est ton objectif pour 2012 ? Est-ce qu'en étant 6ème, tu envisages déjà la place de n° 1 ?

Non, pas tout de suite, j'ai encore beaucoup à apprendre. Rien que cette course à la Triple Crown m'a apporté beaucoup d'expérience, le fait d'être attendu donne une espèce de pression intense… Mais c'est aussi ce que je voulais : rencontrer de nouvelles sensations en temps voulu. Et je saurais quoi faire quand la prochaine fois se présentera.

Et sur le Tour ?

(il réfléchit) Je n'ai pas envie d'annoncer le Top 5, mais c'est vrai que j'aimerais bien parvenir à l'intégrer. Je pense réussir à faire une finale l'an prochain, et il me faudra en faire plus d'une pour rentrer dans le Top 5.

Et comment Tahiti a vécu cette Triple Crown et cette 6ème place ? Tu as eu des échos de là-bas ?

Oui, j'ai reçu plein de messages de Tahiti et ma copine me tenait au courant de ce qui se passait là-bas. En plus j'avais mon copain Tikanui Smith de Tahiti qui était là et qui m'a apporté beaucoup. Ça change d'être toujours tout seul. Et je vais probablement partir à Paris en janvier pour recevoir une récompense décernée aux jeunes d'Outre-Mer.

Propos recueillis par Romain Ferrand

Photo : Sylvain Cazenave

 

Partager sur :   
COMMENTAIRES (2)
diabolo - le 16/12/2011 à 21:52
Très belle saison Michel, tu as largement le potentiel pour intégrer le top 5. Bravo et vivement 2012!
Répondre
tony - le 17/12/2011 à 09:11
comme quoi les critères ASP contiennent des mystères que la raison ignore. Jamais vu Michel dans une video reconnue. Ca pose des questions sur la competition quand même, n'est ce pas Dane?
Répondre
Articles relatifs
| 0 
21/12/2010 - Interview
Interview à chaud du récent vainqueur du Billabong Pipe Masters 2010, qui revient pour nous sur son ÉNORME per...
| 0 
29/05/2012 - Interview
Le Tahitien s'apprête à débarquer aux îles Fidji pour la première fois à l'occasion de la 4ème épreuve du Worl...
| 0 
29/07/2011 - Interview
Le Tahitien est actuellement 7ème du classement mondial, derrière un certain Kelly Slater. De passage en Franc...
| 1 
02/08/2010 - Interview
Entretien avec le surfeur tahitien actuellement 13ème du World Tour, à quelques semaines de l'épreuve de Teahu...