Julian Wilson : l'interview post-Portugal

Interview - Le prodige australien revient sur son début d'année sur le World Tour et sa récente victoire au Quiksilver Pro Portugal...

Par - @romainferrand -
ISA  
Partager sur :   

Etre un rookie sur le WT n'est jamais une chose facile. Julian Wilson, le sait. Après un film impressionnant l'an dernier (Scratching the Surface), il se qualifie avec de gros résultats lors des derniers WQS d'Hawaii et signe dans la foulée avec Nike 6.0. Bref, de quoi confirmer les attentes portées depuis des années sur ce jeune surfeur.

Après un début de saison plus que difficile sur le WT (13e, 25e, 25e), éliminé par Taj Burrow, Chris Davidson et CJ Hobgood, il est classé à la 28e place mondiale. La pression est double puisque en danger pour la rotation qui se fera à la suite du Quiksilver Pro New York.

Voilà pourquoi il participait au Quiksilver Pro Portugal la semaine dernière, compétition Prime et donc très importante pour les surfeurs aspirant à la (re)qualification. Grâce à sa victoire, il remonte à la 15e place sur l'ASP World Ranking et se voit accorder un répit. Il revient sur sa superbe victoire.

C'est ta première grosse victoire depuis le Sri Lanka l'année dernière. Qu'est ce qui a contribué à cette victoire, ici, au Portugal ? Ton équipement ? L'entrainement ? Les vagues?

Je n'ai pas pu l'attribuer à une seule chose, c'est simplement une combinaison de plusieurs éléments. J'ai travaillé dur, respecté mes stratégies et bien sûr, eu un peu de chance tout au long de la route.

La saison de Rookie n'est jamais facile et tu as eu quelques durs moments jusqu'à présent. Donne nous un bilan de ta transition en 2011 :

Cette année a démarré sur les chapeaux de roue, c'est sûr. Evidemment j'ai eu certains coups durs et pas de bons résultats pour le moment mais j'ai perdu la plupart de mes heats avec une bonne performance et un score convenable donc je n'ai pas vraiment douté de mes capacités. J'ai appris beaucoup de choses cette année que j'ai besoin de réunir pour être compétitif sur les étapes du WT. Je pense qu'il faut d'abord penser à tout, et ensuite tout oublier et simplement surfer!

Tu as eu beaucoup de soutien cette saison lors des étapes du WT, mais tu es allé seul au Portugal. Qu'est ce qui t'a fait prendre cette décision ?

J'ai la chance de pouvoir faire les deux. J'ai une très bonne équipe autour de moi et ça a été très important de les avoir avec moi sur plusieurs étapes. Je voulais juste changer cela pour le Portugal et avec ce qui s'est passé je vais maintenant prendre chaque événement un à un, espérant avoir mon frère Seb avec moi pour l'étape en Afrique du Sud.

Cette victoire t'a projeté de la 28e à la 15e place, loin devant les 32 places qualificatives. As-tu ressenti la pression du fait que tu avais besoin d'un gros résultat au Portugal ? Penses-tu que cette victoire va t'aider à te détendre avant les étapes de J-Bay, Tahiti et New York ?

Je me suis mis la pression pour être performant dès que je participais à une compétition. Alors évidemment, la pression est monté au fur et à mesure que j'avançais dans le tableau mais ce n'est pas ce qui m'a motivé, je veux gagner peu importe si je suis bien classé ou pas.  Je regarde maintenant vers le reste de l'année et le fait que je savoir que j'ai un classement solide sur le WT va rendre l'année plus sympathique.

Interview & photos : ASP World Tour.

NB : Aussitôt après le Portugal, Julian Wilson s'est envolé pour Bali afin de décompresser et se préparer pour la prochaine épreuve du World Tour, le Billabong Pro J-Bay en Afrique du Sud du 14 au 24 juillet.

 

Partager sur :   
COMMENTAIRES (0)
Articles relatifs
73  | 0 
Il y a 7 jours - Interview
Entre sa participation aux Young Guns et son titre de champion d'Europe junior, Marco Mignot se confie.
58  | 0 
27/07 - Interview
Le plus connu des surfeurs barbadiens est toujours fidèle à son île et à sa douceur de vivre.
217  | 0 
13/07 - Interview
À 52 ans, Brian Talma est un des ambassadeurs emblématiques de la Barbade dans le monde du surf.
211  | 0 
06/06 - Interview
Entretien avec celui qui, à 19 ans seulement, se fait un nom dans le longboard classique.