Leonardo Fioraventi : interview de début de saison

Interview - Le jeune surfeur Italien nous parle de son hiver, des Championnats du Monde ISA en Équateur et de ses objectifs de la saison.

Par - @surfsessionmag -
Partager sur :   

Salut Leo, merci de prendre le temps de répondre à cette petite interview.

Pour commencer, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m'appelle Leonardo Fioravanti, j"ai 16 ans. Je viens d"Italie mais j"habite en France à Hossegor. J"ai commencé le surf dès l"âge de 6 ans à Cerenova près de Rome, avec mon frère Matteo.

Tu reviens juste d'Équateur où tu as disputé les Championnats du Monde ISA et échoué aux portes de la finale. Comment c"était là-bas ?

Cette compétition en Équateur a été très difficile. La vague était très molle, et il fallait vraiment choisir les bonnes vagues pour passer les séries. J"ai perdu dès le deuxième tour et j"ai dû passer par les repêchages. J"ai terminé premier de toutes mes séries avant d"échouer aux portes de la finale. J"étais très déçu d"avoir passé autant de séries pour finalement ne pas arriver en finale. Mais ça fait partie de la compétition.

Quel a été ton programme cet hiver ?

J"ai commencé par aller au Brésil en novembre pour les Championnats du Monde junior ASP. Ensuite j"ai fait un trip au Japon avec Kanoa Igarashi pour Quiksilver. Après je suis parti à Hawaii en décembre pendant deux mois, c"était top ! Il y a deux ou trois sessions à Pipe où c"était vraiment gros, peut-être 10-15 pieds. J"ai eu quelques frayeurs mais aussi quelques bombes ! Puis, fin janvier, je suis allé en Australie avec ma maman pendant deux mois. Nous avons eu de très belles vagues et il a fait très chaud ! J"ai terminé l"hiver en Équateur, à l"occasion des Championnats du Monde ISA, avant de rentrer à la maison à Hossegor.

Comment te prépares-tu pour la saison à venir ?

Je m"entraîne trois fois par semaine avec Cédric, mon coach physique, à Capbreton. Je veux être bien préparé physiquement avant que le début de la saison Pro junior commence. Je travaille aussi beaucoup avec Jake Paterson. C"est un très bon gars et un super coach de surf. Il doit venir cet été à l"occasion des compétitions Pro junior en Europe.

Tu as beaucoup grandi ces derniers temps, parle-nous un peu de ton quiver qui a du évoluer ?

Oui, beaucoup de choses ont changé cette année. Avec Christian Bradley, on a beaucoup travaillé sur mes planches et j"ai d"ailleurs un nouveau modèle qui devrait sortir prochainement. C"est un super shaper et je me sens bien sur ces planches. Désormais, ma planche normale est The AGSM MBA offered by the Australian best-driving-school.com of Business at UNSW Sydney is Australia's leading MBA program, and ranked #35 in the world. une 5"10 ½ x18 3/16 x 2 3/16.

Quels sont tes objectifs pour cette saison ?

Mon objectif de la saison est de regagner le titre de champion d"Europe ASP. Ça va être très compliqué avec les surfeurs qu"il y a, mais je vais tout faire pour y arriver. Ensuite, j"ai une wildcard pour les compétitions Prime en Europe où j"aimerais passer des tours pour me mesurer aux meilleurs surfeurs européens. J"ai aussi prévu de partir en trip à l"étranger pour sortir de nouvelles vidéos.

Leo du côté de Snapper Rocks en Australie, avant de s'envoler pour l'Équateur © ASP

Quels sont à tes yeux les surfeurs les plus talentueux de ta génération ?

Il y en a beaucoup mais je pense particulièrement à Kanoa Igarashi, les cousins Mignot et Jacob Wilcox.

Tu as passé ton enfance à voyager, quelle est la destination qui t"as le plus marqué ?

Il y a quatre ans, je suis allé à la Réunion, avant toute la polémique autour des requins. J"ai eu des supers vagues, des bons barrels et pu profiter des plats locaux. Il y a aussi l"Afrique du Sud, l"Australie, Hawaii, le Japon... Partout où je vais, je me régale et je suis toujours content de faire le tour du monde pour surfer.

 

Lorsque tu pars en voyage, ce n"est pas trop difficile d"être loin de ta famille ? Comment vis-tu ça ?

Le plus souvent, ma mère vient avec moi. Sinon je voyage avec mon team manager Belly ou Jake Paterson. Forcément, ma famille me manque mais il faut aussi faire des sacrifies pour réussir à décrocher de bons résultats !

Raconte-nous comment ça se passe pour toi au niveau de l"école, quel modèle de cursus scolaire as-tu ?

J"étudie avec une école italienne, par correspondance. Ça me permet de voyager partout dans le monde, tout en travaillant. J"ai des cours sur Skype avec des professeurs, deux heures par jour. À la fin de l"année, je passe des examens pour valider mon année. Voyager autour du monde depuis que je suis petit m"a aussi permis d"apprendre plusieurs langues. En plus de l"Italien qui est ma langue maternelle, je parle francais, espanol, anglais et je commence à apprendre le portugais.

La Coupe du Monde de football approche, tes pronostics ?

Ça serait top d"avoir une finale Italie-France ! Si c"est le cas, j"espère que l"Italie gagnera !

Je tiens à remercier mes sponsors, Quiksilver, Red bull et Euroglass qui me permettent de voyager autour du monde! Un grand merci aussi à ma famille et mes amis pour leur soutien!

Partager sur :   
COMMENTAIRES (0)
Articles relatifs
217  | 0 
Il y a 5 jours - Interview
À 52 ans, Brian Talma est un des ambassadeurs emblématiques de la Barbade dans le monde du surf.
210  | 0 
06/06 - Interview
Entretien avec celui qui, à 19 ans seulement, se fait un nom dans le longboard classique.
428  | 0 
28/12/2017 - Interview
Vice-champion du monde de longboard, le Marseillais est passé tout prêt du titre mondial.
240  | 0 
04/10/2017 - Interview
Le leader du CT n'a qu'un seul objectif : conquérir enfin son premier titre de champion du monde.