Parko se confie avant la saison hawaiienne

Interview - Pression médiatique, blessure, relations avec Mick...Le N° 2 mondial dit tout sur son site perso.

Par - @romainferrand -
Partager sur :   

Alors que débute la saison hawaiienne, et à près d'un mois du Billabong Pipe Masters, qui sacrera le champion du Monde ASP 2009, le journaliste Sean Doherty a posé quelques questions à Joel Parkinson. Sa blessure, la pression médiatique, ses relations avec Mick Fanning… le N° 2 mondial se confie sur son site perso :

Sean : « Ca va être une énorme saison hawaiienne. Il y a gros à jouer pour toi.

Parko : C'est clair [---]. J'ai pensé à tout ça et je suis plus que jamais excité à l'idée de surfer. C'est tout ce à quoi je pense, je veux juste être là et surfer de bonnes vagues, parce qu'on n'en a pas eu tant que ça dernièrement. Haleiwa et Sunset sont parfaits pour se mettre en forme et trouver le rythme. Je suis bien sûr clairement concentré sur Pipe, mais j'adorerais remporter de nouveau la Triple Crown, particulièrement avec le prize money de cette année (1 million de $, dont 50 000 pour le vainqueur - ndlr). C'est typiquement moi ça, l'année de ma victoire je gagne une montre, et l'année suivante il y a 50 000 dollars !

S : Comment va ta cheville ?

P : Bien ces dernières semaines. Vraiment bien. J'ai passé cette phase d'ankylose, j'ai retrouvé ma flexibilité, ça me permet de plus appuyer dessus. Après Hawaii, je vais refaire une autre série d'IRMs pour voir si elle est rétablie à 100%. J'ai un petit test à faire pour voir quel mouvement je peux faire entre mon tibia et mon péroné, et si ce mouvement est important je devrais probablement me faire poser une vis, mais sinon, ça devrait aller.

S : As-tu envisagé de ne pas faire Haleiwa et Sunset et n'aller qu'à Pipeline ?

P : Seulement si ma cheville n'allait pas bien. À vrai dire, j'avais encore quelques doutes. L'autre jour, le médecin m'a recommandé de déclarer forfait pour Haleiwa, mais je surfe encore bien et sans aucune douleur. Je me sens en forme physiquement et je lui ai répondu : « je vais y aller, mon gars ». J'aime la Triple Crown, j'aime Hawaii. C'est ça le surf. Ton surf passe tellement à un autre niveau là-bas, et je vais avoir besoin d'être dans un bon rythme si je dois me battre au Pipe, il faut donc que je passe du temps dans l'eau. Bien sûr qu'il y a une chance de me blesser à nouveau, mais dans les vagues hawaiiennes tu dois trouver ton rythme. Il y a un risque à faire la saison entière, mais c'est encore plus risqué de ne pas la faire. Je pourrais rester chez moi et m'entraîner pour être en forme, mais j'en suis déjà à un stade où je suis déjà en forme physiquement, il faut maintenant que je sois en forme dans mon surf. Et il n'y a pas moyen que je reste tranquillement à la maison alors qu'Hawaii est en feu. J'aime trop l'endroit. Les années précédentes, je rentrais chez moi pour noël, et dès les premiers jours, je checkais les bouées hawaiiennes pour voir comment le surf était là-bas. Ça me tuerait de rester à la maison pour m'entraîner et voir le premier gros swell bombarder Hawaii. En fin de compte je me dirais :  « Qu'est-ce que je fous là ?? ». S'entraîner chez  moi serait sans doute bénéfique, mais rien de comparable avec se taper des barrels au Pipe. Tu dois te mettre en tête que tu as besoin de sentir la puissance là-bas. Tous les ans, lors de ma première vague à Sunset je me sens toujours comme si j'ouvrais la fenêtre et je m'y accrochais pour échapper à une mort effroyable. Il te faut bien une ou deux sessions pour retrouver tes repères sur la vague et tes appuis sur ta planche.

S : Tu me disais l'autre jour que tu te réjouissais de voir que tu regardes vers l'avenir, et non pas par-dessus ton épaule.

P : C'est clair. Cela signifie que j'ai encore beaucoup de travail à faire, mais ça veut aussi dire que je peux davantage me concentrer sur moi et ce qu'il y a en face. Je suis excité, vraiment excité par les challenges. Il y a tellement de bruit autour du titre mondial, mais en fait ce n'est pas si important pour moi. J'y pensais l'autre jour. Je me disais que je n'ai que 28 ans, et que j'ai énormément gagné en maturité et sur le plan personnel. Je sais ce que je veux et je sais désormais un peu plus comment y parvenir. Tout ne tourne pas autour du titre mondial cette année. Je me suis blessé à la cheville, je ne pouvais pas y faire grand chose. L'an prochain je serai en forme et, peu importe ce qui arrivera cette année – victoire, défaite ou ex-aequo – je le voudrais tellement plus l'an prochain. Ce n'est pas le dernier titre mondial pour lequel je me bats.

[Ce n'est pas le dernier titre mondial pour lequel je me bats.]

S : Tu as appris beaucoup de leçons cette année ?

P : J'ai plus appris sur moi-même cette année que toutes les autres, c'est sûr. Si ma cheville ne m'avait pas lâché, je serais en meilleure position que maintenant, mais si tu m'avais dit en janvier qu'en allant à Pipe, tout ce dont j'avais besoin était de finir 2 ou 3 tours après Mick (Fanning) pour gagner le titre mondial, je t'aurais dit : « Je signe où ? ». Je l'aurais pris direct, tu peux me croire. Pour moi, aller à Pipeline est une énorme opportunité, et je ne suis pas en train de penser à ce qu'il y a derrière moi, je pense à l'opportunité qui est devant moi.

[J'ai plus appris sur moi-même cette année que toutes les autres]

S : Comment ça va entre Mick et toi ?

P : Ça va. C'est marrant, on peut parfois être chez nous et ne pas se voir pendant des semaines, mais on dirait qu'à chaque fois que je roule dans les rues de Coolangatta, on continue à tomber l'un sur l'autre. On sait tous les deux que c'est une compétition saine, et à la fin de la journée, je serai le premier à le féliciter, ou il sera le premier à le faire, suivant ce qui arrivera. La bière coulera à flot peu de temps après.

[On sait tous les deux que c'est une compétition saine]

A propos de sa pseudo-rivalité avec Mick Fanning.

S : Et Andy qui est de retour à Pipe…

P : Je lui parlais hier. Il est dans un bon état d'esprit, il bout d'impatience pour la saison. Il a énormément surfé. Il a eu quelques vagues incroyables à Backdoor il y a quelques jours. Il est en forme et prêt à faire tomber quelques têtes au Pipe Masters.

P : Espérons que tu ne sois pas dans le lot.

Oui espérons, mais il y a plein de gars là-bas qui pourraient le faire. C'est un gros challenge qui m'attend, devoir aller jusqu'en finale, mais je suis prêt. »

Retrouvez toutes l'actu de Parko sur son site web : www.joelparko.com ou sur www.billabong.com

Pour connaître tous les scénarios possibles qui mèneront Parko ou Mick Fanning à la victoire, retrouvez la news "Et le champion du Monde ASP 2009 sera..."

Mots clés : asp, hawaii, joel parkinson, parko, wct
Partager sur :   
COMMENTAIRES (0)
pour signaler un contenu illicite, adressez un mail à : marco@surfsession.com
Articles relatifs
| 0 
15/04/2015 - Interview
L'Hendayaise se livre sur son parcours à Bells Beach la semaine dernière, son début de saison sur le QS et ses...
| 0 
28/03/2014 - Interview
La web série de Red Bull s'intéresse aux profils de deux des meilleurs spécialistes de la prochaine étape du W...
| 0 
13/02/2014 - Interview
Le Réunionnais nous parle de sa performance à Pipeline, ses impressions sur le Tour et sa gestion de saison.
| 0 
02/10/2012 - Interview
INTERVIEW + PORTFOLIO de celle qui dirige le service photo de l'ASP World Tour : son parcours, son matériel, s...