Ramzi Boukhiam : "Un rêve devenu réalité"

Interview - Récent Champion d'Europe Junior et vainqueur du WQS 6* de Zarautz, le Marocain Ramzi Boukhiam fait parler de lui. Retrouvez son interview :

Par - @romainferrand -
Planche Jab : 5'6" x 18'1/2" x 2'1/4"  
Partager sur :   

INTERVIEW C'est lors du Quiksilver Pro France 2011, à Hossegor, que Ramzi Boukhiam est sorti de l'anonymat en dominant au 2e tour l'Australien Joel Parkinson. À 18 ans seulement, le Marocain, né en Hollande et installé à Anglet (64), signait sa première perf' sur le circuit professionnel, qui plus est à l'occasion d'une épreuve estampillée World Tour, pour laquelle il s'était qualifié en remportant les trials ! Finaliste du relevé Chiko Pro Junior début 2012, Ramzi Boukhiam a marché sur l'eau durant l'été en gagnant coup sur coup le Soöruz Royan Atlantique Pro Junior et le WAHRLD Pro Junior en Galice, ses toutes premières victoires sur le circuit junior, qui l'ont conduit à décrocher le titre européen de la catégorie, mi-août, au cours du Airwalk Lacanau Pro Junior.

Celui qui fêtera ses 19 ans le 14 septembre aurait pu légitimement s'en satisfaire. Ce serait mal connaître la "Perle du désert". Le 1er septembre, Ramzi Boukhiam a cueilli sa première victoire chez les "grands" en triomphant au Star 6 étoiles San Miguel Pro Zarautz, au Pays basque espagnol, éjectant au passage l'Irlandais Glenn Hall. À l'évidence, la confirmation d'un talent en pleine maturation. Pour "Planète Surf", Ramzi Boukhiam revient sur ces dernières semaines "de rêve".

"Planète Surf". Ramzi, quel été ! Deux premiers succès chez les juniors, le titre européen dans la foulée, puis cette incroyable victoire au 6 étoiles de Zarautz, t'attendais-tu à une telle réussite ?

Ah ça non, pas du tout ! Le titre européen junior était l'objectif principal de ma saison, mais je savais que cela allait être difficile. Après avoir gagné à Royan et à La Corogne, j'ai commencé à y croire et je l'ai remporté... La victoire au WQS de Zarautz, par la suite, a été pour moi une si grande surprise que j'ai mis quelques jours à réaliser !

Comment as-tu vécu cet enchaînement de victoires ? 

Un peu comme un rêve devenu réalité. Les premiers jours qui suivent une victoire, on est sur un nuage, mais on doit en redescendre rapidement afin de se reconcentrer pour les compétitions suivantes. Après Zarautz, je suis rentré directement à Biarritz pour fêter mon succès avec mes amis. C'était un samedi soir... J'ai pris ensuite une semaine de repos, en y greffant juste quelques séances d'entraînement physique.

Raconte-nous cette semaine à Zarautz, quand t'es tu dit que tu pouvais gagner le contest ?

Pendant toute la semaine, j'ai dû me lever très tôt car je rentrais chez moi, à Anglet, tous les soirs... J'ai commencé la compétition dès le round 1, avec chaque jour, une ou deux séries à surfer. Après avoir battu Glenn Hall au round 5 et m'être qualifié pour les quarts de finale, je me suis dit que je n'avais absolument rien à perdre. Ça m'a aidé à rester calme. Ma vague notée 9,50 en quart (contre le Brésilien Jano Belo, NDLR) m'a ensuite donné la confiance nécessaire pour aller jusqu'au bout. Mon coach, Yannick Beven, a su me booster série après série. J'étais à la fois très relax et hyper concentré sur mon surf. En plus, Marvin Larrieu m'a accompagné pendant toute la semaine pour filmer tout ça. Il a fait un super clip ! C'était une  belle semaine, qui restera gravée dans ma mémoire.

En quelques mots, comment te définirais-tu comme surfeur ?

Je suis goofy. J'aime surfer des vagues puissantes. Le tube est ma manoeuvre favorite, et je préfère mon surf backside.

Retrouvez la suite de l'interview sur le blog Planète Surf



 

Partager sur :   
COMMENTAIRES (0)
pour signaler un contenu illicite, adressez un mail à : marco@surfsession.com
Articles relatifs
| 0 
01/01 - Interview
"Je l'ai regardé surfer Jaws et j'ai toujours voulu faire pareil."
| 0 
24/12/2021 - Interview
"Je pense que la culture surf française commence à prendre plus de valeur et d'authenticité".
| 0 
16/12/2021 - Interview
"J'ai commencé à surfer Teahupo'o à seulement 17 ans. Avant je ne trouvais aucun plaisir à me mettre à l'eau l...
| 1 
03/12/2021 - Interview
Détendu, souriant, déterminé et optimiste, le Tahitien a répondu sans détour au micro de la Fédé à tous les su...