Vahine Fierro : "Je veux me qualifier pour les J.O et le CT en fin d'année"

Interview - Entretien avec celle qui du haut de ses 21 ans, représente l'avenir du surf tricolore féminin.

Par - @surfsessionmag -
Claudia Lederer
Partager sur :   

La semaine dernière, nous avons pu croiser la jeune tahitienne lors du Roxy Make Wake Waves Camp organisé du côté d'Hossegor. Entre deux sessions, nous avons pu discuter avec elle de sa progression fulgurante, de sa potentielle qualification pour les J.O. et de son rêve d'être sur le Tour aux côtés de la surfeuse française Johanne Defay.

Entretien avec celle qui du haut de ses 21 ans, représente l'avenir du surf tricolore féminin



Salut Vahine, comment vas-tu ? Tout d'abord, comment se sont passés pour toi ces derniers mois très particuliers ? Ce fût très particulier et bizarre pour tout le monde. 

Vahine Fierro - Personnellement je l'ai super bien vécu. J'ai pu passer beaucoup de temps avec ma famille et les gens que j'aime. J'ai pu me poser, et quand tu es surfeur pro tu n'as pas trop l'habitude de ça. Cette année j'ai pu progresser dans mon surf et me concentrer sur plusieurs aspects différents, que ce soit des aspects physiques ou mentaux. Je n'ai pas beaucoup voyagé alors j'ai pu m'entraîner à la maison sur des vagues plus rapides et plus puissantes. J'ai beaucoup progressé à Teahupo'o. Je suis devenue plus à l'aise dans les grosse vagues comme celles des compétitions. Mais j'ai hâte de pouvoir reprendre afin de mettre en place tous les aspects sur lesquels j'ai travaillé. 



Comment ça s'est passé Teahupo'o justement ? On t'a vu prendre pas mal de belles vagues la saison dernière notamment cette bombe !

V.F - La dernière session que j'ai eu c'était en décembre. Normalement à cette période là il n'y a pas de houle mais ce jour-là, j'ai eu une bonne vague. C'était un peu un cadeau de Noël. C'était assez gros. Les locaux m'ont beaucoup encouragé en me donnant de bons conseils. Il y a une super ambiance et j'ai envie d'y retourner tout le temps pour continuer à m'entraîner. Le sport féminin en plus va vers les grosses vagues, j'ai fait le bon choix de vouloir progresser dans ces vagues-là. 



Quels sont les meilleurs conseils justement qu'on t'a donnés pour surfer Teahupo'o ? 

V.F - Déjà d'être confiante. Pendant plusieurs années, je n'avais pas confiance en moi dans l'eau, surtout là-bas. On m'a dit qu'il fallait que je sois sûre de moi et que je me ferais plus mal en ayant peur qu'en étant sûr de toi. Tu te fais moins mal en tombant dans le tube qu'en te retirant au dernier moment quand tu as peur. 



En décembre dernier on a vu les filles du World Tour surfer Pipe, on a vu que la WSL (re)commençait à mettre les filles sur des spots costauds, qu'est-ce que tu penses de tout ça ? 

V.F - C'est super bien. Ils se rendent compte que les filles sont autant capables que les garçons. Ça nous pousse nous, la génération qui veut se qualifier, pour surfer dans des conditions comme ça. 

Pourquoi à ton avis il n'y avait pas plus de compétitions féminines sur ces spots là ? 

V.F - Je pense que c'est à cause du matériel, c'était différent avant. Aujourd'hui, on a le matériel sur-mesure que l'on veut. Il y a plus de sécurité aussi, donc j'ai l'impression qu'ils ont plus confiance en eux pour maintenant nous mettre dans des conditions difficiles. Mais vu le niveau des filles aujourd'hui, elles sont capables de surfer ce genre de vagues. 



Justement en parlant du World Tour, pour toi cette année, qui a le plus de chance de remporter le titre chez les filles ? 

V.F - Je pense que ça va se jouer entre Carissa Moore et Caroline Marks. Elles surfent super bien avec un bon rythme dans toutes les conditions. 

Caroline Marks


À quelle surfeuse du Tour voudrais-tu ressembler ? Quelle est la surfeuse pour toi la pus complète ? 

V.F - Ma surfeuse préférée ça a toujours été Stéphanie Gilmore. Je ne pense pas que ça va changer. J'aime beaucoup sa grâce et son style. Elle est puissante et elle surfe de tout. 

Stephanie Gilmore


Les J.O, t'y penses souvent ? Et si oui, depuis combien de temps ? 

V.F - Oui j'y pense, c'est le rêve de tous les surfeurs. J'ai appris que j'avais une chance de me qualifier, je suis super contente mais je ne dois pas trop me projeter pour rester calme pour pouvoir me qualifier. C'est ce qui va me permettre de me qualifier, de rester moi-même. Je ne dois pas me mettre la pression, juste surfer série par série et rester confiante.  


Comment gères-tu la pression et le stress à ton jeune âge, comment tu t'y prépares ? 

V.F - Je parle avec mon coach Barton Lynch tous les jours par téléphone. Il m'aide beaucoup sur mon surf et sur le mental. Il m'aide à surmonter tout ça. Je n'échange pas beaucoup avec Johanne Defay qui est qualifiée pour les J.O. Je suis à Tahiti, elle est en France et sur le Tour. Je ne la connais pas beaucoup mais je m'inspire beaucoup d'elle et je prends ce qui est bon quand je la regarde. 

Barton Lynch


On image que tu as certainement un petit carnet quelque part dans lequel tu coches tes objectifs. Quels sont-ils justement pour cette année 2021 ? 

V.F - Je veux me qualifier pour les J.O. et me qualifier pour le CT en fin d'année. Ce sont mes deux objectifs pour cette année et je pense que ça va le faire. J'espère me qualifier car je deviendrai alors la première femme tahitienne à être sur le World Tour. Et il y aura aussi deux Françaises sur le Tour à nouveau.

Vahine Fierro pendant les ISA World Surfing Games à Miyazaki au Japon en 2019.


On dit que pour le CT, le plus dur c'est d'y entrer mais quand on y est c'est plus facile d'y rester, qu'est-ce que t'en penses ? 

V.F - Le QS ce sont des conditions qui demandent beaucoup d'efforts, car ce sont des vagues compliquées. Aller sur le CT c'est mettre en place ce que tu as appris sur le QS mais avec de meilleures conditions. J'ai hâte d'y être car sur le CT ce sont des bonnes conditions comme j'ai l'habitude à Tahiti, ça serait plus facile pour moi.

En parlant de Tahiti, qui est selon toi, la nouvelle génération à surveiller ? 

V.F - La nouvelle génération c'est Kauli Vaast, Aelan Vaast et mes soeurs Heimiti et Kohai. Il y a aussi Kiara Goold, Kelia Mehani et Tya Zebrowski. Ces trois-là ont le même âge et elles se poussent entre elles, c'est beau à voir. Moi j'étais un peu seule comme fille, je n'avais pas cela. 



Pourquoi les fratries marchent aussi bien à Tahiti ? Il n'y a que là-bas que l'on voit ça.

V.F Tahiti et ses îles c'est une mentalité différente des grands pays. C'est petit et donc les familles restent pochent, on fait tout ensemble. Que l'on aille surfer, pêcher ou danser, c'est toujours ensemble. Ça nous pousse à progresser et ça créer une belle énergie qui nous fait avancer dans la vie. 

Il y a trois ans au début de ta carrière, tu nous avais déjà donné une interview, qu'est-ce que tu aurais envie de dire à la petite fille d'il y a trois ans ? 

V.F - Je pense que je lui dirais de croire en elle. J'ai beaucoup travaillé sur la confiance en soi et grâce à ça j'ai progressé plus vite. Je me suis investie et je sais ce que je veux.

Propos recueillis par Marie-Lou Gillot et Marc-Antoine Guet        
           
Partager sur :   
COMMENTAIRES (0)
pour signaler un contenu illicite, adressez un mail à : marco@surfsession.com
Articles relatifs
| 2 
10/08 - Interview
Interview du Français au lendemain de son annonce officielle déclarant qu'il se retirait du circuit profession...
| 0 
23/07 - Interview
"Teahupo'o ? On va dire que c'est loin de mes surfs de tous les jours en baie d'Audierne".
| 0 
30/08/2019 - Interview
"Jérémy Florès est comme un frère pour moi. C'était magique d'être à l'eau avec lui en 1/8".
Météo Surf
Prévisions et webcam de mon spot
Shop
Les Ukulélés Kala sont disponibles !
Dossier
| 0 
Les surfeurs gays gagnent en visibi...
Pour venir à bout des tabous, certains membres de la communauté LGBTQ+ ne veulent plus surfer cachés.
SURF SESSION TV
Les Fondamentaux Surf
12 tutos vidéos pour acquérir les bases du surf ! Présenté par Surf Session et Bic.