The Couples : Leo Fioravanti x Christiaan Bradley

Shape - Le surfeur italien s'appuie sur une relation de longue date avec son shaper Christiaan Bradley.

Par - @surfsessionmag -
TImo / Euroglass
Partager sur :   

« Une bonne planche pour moi, c'est la chose plus importante. Si tu n'as pas une bonne planche, tu ne pourras pas surfer au meilleur de ton potentiel », annonce d'emblée Leo Fioravanti, avant d'ajouter une comparaison toute transalpine : « C'est comme si tu n'as pas une bonne moto, tu n'iras pas aussi vite que Valentino Rossi ! ».

Rapide, l'évolution de Leo l'est. Il a été le premier italien à intégrer le CT en 2017 et, s'il est redescendu sur le QS cette saison, c'est pour mieux reprendre son envol. « Il a le talent et l'envie d'atteindre le Top 5 voire d'être champion du monde. S'il y croit assez fort, il peut faire n'importe quoi », confie Christiaan Bradley, son shaper attitré, avec qui il travaille depuis six ans. Les deux expatriés (Christiaan est australien) discutent régulièrement pour peaufiner les planches qui serviront pour les prochaines compétitions. Leo : « Je parle avec Christiaan au moins deux fois par semaine quand je voyage. Et quand je suis à Hossegor, je vais le voir tous les jours. J'ai une super relation avec lui, je lui donne autant de feedback que je peux et il me connaît très bien. C'est tellement important d'avoir une bonne relation avec son shaper ».

ÉCHANGES À DISTANCE
Par téléphone ou dans la shaping room, CB apprécie le retour de son poulain : « Au fil de la saison, on parle de ses besoins, de son ressenti, on prépare les prochaines compétitions en fonctions des spécificités des vagues. De mon côté, je lui prépare trois ou quatre planches. Soit il a le temps de les essayer ici en France, soit on lui envoie directement ». À 20 ans, le jeune italien arrive à maturité physique. Sa croissance et son évolution sont des données importantes à intégrer dans les shapes que propose Christiaan : « Le plus dur quand on shape pour des jeunes, c'est qu'ils grandissent très vite. En général, les kids se retrouvent à surfer des planches sous dimensionnées. Avec Léo, au début, j'écrivais les cotes qu'il voulait sous la board mais je shapais autre chose pour faire en sorte qu'il ne surfe pas des planches trop petites, mauvaises pour son style et sa progression. On a fait évoluer les rockers en fonction de son évolution physique pour, petit à petit, lui permettre de faire des gros carves. Désormais, il surfe des vrais planches pour les hommes ! Il est beaucoup plus fort physiquement, il lui faut des planches qui peuvent encaisser sa puissance. En tant que shaper, c'est super d'évoluer à ses côtés, de le voir grandir, d'observer son style changer ».


Leo a trouvé sa planche magique du moment, le modèle CB1 : « Elle a beaucoup de drive et énormément de vitesse », explique-t-il. Bel avantage dans cette collaboration, le surfeur né à Rome s'intéresse vraiment au shape. « Leo sait ce qui marche ou pas pour lui. Il est tellement bon qu'il comprend tout », confie Christiaan pendant une pause dans son atelier chez Euroglass, véritable écurie haute-performance du shape en Europe. « Il surfe des planches plutôt classiques. Je suis guidé par ses sensations. Il utilise la même planche dans des petites vagues de moins d'un mètre ou dans des tubes de six pieds. Les bons surfeurs peuvent se le permettre ».

Soutien inconditionnel du shaper pour son surfeur !

MIS EN ORBITE

Couvé depuis ses plus jeunes années par Quiksilver, Leo gravit consciencieusement tous les échelons pour atteindre le top niveau mondial. Une lourde blessure il y a trois ans (deux vertèbres fracturées lors d'un méchant wipe-out à Pipeline en janvier 2015) lui avait laissé du temps pendant lequel l'Italien domicilié à Hossegor en avait même profité pour tâter du rabot : « J'ai essayé deux fois et j'ai bien aimé ! Bien sûr, Christiaan m'a aidé mais j'ai presque tout fait. Je ne sais pas si j'aimerais être shaper après ma carrière mais je sais que j'aimerais shaper mes propres planches ». Une façon aussi de mieux intégrer et comprendre toutes les composantes fonctionnelles d'une planche de surf. De quoi satisfaire Christiaan : « Quand il a essayé de shaper pendant sa blessure, j'ai pu lui expliquer tous les éléments d'une planche. Beaucoup de surfeurs s'en fichent, pas lui ». 


Du coup, la collaboration n'en est que meilleure et les échanges que plus pointus. Leo : « Si tu as une bonne relation avec ton shaper, qui que ce soit, tu peux trouver la planche parfaite ». Reste à tâtonner un peu parmi la centaine de boards estampillées Bradley Surfboards qui passent sous les pieds de l'Italien chaque année. Après Slater et Florès (entre autres), Christiaan construit une relation longue durée avec Leo, au sein d'un environnement très familial. Stephen 'Belly' Bell, le boss d'Euroglass, est le beau-père du jeune italien, et Matteo, le grand frère, est commercial au sein de la fabrique. Un bon entourage, un gage de plus vers la réussite. 

> Découvrez les shapes Bradley chez Euroglass


     
Partager sur :   
COMMENTAIRES (0)
Articles relatifs
| 0 
17/06 - Shape
Cette planche est la vôtre ! Du moins pour quelques sessions... Conçue spécialement par Axel Lorentz dans les ...
| 0 
04/07/2018 - Shape
Le shaper de Channel Islands Surfboards sera à la Shaper House le 11 juillet. Voici comment le rencontrer...
| 0 
04/04/2018 - Shape
Zoom sur un matériau 100 % naturel de plus en plus présent dans le shape.
Le mag en cours
Météo Surf
Prévisions et webcam de mon spot
Shop
Livres, Bd, Magazines, Goodies
Dossier
| 4 
Webber Reefs veut nous débarrasser ...
Ces récifs artificiels promettent de transformer les plages fermantes en spots parfaits.
SURF SESSION TV
Les Fondamentaux Surf
12 tutos vidéos pour acquérir les bases du surf ! Présenté par Surf Session et Bic.