Les quatre vérités de Jérémy Florès

World Tour - Long entretien vérité accordé par Jérémy à la Fédération française de Surf, divisé en quatre vidéos.

Par - @surfsessionmag -
Partager sur :   

Dans un long entretien accordé à laFédération française de surf et distillé ces derniers jours par le biais de quatre vidéos, le Réunionnais de 25 ans, actuel 14e mondial, évoque sans fard sa blessure à Bali, ses années de doute, ses ambitions, sa pratique nouvelle du skate, son entraînement physique, le Wavegarden, le surf en France, Teahupoo et le Billabong Pro Tahiti, sixième étape du World Tour, qui approche à grands pas (15-26 août). Du Florès lucide et offensif dans sa manière d'appréhender la suite de sa carrière. Très instructif.



Bonne nouvelle pour le Français, sa blessure au pied gauche contractée au 3e tour du Oakley Pro Bali, fin juin, n'est plus qu'un mauvais souvenir et devrait même lui servir de leçon pour la suite de sa carrière : "J'ai repris le surf, les entraînements, tout va bien. (La guérison) a pris plus de temps que prévu à cause d'une infection. [...] J'ai eu beaucoup de blessures, plus que la normale ces derniers temps. [...] Je me donne à fond, c'est sûrement pour ça que je me blesse aussi souvent. Je vais à 200 % sur toutes mes manoeuvres, peut-être devrais-je me retenir à certains endroits."

[dailymotion width="100%" height="248"]http://www.dailymotion.com/video/x12j2ad_jeremy-flores-interview-part-2_sport[/dailymotion]

S'il n'a que 25 ans, Jérémy Florès bourlingue dans l'élite depuis 2007, avec pour meilleur classement une 8e place à l'issue de sa saison de rookie et une victoire en 2010 dans le prestigieux Billabong Pipe Masters. En 2013, le Réunionnais n'a pas encore atteint les quarts de finale sur le World Tour. L'occasion pour lui et ses proches d'entamer une profonde réflexion sur son avenir de surfeur.

"Ça fait deux ans que je ne sais pas ce je veux vraiment. Je surfe car j'aime ça, je fais des compets parce que je veux gagner. Mais j'ai fais tellement toute ma vie depuis tout jeune que je me suis relâché. [...] "Je me suis assis avec mon entourage, mon père, mon entraîneur physique, mes sponsors et on s'est tous mis d'accord sur un point : où je (veux) aller ? (Est-ce que je veux) être champion du monde, dans le Top 10 toute ma vie, progresser dans mon surf, avoir un surf plus aérien, arrêter et faire free-surfeur ? Du coup, on est parti sur une nouvelle manière d'entraînement et une nouvelle manière de voir les choses."

Avec une ambition, de nouveau, bien définie : "J'ai eu des périodes où j'en avais marre de la compétition. J'étais lassé, blasé. Mais je n'ai que 25 ans, il est temps que je me mette à fond. Je suis motivé. [...] Mon objectif est de rester dans l'élite mondiale. Je suis un compétiteur, je déteste perdre. Je vais travailler mon surf jusqu'à la fin de l'année, travailler des manoeuvres innovantes, aériennes, pour compléter mon surf."

[dailymotion width="100%" height="248"]http://www.dailymotion.com/video/x12kguc_jeremy-flores-interview-part-3_sport[/dailymotion]

Des paroles aux actes, Jérémy Florès s'est mis au skate pour s'améliorer dans les airs. Le Français a même... l'air d'y prendre goût. "Je commence à faire pas mal d'entraînements sur ma rampe de skate qu'on a construite avec un bac à mousse pour travailler les airs. Ce sont des choses que des mecs comme John John Florence ont bossé depuis tout jeune. Kelly aussi. C'est tout nouveau pour moi, je n'ai jamais été skateur. Je suis encore un débutant. Je commence à sentir la position dans les airs des bras, du regard."

[dailymotion width="100%" height="248"]http://www.dailymotion.com/video/x12lo8k_jeremy-flores-interview-part-4_sport[/dailymotion]

Et bientôt Teahupoo et le Billabong Pro Tahiti, LE contest du World Tour, au goût si amer en 2012, dans lequel les chances de victoire de Jérémy, si à l'aise dans les tubes tahitiens, sont les plus élevées. "Tahiti est l'un de mes endroits préférés dans le monde. C'est paradisiaque. J'y ai eu de supers et de mauvais résultats, mais au final là-bas peu importe, car j'y passe toujours de supers moments. J'y vais pour tuber, sans pression même si j'y vais aussi pour gagner. S'il y a de la houle, je ne vais pas refuser de vagues, je vais y aller."

À lire aussi :

Jérémy Florès : "je reste confiant"

Jérémy Florès va "relâcher un peu la pression"

Jérémy Florès ne mérite pas ça

Mots clés : ffs, pipe masters, wavegarden
Partager sur :   
COMMENTAIRES (5)
nelson monfort - le 03/08/2013 à 16:16
Super interview, allez mimi ! quels que soient tes résultats y a du monde derrière toi !
Répondre
JGDP - le 03/08/2013 à 20:39
super interview , ça faisait un moment que j'étais déçu de lui mais on voit que c'est un mec qui taff et qui veut toujours la victoire, ça fait plaisir. On est avec toi jeremy et on est fier que tu nous représente !
Répondre
Elie - le 04/08/2013 à 08:55
On sent dams cet interview que Jeremy a gagne en maturite et en lucidite. Ca fait kiffer !!!
Si il continu de travailler son surf aerien, il va tout fracasser. On compte sur toi mec.
Répondre
Greg - le 04/08/2013 à 11:28
STP pas des airs mais plutôt des grosses courbes, des gros tubes et tout simplement du surf sur la vague;)
Répondre
pez - le 05/08/2013 à 19:39
?? ah bon ? il sait plus que carver, s'il ajoute les airs c'est le top pour la compet...enfin je dis ça je dis rien
Répondre
Articles relatifs
| 0 
Il y a 13 jours - World Tour
Tous les scénarios avant la dernière étape de la saison !
| 0 
18/12/2018 - World Tour
La fête est totale pour le clan brésilien.
| 2 
17/12/2018 - World Tour
Après 2014, le Brésilien s'offre un 2e sacre mondial. À 24 ans seulement...
| 1 
17/12/2018 - World Tour
Gabriel Medina, lui, se rapproche encore un peu plus du titre.