Alex Knost, l'aisance exemplaire

Portrait - [50 ANS DE VANS] Portrait du surfeur californien à l'expression créative et au style inimitables.

Par Surf Session - @surfsessionmag - mardi 21 juin 2016 à 13h40
Partager sur :   

Alex Knost symbolise l'aisance exemplaire. Depuis 2006, il fait partie des surfeurs de chez Vans à incarner, tant par son expression créative que son style inimitable, l'une des marques les plus emblématiques de notre génération.

Alex grandit à Costa Mesa, et commence à surfer à l'âge de 10 ans, influencé par les récits de son père, Jim. Alors que la plupart des gamins de son âge regardent des vidéos de Taylor Steele, il contemple les films de surf des années 60, une révélation pour ce jeune californien qui deviendra, des années plus tard, une icône du longboard retro moderne.

Perché au bout de son single fin, on retrouve aujourd'hui Alex Knost dans les vagues de Newport Beach, 68 Street ou Blackies. Il maîtrise son art et, à chacune de ses prestations, donne à ses détracteurs une raison de plus de le détester. Il ne ressemble à personne, tant dans son style une fois dans l'eau que dans sa façon de déambuler, une fois dehors. Ses cheveux blonds symétriques, coupés comme une haie au sécateur, le rendent énigmatique.

En 2004, Alex apparait dans le film de Thomas Campbell « Sprout », dont l'allure parfois schizophrène, puisque frénétique avant d'être désinvolte, a su conquérir Vans. En 2006, il devient alors ambassadeur de la marque Californienne. Son intérêt dans le design des boards des années 60 et 70 le pousse à shaper ses propres planches et ainsi créer son label « Brown Microwave Television ». Au fil des années, ce personnage anachronique, à la fois intriguant et inspirant, a su représenter un surf progressif, et s'est imposé comme l'une des figures les plus importantes du longboard. En 2011, invité lors du Duct Tape Invitational à Santa Cruz, il apparait aux côtés des meilleurs longboardeurs du monde.

A l'opposé d'un retour vers le futur. le surfeur californien nous projette dans le passé, là où tout semblait facile. «J'aime que la vague me dicte comment surfer.» Musicien, photographe, peintre et shapeur, Alex est également un artiste aux multiples facettes. Il impose à ses diverses passions une certaine authenticité. Adepte de la photographie argentique, il est attiré par l'aspect physique de la photographie et tente d'être constamment créatif en composant avec les restrictions. Sur scène, Alex a su brillamment allier des sons pop-rock aux rythmes parfois engourdis, mais toujours justes, de ses guitares. Son tout premier groupe de musique, Japanese Motors, a cédé sa place aux sons lo-fi, voire expérimentaux, des Tomorrow Tulips (voir leur dernier clip Walk Away). Vous les avez d'ailleurs peut-être vus jouer la semaine dernière à Biarritz lors du Wheels And Waves. Quant au surf, Alex Knost a littéralement éradiqué toute notion de compétition. Le regarder surfer revient à lire de la poésie en mouvement.

Le free-surfeur au teint doré, dont les pantalons sont souvent bien courts, est décidément né pour un surf retro moderne mélodieux, le tout sans fausse note.



Mots clés : alex knost, californie, vans
Partager sur :   
COMMENTAIRES (0)
Articles relatifs
| 1 
26/07 - Teaser
Teaser du deuxième film de Matt Tromberg avec un casting plutôt alléchant.
| 0 
06/03 - Free Surf
Suite de la série avec le très stylé longboarder Californien, qui revient à travers ce clip sur son histoire l...
| 0 
06/07/2015 - Free Surf
L'Australie de l'est vue du ciel, avec ses meilleurs surfeurs et ses plus belles vagues. Ça vaut bien 4 minute...
Le mag en cours
Météo Surf
Prévisions et webcam de mon spot
Shop
Livres, Bd, Magazines, Goodies
Dossier // 1
| 0 
La Surf French Tech
Extrait du dossier du mag de septembre, sur ces entrepreneurs français du web, version surf.
Dossier // 2
| 0 
partir pour rester
Extrait du dossier du mois, sur ces Français qui ont choisi de vivre à l'étranger, avant tout guidés par leur envie de s...