Covid-19 : témoignage d'un soignant au CHU de Bordeaux

Santé - Sidéré de voir encore tant de surfeurs à l'eau, Nicolas Rougier, surfeur et soignant, a pris le temps de nous écrire.

Par - @surfsessionmag -
Partager sur :   

« On a de nouvelles réunions, je n'ai pas trop le temps d'en faire plus. Si des médecins anesthésistes réanimateurs ou urgentistes veulent bien prendre la suite je suis preneur. »

Nicolas Rougier, en plus d'être un surfeur passionné, est avant tout soignant au CHU de Bordeaux. Malgré les innombrables heures qu'il effectue en ce moment pour tenter de nous sauver, il a quand même pris le temps de nous écrire ce petit témoignage, effaré de voir encore autant de surfeurs à l'eau.

Car les images sont de plus en plus insupportables à voir. En atteste notre photo de une, prise à Anglet mercredi. Alors que le surf est désormais officiellement interdit sur nos spots, les surfeurs n'ont pas encore complètement déserté les line-up. Cet égoïsme n'est plus possible et l'image laissée est dramatique. 



Témoignage de Nicolas Rougier, surfeur et soignant au CHU de Bordeaux

« Salut à tous,

J'ai choisi de contacter Surf Session, car je vois sur les réseaux sociaux des commentaires et des attitudes qui sont irresponsables. Et, on m'en envoie TOUS les jours.

Je suis soignant au CHU de Bordeaux et en première ligne durant cette crise du COVID-19. Je suis comme tous ceux qui vont lire ce témoignage : complètement accro au surf (j'habite à 10 min de mon homespot), à l'océan et au sport en général.

J'étais le premier à croire que cette crise serait passagère, mais il a bien fallu que je me rende à l'évidence. Quand les premiers témoignages de soignants de réanimation, d'anesthésistes-réanimateurs ou d'urgentistes nous sont parvenus : on est resté bouche bée. On voit tous les jours des trucs graves et des situations compliquées. Ce que vivent nos collègues dans l'Est de la France, ça fait froid dans le dos, croyez moi !

Au moment où j'écris ces lignes, en Nouvelle-Aquitaine, nous sommes encore très épargnés par la contamination et par le nombre de cas graves. Malheureusement, ce n'est que temporaire, ne nous voilons pas la face ! Personne ne peut prévoir qui sera épargné.

Vous devez comprendre que si vous pensez qu'en allant à l'eau seul vous ne mettez personne en danger, vous vous trompez.

Pourquoi ? Parce que si chacun raisonne ainsi, tout le monde aura la même idée : aller à l'eau.

De la côte girondine à la côte basque, vous connaissez tous le mois d'août, avec la chaleur et le swell. Quand tout le monde est à l'eau en même temps, c'est la Chine. On est les premiers à se plaindre que nos spots sont surpeuplés. J'insiste, le virus circule même s'il est invisible ! Si tous les Français trouvent une excuse, nous n'y arriverons pas.

Je suis le premier à râler. Je n'ai pas eu des conditions de dingues ces dernières semaines, mon trip en Indonésie est tombé à l'eau suite à la réquisition de toute la profession. Mais c'est comme ça.

Je ne vais pas vous ressortir les chiffres du COVID-19, il y en a à foison diffusés dans les médias toute la journée ou sur internet en cherchant un peu. Sachez juste que parmi les patients qu'on a sur Bordeaux, certains ont moins de 30 ans...

On a vidé nos lits de réanimations, on n'opère plus personne pour libérer de la place, hôpital privé et public même combat. Je n'ai jamais vu ça de toute ma carrière et personne n'a connu une telle situation. 

Et ça risque de ne pas être suffisant. On manque cruellement de masques qui sont rationnés depuis 24h. J'ai la chance d'en avoir un, c'est un luxe. 

On va aller soigner des gens qui potentiellement vont nous rendre malades. Dans l'Est de la France, une partie des soignants est déjà contaminée.

On n'a pas assez de matériel, de respirateurs artificiels par exemple, ces machines qui ventilent nos patients qui sont dans le coma. On va transformer des services classiques en services de réanimation. On va tout faire pour essayer de sauver le plus de personnes. Mais on n'y arrivera pas. Et vous pouvez me sortir toutes les excuses possibles et inimaginables, on n'a pas le droit de mourir à 60 ans alors que tu n'es même pas à la retraite, ni à 50 ans, ni à 40 ans et encore moins à 30 ans...

Mourir à 30 ans de ce virus ce n'est pas envisageable ! Se manger 4 semaines ou plus de réanimation à 30 ans non plus. Et pourtant, 50% des patients en réanimation sont des gens jeunes sans comorbidité.

Des lits de réanimation : on en a pour l'instant, mais nous allons manquer... On le sait. Et on n'a pas envie de choisir entre qui doit vivre et qui doit mourir. Pourtant c'est le scénario qui se présente à nous. Nous n'avons qu'une façon d'arrêter cette pandémie c'est de rester confiner chez soi. C'est la seule solution efficace à ce jour. Plus vous le ferez vite et bien, plus ça sera efficace et moins longtemps cela durera.

Donc s'il vous plaît, RESTEZ CHEZ VOUS. Tout le monde est concerné. On va perdre quoi ? Une grosse dizaine de sessions ? C'est quoi dans une vie de surfeur ? Pas grand chose.

Je ne veux pas être donneur de leçon ou quoi que ce soit, c'est simplement le témoignage d'un soignant parmi tant d'autres qui va aller au charbon avec peu de matériel, en risquant potentiellement sa vie et ça va durer des semaines... Déjà que c'est compliqué au quotidien, alors là, imaginez !

Merci d'avoir la gentillesse de croire ce que je viens d'écrire. Merci d'avoir un peu de respect pour tous les soignants et médecins qui seront sur le front. Écoutez-nous. Merci de penser à ces personnes dont c'est le métier, mais qui croyez-moi, préfèreraient être à l'eau.

J'invite les médecins ou soignants à écrire et donnez eux aussi leurs témoignages tant que nous avons encore le temps de le faire. 

A plus, merci d'avoir lu, gardez le sourire, le surf reviendra. »

 
Merci à lui d'avoir pris le temps de nous écrire ces quelques lignes en cette période compliquée. Merci à l'ensemble du personnel médical qui, pendant que nous sommes tranquillement chez nous, (oui, tranquillement chez nous), continue jour après jour, minute après minute, à prendre soin de nous.

Promis vous aurez la priorité sur les vagues quand on y retournera !
                             
Partager sur :   
COMMENTAIRES (8)
Docnico - le 20/03/2020 à 13:28
Salut à tous. Globalement je suis d'accord mais il faut aussi arrêter de moraliser et d'interdire tous azimuts. On attend peu de contrition sur les situations qui ont été mal gérées au début. Les professionnels de santé (hors communicants professionnels des média) ont vite compris que l'on ne faisait pas assez de tests de dépistage et également que le masque devait être généralisé à tous. On pouvait copier sur la Corée en mettant les moyens matériels et humains pour isoler les malades ! Bon maintenant c'est tous aux abris et c'est légitime ! Mais pas de morale culpabilisant généralisée. Nicolas Guerin surfer médecin au front?
Répondre
FH227MD83 - le 20/03/2020 à 15:47
Oui on sait tout ça . Même moi je ne vais plus surfer !!.
( ni le faire mousser au passage
Répondre
Cloclo - le 20/03/2020 à 21:50
Il a raison, rien à faire que certains soient vexés. Le constat est glaçant, et risque d'être révélateur de bien des paradigmes. A savoir quelles sont les priorités de nos société.
Et il y en a encore pour s'offusquer. Regardons nous dans un miroir, pas besoin de davantage.
Maintenant il va falloir se serrer les coudes car comme disait Aragon:
Quand les blés sont sous la grêle,
Fou qui fait le délicat
Fou qui songent a ses querelles
Au coeur du commun combat.
Bon courage à tous, le surf reviendra si nous savons l'attendre. Le surf nous apprend bien cela.
Répondre
Cloclo - le 22/03/2020 à 13:54
A quoi sert un espace de commentaire, si ils sont censurés car pas assez consensuels?
Cessez de faire les pisse vinaigre...
Répondre
GUIDOP - le 23/03/2020 à 13:31
Merci infiniment Nicolas d'avoir pris le temps d'écrire et bon courage au front. Ton message est assurément animé par le sens des responsabilités et de l'urgence, notamment l'urgence absolue que tout le monde, absolument tout le monde, prenne conscience de la gravité de la situation. D'un ami chirurgien urgentiste sur le pont à Milan je confirme, la situation est extrêmement grave, le virus est extrêmement contagieux, il passe dans l'air et non via les seules expectorations, reste sur les surfaces plastiques, métaux, cartons et papiers pendant des heures voire des jours. Il me recommande une distance de sécurité de 4 mètres et d'éviter toutes les pièces closes et espaces fermés sans porter de protections. Sans compter qu'il faut aseptiser ce que l'on ramène de l'extérieur, notamment les emballages. Après les personnels hospitaliers les autres héros (et martyrs ?) sont ceux qui nous servent à la caisse sans masque. Nos responsables sont fautifs, qui ne préconisent pas à tous de nous couvrir le visage, même avec les moyens du bord, voire interdisent tout bonnement le masque pour ne pas paniquer la population. Protégeons-nous de ceux qui ne se protègent pas. Et ouvrons les yeux : en Chine (pays qui contrôle parfaitement les chiffres communiqué, peu vraisemblables malgré 60 jours de quarantaine totale pour plus de 60 millions de personnes...) comme ailleurs, on désinfecte les rues avec des moyens industriels ! Le temps de réaction chez nous est affligeant alors que l'on voit notre futur là-bas, en Italie et ailleurs. Soyons solidaires et évitons la contamination, à défaut de mourir on n'en mesure pas même les séquelles, et retrouvons nous tous sains et saufs après la tempête. Peace (écrit sans relire)
Répondre
md85 - le 23/03/2020 à 16:16
OK le cvd-19 est grave et il fait des morts, mais au final cela revient à la grippe annuelle. Il faut donc, une fois de plus, relativiser et préciser que cela fait aujourd'hui environ 17 semaines que ce virus se propage à travers le monde avec 22 décès dès décembre en France totalement passés sous silence. Hors si l'on prend la grippe 2018/19 qui est aussi une forme de coronavirus, elle a fait à elle seule 8100 morts dans notre pays, 60000 en Europe et 30000 rien que pour les USA en seulement 6 semaines d'épidémie et pourtant aucun confinement, aucune répression (la bonne aubaine), non, juste quelques mots au journal de 20h. Non pas que je veuille qu'il y ait des gens qui décèdent mais nous sommes, pour le moment, bien loin de ces résultats! Lorsqu'on sait aussi que les maladies cardio-vasculaires provoquent le décès de 440 personnes chaque jour de l'année en France, le cancer du sein 12000 morts par an, le cancer du poumons environ 34000 et 41000 morts sont à attribuer à l'alcoolémie (chiffres du Ministère de la santé). Et pour continuer dans les chiffres sachons si cela peut rassurer qu'il y a 440000 enfants qui naissent chaque jour dans le monde et presque autant de décès. Nous sommes en pleine psychose et nous pouvons chaleureusement remercier notre président. Imaginons un seul instant être sur un de ces bateaux de croisière qui emmènent quelques 7000 passagers et 1200 hommes d'équipage, après deux jours de mer, entendre le commandant annoncer 6 fois de suite dans un message, CHERS TOURISTES NE PANIQUEZ PAS NOUS GÉRONS!. Il y a de fortes chances qu'avant même de terminer son discours la moitiés des passagers auront sautés par dessus bord. Ça se passe donc de commentaires!
Répondre
GUIDOP - le 23/03/2020 à 18:16
Ce discours on l'entendait beaucoup il y a deux semaines. S'il était juste, comment imaginer nos précieuses économies complètement anéanties par une simple 'grippe annuelle' comme tu dis ?
Quand Boris Johnson tenait ce discours il y a une semaine, prenant le contrepied des pays voisins en misant sur l'immunité collective, les calculs des scientifiques, merci à eux, l'on ramené à la raison en lui démontrant qu'une telle stratégie provoquerait 250.000 morts en quelques mois, un quart de million de personnes (en plus des autres causes de mort habituelles et communément admises dont tu dresses la compatbilité). Johnson ne tarda pas à réviser sa copie, avec toute la lenteur d'un politique qui ne veut pas perdre la face, non sans avoir accumulé un retard dramatique face au virus.
Le rationnel c'est plus on tarde à réagir, plus on attendra pour redémarrer.
La réalité c'est que Covid 19 est dix fois plus mortel que la grippe saisonnière.
La réalité c'est qu'au début de toute épidémie, c'est à dire au moment où l'épidémie est reconnue comme telle, les dirigeants commencent d'abord par minimiser pour ne pas affoler la société et l'économie. Subtil équilibre où on cherche à maintenir le plus possible le fonctionnement normal du système. C'ets la courbe du changement. Mais la mécanique du fléau avance irrémédiablement et arrive un moment où il n'est plus possible de continuer comme si de rien n'était. Cette pandémie nous ramène tous à notre simple humanité. Ce petit virus de merde là, ne connaît pas de frontière. Nos dirigeants, aussi politiques soient-ils, ne peuvent pas laisser mourir ainsi leurs administrés, et aucun n'en fait une solution au problème des retraites. La petite ville italienne de Bergame vient de perdre en deux semaines une génération entière, emportée dans une indignité totale. Non ce n'est pas une grippe saisonnière, MD85. Et heureusement que tu n'es pas au pouvoir, enfoiré.
Répondre
md - le 25/03/2020 à 10:26
Merci pour l'injure GUIDOP, bon je fais semblant de pas l'avoir vu. Si tu savais lire t'aurais vu que je n'ai pas dis qu'il ne fallait rien faire mais dans ce cas il faut aussi le faire en cas de rougeole dans les écoles où j'ai perdu deux de mes fils faute de mise en quarantaine, ne serait ce de la classe d'où le virus est parti. D'autre part je n'ai donné que certains chiffres sans remonter plus loin que l'année 2018/19 et je te laisse aller découvrir les chiffres des années antérieures sur le site de l'OMS où certains pays comme la chine, la Corée ou le japon ne publiaient pas au grand jour leurs hécatombes respectives.
Mais alors que le virus battait déjà son plein début décembre en France, ce que l'on a pris pour une simple grippe, c'est à ce moment qu'il fallait prendre certaines dispositions qui n'ont pas été pris, non tes dirigeants étaient plus occupés à te supprimer tes avantages sociaux.
d'autre part t'indignes-tu devant 396000 morts par balles ou sous les bombes que la guerre de Syrie à faite en un an _ t'indignes tu lorsque un milliard deux cents millions d'habitants de notre planète n'ont même pas accès à l'eau potable pour simplement survivre et uniquement parce qu'ils n'ont pas l'argent nécessaire pour la payer.
Es-tu, ne serait-ce qu'une fois dans ta petite vie, allé dans un pays que l'on nomme en voie de développement. Personnellement je suis allé en mission au Rwanda en pleine guerre où les bords de routes étaient jonché de cadavre aux bras, jambes, têtes déchiquetés, ou arrachés, où la majorité des femmes et filles avaient été violées et tuées la robe attachée au-dessus de leurs têtes un canon de fusil ou une machette enfoncée entre les cuisses pendant que les gouvernements de ce monde fermaient les yeux. Pour terminer crois-tu que tes dirigeants en aient quoique ce soit à tirer de ta petite vie misérable??? réfléchis!!! et apprends à compter, 8100 décès en 6 semaines c'est 1300 morts par semaines soit 200 par jour, seulement les autres années on en parlait tout simplement pas autant.
Répondre
Articles relatifs
| 2 
Il y a 9 jours - Santé
Interdiction de la pratique, haut-niveau, Jeux Olympiques, clubs et écoles... Le président de la Fédération Fr...
| 2 
Il y a 11 jours - Santé
Initialement toléré dans le cadre ''d'une activité physique courte à proximité du domicile'', le surf est depu...
| 2 
Il y a 12 jours - Santé
Prochains magazines, news sur le site, position face à la crise... on vous dit tout.
Météo Surf
Prévisions et webcam de mon spot
Shop
Livres, Bd, Magazines, Goodies
Dossier
| 2 
[BEST OF] Surf et G7... C'est compl...
Vagues désertes à Biarritz, inquiétude à Anglet, assos mobilisées, et humour sur les réseaux.
SURF SESSION TV
Les Fondamentaux Surf
12 tutos vidéos pour acquérir les bases du surf ! Présenté par Surf Session et Bic.