À Teahupoo, les locaux reprennent le pouvoir

Free Surf - Plus aucun surfeur étranger ne peut se vanter de surfer Tahiti mieux que cette génération dorée.

Par - @surfsessionmag -
Partager sur :   

  

Le gratin du surf tahitien sur le swell de l'année. La génération actuelle de locaux n'aurait pas pu mieux grandir. Les "boys" tahitiens excellent aujourd'hui sur les spots de l'île mieux que personne. Pour Tikanui Smith, surfeur du coin, cela s'explique surtout par le progrès qu'il a pu y avoir en terme de matos. Si en 2011, seuls les fortunés surfeurs étrangers pouvaient surfer certaines vagues, ce n'est plus le cas aujourd'hui. En effet, les locaux peuvent désormais se procurer des jet-ski ce qui leur était difficile il y a encore quelques années. 

Mais les choses ont changé. Aujourd'hui, les locaux ont repris le pouvoir à Tahiti. Et ils dominent à nouveau la moindre vague de l'île avec un talent fou. Plus aucun surfeur étranger ne rivalise en terme de niveau. Les Tikanui, Matahi, Mihimana, Kauli, Mateia et les autres brillent. Et c'est un régal à regarder. 

Preuve en est, ce swell magique qui est venu secouer l'île en mai dernier. Le meilleur de l'année pour l'instant sans aucun doute. Les meilleurs surfeurs tahitiens se sont réunis à Teahupoo pour célébrer la vague comme il se doit. Matahi Drollet, Tikanui Smith, Matehau Tetopata, Mihimana Braye, Ruarii Atani, Mateia Hiquily, Kauli Vaast, Kevin Bourez, Arrihoe Tefaafana ou encore Eimeo Czermak, tous se sont illustrés sur la puissante gauche tahitienne. Magique. 

>> Par Tim Bonython Swell Chaser
>> + de vidéos de Teahupoo








             
Partager sur :   
COMMENTAIRES (0)
Articles relatifs
| 0 
Il y a 11 jours - Free Surf
Une épreuve appréciée des surfeurs, que cette vidéo vous propose de (re)vivre à sa manière : sans compétition.
| 0 
15/07 - Free Surf
Le tube interminable de Jordy et la vague de Craig Anderson auraient mérité un bien meilleur classement.
| 0 
04/07 - Free Surf
C'est ce qui s'appelle une première session réussie.
| 0 
12/06 - Free Surf
Barron Mamiya et Matahi Drollet ont rendu cette dernière session tellement facile.