Bodyboards : les poubelles débordent

Environnement - Les planches jetables sont une aberration écologique. Elles sont pourtant vendues et abandonnées par milliers chaque été...

Par - @surfsessionmag -
Photos @beachcaresw + @oceanrecoveryproject
Partager sur :   
11,99€ chez LIDL, 9,74€ chez Monoprix, voire 5,95€ chez Action, vous avez certainement vus ces petites planches colorées dans les rayons des supermarchés. Devenues un indispensable de l'été, ces bodyboards permettent au plus grand nombre de s'initier aux plaisirs de la glisse, mais leur piètre qualité et leur mode d'utilisation en font rapidement un déchet. Et si les planches de surf ne sont pas non plus des modèles d'écologie, elles sont généralement utilisées plus longtemps que ces "jouets" si vites abandonnés.


Au Royaume-Uni, des associations se penchent sur le problème depuis plusieurs années. Rien qu'à Newquay, on estime que 20 planches sont jetées chaque jour, presque toutes cassées et irrécupérables après quelques heures d'utilisation. En fin de saison 2020, les bénévoles de BeachCare et Ocean Recovery Project en avaient ramassé plus de 400 à Croyde. Et ils estiment le total à 16 000 planches polystyrènes abandonnés sur les plages anglaises chaque année !


Le bilan environnemental est catastrophique car ces planches en polystyrène se cassent et se désagrègent très facilement, rendant leur réparation impossible et leurs méfaits sur l'environnement extrêmement longs. Il faut savoir que chacun de ces bodyboards contient plus d'1 million de billes de polystyrène. Et bien qu'aucun animal ne puisse les digérer, une fois dans l'océan, elle sont régulièrement avalées par les poissons.

Des solutions ?

Les membres d'Ocean Recovery Project ont commencé par mettre en place des poubelles de plages spécialisées, pour éviter que ces planches ne finissent dans l'océan.


Ils ont ensuite incité les commerces locaux à louer des planches de qualité pour 1£ la journée, car des modèles haut de gamme auront une durée de vie bien supérieure.

Dans le même esprit, Dick Pearce Bellyboards a envoyé 10 de ses planches en bois à des surfshops pour qu'ils les prêtent gratuitement à leur clients.


Le designer Harry Peck a choisi de récupérer la mousse de ces bodyboards et celles de planches de surf en mousse bas de gamme pour l'upcycler et créer ses tabourets Wave Cycle.


Hélas, "dans la vraie vie", ce recyclage est compliqué et peu rentable, parce qu'il est difficile de séparer le polystyrène du plastique ou du nylon qui l'entoure, et que le matériau récupéré n'a que peu de valeur.


Il vaudrait donc mieux que la vente de ces planches jetables soient tout simplement interdite. C'est déjà le cas dans quatre villes du Devon, et une pétition nationale a rassemblé plus de 6000 signatures. Espérons que le mouvement prendra de l'ampleur pour dépasser les frontières !

             
Partager sur :   
COMMENTAIRES (0)
pour signaler un contenu illicite, adressez un mail à : marco@surfsession.com
Articles relatifs
| 0 
16/08 - Environnement
Comment se forme une particule micro-plastique, quels impacts pour l'océan, comment tenter d'en réduire les co...
| 0 
30/06 - Environnement
Eddy de Azevedo façonne et photographie la pollution plastique de l'océan. Beau et triste à la fois.
| 0 
03/03 - Environnement
Dans ce 2e épisode de Surf & Environnement, décryptage de ce que nous risquons.
Météo Surf
Prévisions et webcam de mon spot
Shop
Les Ukulélés Kala sont disponibles !
Dossier
| 0 
Les surfeurs gays gagnent en visibi...
Pour venir à bout des tabous, certains membres de la communauté LGBTQ+ ne veulent plus surfer cachés.
SURF SESSION TV
Les Fondamentaux Surf
12 tutos vidéos pour acquérir les bases du surf ! Présenté par Surf Session et Bic.