Officiel : les J.O de Tokyo auront lieu dans l'océan

Compétition - Que les puristes se rassurent, il n'y aura pas de vague artificielle à Tokyo.

Par - @surfsessionmag -
Partager sur :   

 Après des mois de spéculations quant à la question de savoir où auront lieu les prochains J.O de Tokyo, que les pros océan se rassurent : il n'y aura pas de piscine à vagues à Tokyo ! En fin d'année, les rumeurs se faisaient de plus en plus pressantes et la majorité des voix pensaient que l'apparition du surf lors des Jeux Olympiques aurait de grandes chances de se faire dans une piscine à vagues. Les spéculations ont officiellement pris fin hier grâce à l'intervention de Fernando Aguerre, Président de l'ISA (International Surfing Association) qui s'est confié à l'AFP :

"Avec le support de l'ISA, le CIO ainsi que les organisateurs des J.O de Tokyo ont décidé que les épreuves de surf auront lieu dans l'océan". Pas exactement à Tokyo au final mais à Tsurigasaki Beach, un spot situé à environ 60 km au sud-est de la capitale nippone. Un spot qui par le passé, a déjà accueilli des compétitions de surf à un niveau pro. 


Terminées donc les rumeurs qui disaient que la WSL était en train de chercher dans les environs de Tokyo un endroit propice à l'installation d'une piscine à vagues. Même si la CEO de la WSL Sophie Goldschmidt avait contribué à colporter cette rumeur en annonçant que le CIO se devait d'étudier l'idée d'une piscine à vagues dans la région de Tokyo à cause d'un manque de swell l'été au Japon. 

La waiting period pour les J.O de Tokyo s'étendra donc sur toute la période de la compétition à savoir du 24 juillet au 9 août 2020. Pour rappel, il y aura 20 surfeurs et 20 surfeuses lors de ces J.O avec au maximum 3 représentants par pays. Cependant, il y a de fortes chances que la compétition se termine en moins de 2 jours dès que les conditions seront favorables. 


En revanche, même si la décision est définitive pour Tokyo, la question de savoir où auront lieu les J.O de Paris 2024 reste en suspend et Fernando Aguerre ne ferme aucune porte : "L'ISA a depuis toujours supporté la technologie des piscines à vagues. Nous sommes très curieux et intéressés par tous les développements de ce genre et bien évidement nous restons en contact avec nos collègues surfeurs en ce qui concerne les nouvelles initiatives qui peuvent aider au développement de notre super sport". Une phrase qui sonne comme un avertissement : ce n'est pas parce que les J.O de Tokyo auront lieu dans l'océan, qu'il en sera de même pour les J.O de Paris. 

Photo à la une : WSL / KC 
Partager sur :   
COMMENTAIRES (0)
Articles relatifs
| 0 
04/09 - Compétition
La mission ? Assurer les 3 places olympiques garanties via le CT et aller chercher le 2e ticket féminin.
| 0 
25/06 - Compétition
Ça passe (pour l'instant) pour Jérémy Florès, Michel Bourez et Johanne Defay. Pas pour Medina ou Slater.
| 2 
11/04 - Compétition
On vous explique pourquoi la saison 2019 du CT est très importante.
Météo Surf
Prévisions et webcam de mon spot
Shop
Livres, Bd, Magazines, Goodies
Dossier
| 2 
Surf et G7... C'est compliqué !
Vagues désertes à Biarritz, inquiétude à Anglet, assos mobilisées, et humour sur les réseaux.
SURF SESSION TV
Les Fondamentaux Surf
12 tutos vidéos pour acquérir les bases du surf ! Présenté par Surf Session et Bic.