Le réchauffement climatique impacterait les eaux profondes 7 fois plus rapidement

Environnement - Ce changement aura un effet en cascade sur les espèces marines, contraintes de se déplacer pour survivre.

Par - @ -
Partager sur :   

Une étude récente, publiée le 25 mai 2020 par la revue nature climate change indique que le réchauffement climatique pourrait impacter les eaux profondes 7 fois plus rapidement que ce que l'on pensait d'ici 2050. Et ce, même si les émissions de gaz à effet de serre étaient réduites de façon spectaculaire.


Concrètement, qu'est-ce que ça veut dire ? 

Les différents degrés de changement climatique dans l'océan auront un effet en cascade sur la vie marine en fonction de la couche ou de la profondeur dans laquelle vit une espèce donnée.

De plus, l'étude affirme qu'aucune réduction des émissions de carbone ne peut réellement inverser le rythme, et donc l'impact du changement climatique sur la vie en eaux profondes.

"La vie marine dans les grands fonds marins sera confrontée à des menaces croissantes dues au réchauffement des océans jusqu'à la fin du siècle, quoi que nous fassions maintenant", a déclaré Isaac Brito-Morales, auteur principal de l'étude et chercheur à l'université du Queensland.

Un réchauffement inégal des océans pourrait avoir un impact bien plus grave sur la faune et la flore marine. Certaines espèces seront donc obligées de se déplacer. Hors, les espèces étant dépendantes les unes des autres, c'est la survie de l'ensemble de la faune marine qui sera peu à peu remise en question. 


La "vitesse du climat" : mesure du réchauffement climatique

Dans le cadre de ces nouvelles recherches, les scientifiques se sont penchés sur une mesure appelée "vitesse du climat". Il s'agit de la distance (chiffrée en kilomètres et estimée sur une période) à laquelle les espèces devront se déplacer pour rester dans un milieu de vie où la température leur correspondra lorsque les différentes couches de l'océan se réchaufferont.

Les auteurs ont réalisé des estimations pour déterminer les taux actuels de cette mesure à différentes profondeurs des océans, puis les taux futurs selon trois scénarios potentiels.

Un premier scénario où les émissions ont commencé à diminuer dès maintenant, un autre où elles commenceraient à diminuer en 2050 et un troisième où les émissions continueraient à augmenter jusqu'en 2100.

Le professeur Jorge García Molinos, écologiste climatique à l'université d'Hokkaido et co-auteur de l'étude, a déclaré : "Nos résultats suggèrent que la biodiversité des grands fonds marins est probablement plus menacée car elle est adaptée à des environnements thermiques beaucoup plus stables".


Le déplacement des espèces entamé

À l'heure actuelle, le réchauffement de la planète provoque déjà un déplacement des espèces dans toutes les couches de l'océan, de la surface à plus de 4 km de profondeur, mais à des vitesses différentes. L'océan étant le second poumon de la Terre, il stocke et absorbe les chaleurs de la surface dans ses eaux profondes. 

Même dans un scénario très optimiste (où les émissions diminueraient fortement à partir de maintenant), dans la couche mésopélagique de l'océan (de 200 m à 1 km de profondeur) la "vitesse du climat" passerait d'environ 6 km par décennie à 50 km d'ici 2050. Mais au cours de la même période, elle diminuerait de moitié à la surface.

À des profondeurs comprises entre 1 et 4 kilomètres, la "vitesse du climat"  triplerait ses taux actuels, même si les émissions diminuaient fortement. Ces décalages selon les couches sont dangereux pour les espèces qui dépendent d'organismes d'autres couches.

Par exemple : le thon vivant dans la couche mésopélagique dépend d'espèces de plancton plus proches de la surface.



Des déplacements "préoccupants"

M. Richardson a ajouté qu'il était "préoccupant" que leurs résultats montrent que, si non seulement les taux étaient différents selon les profondeurs, la direction dans laquelle les espèces devraient se déplacer n'était pas uniforme non plus.

Cela pourrait signifier que les zones conçues pour protéger différentes espèces pourraient être compromises lorsque les espèces quitteront ces zones protégées pour des zones non protégées.

>> Retrouvez d'autres articles au sujet de l'environnement

>> Photo de une : © Rodion Kutsaev                     

  
Partager sur :   
COMMENTAIRES (0)
pour signaler un contenu illicite, adressez un mail à : marco@surfsession.com
Articles relatifs
| 0 
13/03 - Environnement
Avec ses vagues toxiques et son cadre apocalyptique, El Sacrificio visait à dénoncer le "Tchernobyl Chilien".
| 0 
28/02 - Environnement
Publié ce lundi, ce 2e volet affirme que la moitié de la population mondiale est d'ores et déjà "très vulnérab...
| 0 
13/02 - Environnement
Les engagements de Brest vont dans le bon sens. Les ONG veilleront à ce qu'ils soient mieux suivis que les acc...
Météo Surf
Prévisions et webcam de mon spot
Shop
Les Ukulélés Kala sont disponibles !
Dossier
| 0 
Les surfeurs gays gagnent en visibi...
Pour venir à bout des tabous, certains membres de la communauté LGBTQ+ ne veulent plus surfer cachés.
SURF SESSION TV
Les Fondamentaux Surf
12 tutos vidéos pour acquérir les bases du surf ! Présenté par Surf Session et Bic.