Surfeurs à l'eau ce week-end : tolérance ou résistance ?

Vous en pensez quoi? - Vu le monde qu'il y avait sur certains spots, on peut se demander si l'interdiction va être renforcée ou pourrait être levée...

Par - @surfsessionmag -
Photo par @villasayulita_seignosse
Partager sur :   

Le constat est simple : alors que le surf est officiellement interdit depuis vendredi, il y avait beaucoup de monde à l'eau sur le littoral Atlantique ce week-end. Au moins sur les spots capables d'encaisser une forte houle, et là où le beau temps "poussait au crime". Ces surfeurs n'avaient-il donc pas peur du gendarme ?

Apparemment les consignes de tolérance liées à la fin des vacances en ont incité beaucoup à tenter le coup, mais on constate également qu'un fort mouvement de résistance commence à s'initier.

Hendaye

INCOMPREHENSION

S'il ne s'agit absolument pas de nier la gravité de la situation épidémique actuelle, les surfeurs ne comprennent pas l'intérêt de cette restriction d'une pratique sans risque sanitaire. Ou pourquoi en mai on pouvait surfer mais pas étaler sa serviette, et pourquoi aujourd'hui c'est l'inverse... Ou comment on peut dire que le surf est un sport à risque alors qu'on peut encore tirer au fusil à quelques centaines de mètres des habitations...


A la rigueur on pourrait comprendre l'argument de la saturation des hôpitaux, mais il mérite d'être examiné de plus près. Un manque de lits dans un service de réanimation signifie-t-il vraiment que des urgentistes deux étages plus bas n'auraient pas le temps de faire trois points de suture à un surfeur qui aurait reçu un malheureux coup de dérive ?


Autre cheval de bataille, la limite du kilomètre limitant l'accès au plage aux rares privilégiés habitant les belles maison au bord de l'océan. Comme le dit Guillaume Barucq, cela crée une inégalité majeure et "chaque citoyen devrait avoir le droit a minima d'accéder à l'espace naturel le plus proche de chez lui, et idéalement à tous les espaces naturels de la commune où il réside et paie les mêmes impôts que les autres."

Pourquoi n'a t'on pas suivi l'exemple du Pays basque sud où les habitants confinés ont néanmoins le droit de faire du sport dans leur commune ou les communes attenantes ?

Capbreton ©WebcamHD

MOBILISATIONS

Le mécontentement suscite plusieurs formes de réactions. Sur le net, on voit remonter des mots-clés comme #rendeznouslamer, et on retrouve les pétitions demandant un plus grand accès à la nature, ou un agrandissement du cercle à 5km...

Biarritz, où beaucoup de monde surfait ce week-end, une manifestation avait lieu ce midi pour dénoncer l'injustice des nouvelles mesures et réclamer l'autorisation des activités nautiques. Les surfeurs ont donné leur point de vue à la presse avant de se mettre à l'eau à la Côte des Basques.

Les maires auront-ils un rôle à jouer ? Celle de Biarritz assure avoir demandé le maintien de la pratique des activités nautiques avant que la sous-préfecture de Bayonne ne confirme l'interdiction.

Dans un communiqué, la fédération française de surf explique qu'elle "multiplie les réunions avec les services de l'État" puisque "certaines activités dérogatoires pourraient être précisées très prochainement par les autorités." Pourrait-on voir émerger une nouvelle mouture de la plage dynamique ?

Certaines personnalités donnent aussi de la voie, à commencer par Tom Frager qui signe une belle tribune résumée ainsi : "On a laissé faire le grand n'importe quoi tout l'été et on nous demande maintenant de comprendre qu'on nous interdit d'aller ramer en plein océan derrière chez nous... Dans l'océan où de toute évidence nous ne sommes jamais à moins d'un mètre les uns des autres et où aucun Covid ne circulera jamais."

La tolérance sera-t-elle toujours de mise la semaine prochaine ? La résistance des surfeurs s'organisera-t-elle pour aboutir à un changement concret ? Quoi qu'il en soit les jours à venir seront cruciaux pour notre pratique en cette fin d'année...   

                        
Partager sur :   
COMMENTAIRES (5)
bzh2999 - le 01/11/2020 à 21:39
encore une mesure liberticide à la c** , ne nous laissons pas faire , 1 fois pas 2
Répondre
KREP - le 02/11/2020 à 11:54
Ras-le-bol, ras-le-bol, ras-le-bol... On a été envahi cet été comme jamais, les spots saturés à la moindre houle. On a tenu le coup en se disant qu'une l'eau en dessous des 14° on sera tranquille. Et bien non !
Et bien non, cette fois on ne sera pas sage et obéissant.
Répondre
yuyu - le 03/11/2020 à 12:10
Il existe donc encore des gens qui disent "ont a été envahi"...
Pauvre petit. Viens dans le 44 y'a pas de vagues ont est tranquilles!
Répondre
kip - le 02/11/2020 à 22:51
Tout le monde à l'eau !!!Plus il y aura de monde à l'eau, moins la répression sera possible.
Merci !
Répondre
Articles relatifs
| 7 
12/02 - Vous en pensez quoi?
Pour Albee Layer, "nos vies sont des putaclic". À qui la faute ? On a demandé l'avis des chargeurs français.
| 0 
06/07/2018 - Vous en pensez quoi?
Le Ronaldo de Teahupo'o, le Beckham de mesdames... ils ont décroché leur billet pour la Russie !
| 14 
04/04/2014 - Vous en pensez quoi?
Avez-avez déjà été confronté à ce choix difficile au moment de vous mettre à l'eau ? Votre avis nous intéresse...
Météo Surf
Prévisions et webcam de mon spot
Shop
Livres, Bd, Magazines, Goodies
Dossier
| 0 
Et pendant ce temps, les vagues vie...
On a regroupé les images de line-ups vides en France et dans le monde. C'est beau mais ça pique un peu !
SURF SESSION TV
Les Fondamentaux Surf
12 tutos vidéos pour acquérir les bases du surf ! Présenté par Surf Session et Bic.