Wilem Banks : de Santa Cruz à Mavericks, une belle histoire de surf

Big Wave - Une histoire passionnelle comme on les aime. Ne jamais oublier d'où on vient pour savoir où on va.

Par - @surfsessionmag -
Partager sur :   

Wilem Banks a grandi au nord de la Californie, près de Santa Cruz, entouré de séquoias. Plus jeune, son quotidien s'étire entre les sessions de surf en eaux glaciales (synonymes de combinaisons à cagoule), les explorations dans les bois et l'entretien de la propriété familiale.

Sa passion pour le surf l'a poussé à déménager à Los Angeles, notamment pour se rapprocher de l'industrie du surf. Le jeune homme recherche alors à combler son besoin de changement et à découvrir de nouvelles perspectives. C'est finalement ce déménagement qui lui permettra de réaliser que c'est sa ville d'origine qui lui correspond le mieux. 

"Pour le genre de personne que je suis, Santa Cruz est vraiment là où j'ai ma place - où je peux m'épanouir, surfer et faire ce que je veux" explique-t-il en voix off dans cet edit. "Je préfère surfer une nouveauté un peu fun trouvée avec des potes plutôt que de surfer de bonnes vagues avec 100 personnes à l'eau".


Le réalisateur Kyle Buthman le qualifie comme un "chargeur de big wave souterrain et un ripper de small waves". Car si Wilem score en shortboard, il est aussi le premier à sortir le gun quand les conditions le permettent, notamment du côté de Mavericks

Wilem a un emploi à plein temps, mais un patron arrangeant : "Par chance, mon boss est un surfeur et il comprend que quand il y a un swell géant ou que Mavericks va être "on" je vais vouloir y aller et il me laisse prendre ma journée", explique-t-il encore.

Après avoir abordé son amour pour sa ville natale, le surfeur raconte son approche du big wave surfing, une pratique qui le challenge et le motive. "J'aime me tester, voir à quel point je peux être calme dans des situations radicales". Dans le surf de gros, Wilem teste sa force mentale. 



En 2017, il se voit attribuer le prix du XXL Worst Wipeout pour une (très) belle chute à Mavericks, d'où il est tout de même sorti bien sonné, en toussant du sang. Humble, talentueux et travailleur, il sait qu'il a encore une belle marge de progression devant lui. "Pour ce que je sais être possible à Mavericks, je n'ai même pas été proche du type de vague qui serait mon rêve". 

Dans ROOTS, on découvre la personnalité du Californien, et entre les images de surf de haut niveau, son histoire passionnelle avec le surf. 

>> Vidéo par Kyle Buthman
>> Retrouvez plus d'images de Mavericks 



        
         
Partager sur :   
COMMENTAIRES (0)
pour signaler un contenu illicite, adressez un mail à : marco@surfsession.com
Articles relatifs
| 0 
27/04 - Big Wave
C'était le 10 janvier dernier. Retour sur cette journée avec des images et un témoignage inédits.
| 0 
13/04 - Big Wave
14 minutes pour 10 ans de wipeouts. Tous analysés et décortiqués.
| 1 
14/01 - Big Wave
Et si Pete Mel a chopé la plus belle droite, son fils, John, a sûrement surfé lui l'une des plus belles gauche...
| 0 
13/01 - Big Wave
Au milieu des Pete Mel, Grant ''Twiggy'' Baker, Kai Lenny et compagnie, la Française a trouvé sa place.