Entretien avec Ishka Folkwell, le vidéaste de Torren Martyn

Interview - "Nous sommes toujours conscients avec Torren qu'il faut essayer d'être aussi discret que possible sur les vagues et les lieux que nous visitons".

Par - @surfsessionmag -
Partager sur :   

Les réalisateurs de films d'aventure sont une espèce rare. Des personnes humbles et très compétentes qui se mettent souvent dans les mêmes situations précaires que les stars de leurs films.

Qu'il s'agisse de se mettre en aqua dans des vagues puissantes ou de risquer leur santé pour capturer tous les détails de l'aventure, ils travaillent sans relâche pour donner vie à leur histoire. Ishka Folkwell est l'un d'eux et l'artiste derrière l'objectif de certains des films de surf d'aventure les plus mémorables de ces dernières années. C'est à lui que l'on doit les dernières productions de Torren Martyn, Laurie Towner ou encore Bryce Young. Ishka a une façon unique de voir le monde et réussi à le capturer dans toute sa beauté.

Voici un entretien avec le vidéaste après que ce dernier soit rentré d'un séjour de cinq semaines dans l'océan Indien à bord du voilier de 35 pieds Calypte, sur lequel il a travaillé son dernier projet de film avec la marque needessentials



Où as-tu grandi Ishka, et comment as-tu découvert ta vocation de photographe et de cinéaste ?
 
Ishka Folkwell - J'ai grandi à Byron et j'y suis toujours basé, mais un peu plus loin de la ville. Très tôt, ma mère (qui est elle-même une brillante photographe) m'a donné envie de prendre des photos des paysages et des visages inconnus et fascinants que je voyais en voyage. De retour à la plage, j'ai réalisé qu'avec la façon dont les choses s'étaient développées en ligne, les gens étaient plus intéressés par la vidéo que la photo, alors j'ai commencé à filmer mes amis quand je ne surfais pas moi-même. Heureusement, certains d'entre eux surfaient vraiment bien et cela m'a donné l'occasion de partir en voyage pour faire des édits de surf. Le premier voyage à l'étranger eu lieu au Mexique avec Torren Martyn, et depuis, presque tous les voyages que j'ai faits jusqu'à aujourd'hui ont été avec lui !



Comment fonctionne justement ta collaboration créative entre toi, le réalisateur et lui, le surfeur ? On vous voit souvent ensemble.
 
I.F - C'est juste un processus naturel qui s'est développé pendant le premier voyage Lost Track que nous avons fait autour de l'Australie. Un trip retraçant un voyage que Torren avait fait quand il était enfant avec sa mère et son partenaire. Assis autour du feu, alors que nous nous rapprochions de la maison, nous avons commencé à parler de la façon dont il serait cool de continuer à faire des films en faisant des voyages plus longs et en utilisant différents modes de transport, sans se contenter de prendre l'avion pour une houle, mais en prenant le temps d'expérimenter tous les autres aspects des voyages de surf qui les rendent si gratifiants. A cette époque, Torren et moi sommes devenus amis avec le fondateur de la marque needessentials, Ryan Scanlon, et il a commencé à nous soutenir avec des combinaisons d'abord, puis de l'argent pour le carburant. Cela a conduit à ce que needessentials finance et produise tous nos films. Nous avons eu la chance que non seulement needessentials nous ait donné, à Torren et moi, une liberté et une confiance absolues dans la réalisation de nos films, mais aussi que Ryan nous apporte une contribution précieuse dans les phases de montage et de production.



La musique est un aspect essentiel de tous vos films. Comment bosses-tu là-dessus ? 
 
I.F - Depuis le début, nous avons toujours préféré la musique instrumentale. Je pense qu'elle vous plonge plus profondément dans le film et ne vous détourne pas de ce qui est à l'écran. Nous avons la chance de travailler avec d'incroyables musiciens indépendants comme Murray Paterson, Headland, Nick Bampton et Maanyung. Nous sommes tous amis, j'ai donc l'occasion de discuter avec eux, de leur montrer un premier montage, puis de leur demander de créer la musique des films. Je suis toujours étonné de voir à quel point ils sont capables d'écrire une musique adaptée à l'histoire et au surf.


 
Torren et toi avez réussi à vivre des aventures importantes en dépensant peu et en vivant modestement. Comment l'as-tu vécu toi ? 
 
I.F - En fait, avant de commencer à faire des films, c'est comme ça que j'aimais voyager, sans beaucoup d'argent et en m'arrangeant. Je trouve que cela vous met souvent dans des situations que vous n'auriez jamais rencontrées si vous étiez au bout de la route dans un hôtel. Faire ces films en dormant dans des tentes, des camionnettes et des bateaux n'aurait pas fonctionné si j'avais essayé de le faire avec quelqu'un avec qui je ne m'entendais pas très bien, cela aurait été une autre histoire. Torren et moi ne nous disputons jamais et nous nous comprenons sans avoir à trop discuter. Nous faisons ces voyages ensemble depuis si longtemps maintenant que chacun de nous sait ce que l'autre pense et veut. Même lorsque le moral est au plus bas et que nous nous faisons malmener par les éléments, nous nous en sortons toujours assez vite.



En tant que cinéaste, tu endures des éléments extrêmes pour obtenir ces images...

I.F - J'aime être mis dans des scénarios extrêmes, cela rend les choses excitantes et stimulantes. Dans un endroit comme l'Islande par exemple, l'aspect le plus difficile est le vent, encore plus que le froid, et lorsque les deux se combinent, c'est assez brutal ! Les gars dans l'eau sont au chaud dans les bonnes combinaisons, mais faire de la randonnée, s'installer dans la neige et essayer de garder la caméra stable... ça peut être intense. Car il faut sauter pour se réchauffer et essayer de ne pas rater une vague en même temps. Travailler sur ce dernier film depuis le voilier a probablement été le plus difficile. Dans d'autres situations, même s'il faisait vraiment froid, j'étais déjà à terre avec mon matériel. Mais avec ce voyage, j'ai trouvé que le plus difficile était d'arriver à terre ! Ce sont des îles éloignées, alors parfois il faut ramer sur une planche de surf à travers la zone d'impact avec un trépied et tout mon matériel photo sur mon dos dans un sac sec. Je crois qu'un jour, alors que le surf était très fort, j'ai filmé pendant 12 heures d'affilée. Ryan apportait de la nourriture et de l'eau à Torren et Drew qui eux, en ramenaient vers moi. 



Parle-nous d'une journée type.
 
I.F - Lors de ce dernier voyage, nous n'avions pas eu de bonnes vagues depuis environ 5 semaines, alors quand la houle est enfin arrivée, tout le monde a paniqué. Dans l'obscurité, Ryan ou Torren sont les capitaines du bateau, quelqu'un fait du café, quelqu'un prépare le petit déjeuner pour tout le monde, tout est prêt. Pour moi, mon job est de m'assurer que j'ai tout dans le sac sec, prêt à partir. Dès les premières lueurs du jour, Torren et n'importe qui d'autre sautent dans le canot pneumatique et vont jeter un coup d'oeil aux vagues. S'il s'absente trop longtemps, ce n'est jamais bon signe, mais quand la cuisson est prête, il revient assez vite ! En gros, j'emporte juste de la nourriture et de l'eau avec moi et Torren surfe littéralement toute la journée - jusqu'à ce qu'il fasse nuit ou que les vagues disparaissent. Il fait super chaud sous les tropiques, et le soleil te donne des coups de ceinture, mais si le surf est bon, tu es juste content de filmer et tu ne t'en soucies même pas. À la fin de la journée, on retourne au bateau pour boire une bière, puis on décharge les images et on s'assure qu'elles sont bien rangées. En général, nous ne passons pas la nuit à l'ancre près des vagues, car c'est trop exposé. Je profite de ce temps de navigation pour décharger les images, les sauvegarder et les convertir pendant que nous sommes en route et que le moteur tourne pour que tout soit chargé. L'alimentation électrique est toujours insuffisante sur un voilier de 35 pieds. Ensuite, il faut remplir son rôle au sein de l'équipage, peut-être préparer le dîner ou faire la vaisselle - tout le monde y met du sien.



Qu'est-ce qui est le plus difficile ?

I.F - L'une des choses les plus difficiles est survenue lors d'un voyage en Islande. Nous avions fait de la raquette dans ce fjord dans la neige profonde pour vérifier s'il y avait des vagues. En revenant à pied, nous avons vu des camions de pompiers passer avec des gyrophares et nous avons pensé "oh non, quelqu'un a eu une dure journée"... Ensuite, en retournant au petit village où nous étions logés, nous avons vu de nouveau les lumières. Nous sommes arrivés dans notre rue et tout est devenu silencieux alors que nous avons vu les pompiers sortir par la fenêtre supérieure de l'endroit où nous étions logés... Nous ne savons toujours pas comment cela a commencé, mais le feu a soufflé toutes les fenêtres en raison d'un manque d'oxygène. Les passeports, les ordinateurs portables, les appareils photo et les disques durs ont tous fondu au sol. Toutes les séquences filmées jusqu'alors se trouvaient sur des disques durs fondus et tout ce qui n'avait pas brûlé était couvert de suie noire et sentait mauvais. Par miracle, les images ont pu être récupérées et nous avons pu sauver le voyage, mais ce fut l'un des moments les plus compliqués à gérer.



Un tournage n'est jamais de tout repos !

 I.F - Lors du voyage Lost Track NZ, descendre cette montagne en moto fut le moment où j'ai eu le plus peur de ma vie. Il y avait beaucoup de vent en montant la colline mais nous étions un peu protégés. Ce que nous n'avions pas réalisé, c'est à quel point il y avait du vent au sommet et sur l'autre versant. Avec tout le matériel que je portais, j'avais beau me pencher dans le vent, j'étais projeté en arrière. Une voiture en particulier s'est approchée si près que j'ai vraiment flippé. Nous étions très heureux de quitter cette montagne. Lors de notre dernier voyage en Inde, nous avons également été frappés par de grosses tempêtes avec des vents de plus de 50 nœuds en pleine mer. J'apprends encore à faire de la voile et je ne suis généralement pas très familier avec les bateaux. Bien que j'apprécie l'expérience, cette fois-ci, c'était assez lourd, je ne pouvais compter que sur Torren et Ryan pour nous sortir de là.



As-tu conscience que vous incitez certainement d'autres surfeurs à voyager ?

I.F - Nous n'avons jamais eu l'intention d'inspirer d'autres surfeurs, mais c'est vraiment cool quand nous avons des retours qui nous disent que d'autres font des voyages similaires. En gardant les choses assez simples, je suppose que les films restent accessibles à tous ceux qui aiment voyager et surfer. Mais nous sommes toujours conscients, en tant que surfeurs et cinéastes, qu'il faut essayer d'être aussi discrets que possible sur les vagues et les lieux que nous visitons. Où que nous soyons, nous essayons de parler aux habitants et de respecter les vagues qu'ils ne veulent pas qu'on filme. Nous passons du temps sur place pour apprendre à connaître les gens et respecter leur maison, plutôt que d'arriver en avion et de bombarder un lineup. La frontière est mince entre la volonté de décrire l'endroit où nous nous trouvons et la reconnaissance de la beauté du lieu, sans pour autant révéler l'emplacement d'un spot et froisser les gens. Notre intention est de préserver la beauté naturelle d'un lieu et, espérons-le, d'aider les gens à apprécier davantage le monde naturel.


 
Comment fais-tu pour concilier ton rôle de "réalisateur de films d'aventure" et celui de père ?
 
I.F - Haha - c'est l'équilibre le plus compliqué ! Jusqu'à présent, cela a bien fonctionné. Torren est sur le bateau depuis près d'un an et j'y vais pour des périodes allant de deux à six semaines, puis je rentre à la maison pour faire le montage, ce qui me convient parfaitement. Il n'y a rien que j'aime plus que le tournage des films et, grâce à ce processus, j'ai une petite dose de voyage, mais ensuite, c'est génial d'être à la maison pour faire le montage avec la famille et de rattraper le reste du travail qu'implique mon rôle à plein temps chez Needessentials



Quel travail as-tu en préparation ?

I.F - Le dernier film sur lequel nous bossons retrace un voyage d'un an en mer dans l'océan Indien. Nous ne sommes pas encore certains de la manière dont nous allons raconter l'histoire, mais Torren a rédigé un journal intime et enregistré des appels et des notes, et j'ai pour ma part accumulé beaucoup d'images du voyage jusqu'à présent. Ce sera un autre long métrage et nous espérons que certains aspects du film plairont aux gens et qu'ils prendront autant de plaisir à le voir que nous en avons eu à le faire. 

>> Interview originale réalisée par Chris McDonald et diffusée dans un premier temps par needessentials à travers leur Newsletter.

>> Retrouvez ici tous les films d'Ishka         

>> Retrouvez needessentials sur Facebook | Instagram Twitter            
    
Partager sur :   
COMMENTAIRES (0)
pour signaler un contenu illicite, adressez un mail à : marco@surfsession.com
Articles relatifs
| 0 
10/09/2021 - Interview
L'Australien revient pour nous sur "Lost Track Atlantic", son dernier surf trip atypique qui l'a mené jusqu'à ...
| 0 
Il y a 8 jours - Interview
"Aucune nostalgie. Je ne m'inscris pas dans le c'était mieux avant, au contraire. Ça se veut être un témoignag...
| 0 
17/11 - Interview
"J'espère avoir une personnalité assez singulière pour ne pas avoir à produire le même travail que d'autres ph...
Météo Surf
Prévisions et webcam de mon spot
Dossier
| 0 
Les surfeurs gays gagnent en visibi...
Pour venir à bout des tabous, certains membres de la communauté LGBTQ+ ne veulent plus surfer cachés.
SURF SESSION TV
Les Fondamentaux Surf
12 tutos vidéos pour acquérir les bases du surf ! Présenté par Surf Session et Bic.