Sterling Spencer, surfeur 2.0

Interview - Rencontre avec le surfeur-blogueur-provocateur, auteur de la vidéo "scandale" de Jérémy Flores à J-Bay, qui sort aujourd'hui "Surf Madness" un film gratuit qui épingle quelques autres surfeurs du Tour.

Par - @romainferrand -
Partager sur :   

Sterling Spencer dérange, mais aime ça. Avec ses parodies, ses détournements de clips et ses images volées, ce Floridien est devenu le poil à gratter d'un univers surf qui se prend parfois un peu trop au sérieux. Lui a justement décidé de ne pas l'être, et distille régulièrement ses délires en tout genre sur son blog pinchmysalt.tv. Il fait d'ailleurs partie de ces surfeurs 2.0, dont la carrière se joue davantage sur le web, Facebook et Twitter que sur les compétitions WQS. Car si sa carrière de compétiteur n'est pas totalement derrière lui, il est aujourd'hui payé par ses sponsors pour faire le con aux quatre coins du monde.

Sterling Spencer a déjà fait parler de lui dans l'Hexagone en 2010, après voir sorti une vidéo dans laquelle il faisait passer Jérémy Flores pour un type méprisant les enfants sur la plage. Il a sorti le mois dernier “Surf Madness”, un film de 40 min en téléchargement gratuit sur le web, bien sûr. Ce long-métrage reprend quelques clips publiés sur son blog l'année dernière, mais aussi et surtout des images d'action inédites loin d'être ridicules. Sans oublier quelques séquences dans lesquelles il se paie entre autres les tronches d'Adriano de Souza et Jordy Smith.

On a rencontré Sterling à Hawaii le mois dernier, trois jours après la sortie du film. Une interview surprenante, à l'image du personnage.

Magnéto :

Quel est le but de ce film ?

Le but est qu'il n'y ait pas de but. Enfin, c'est d'essayer de faire rire les gens et… rire de tout en fait, tout en essayant de montrer du bon surf.

Le film était un vrai projet, ou une simple compil des clips déjà parus sur le web ?

Non, il y avait dès le début l'idée d'en faire un film. On a commencé à tourner il y a un an, lors d'un trip à Porto Rico avec Taj.

Dont une séquence (où Taj & Sterling surfaient avec des Crocs aux pieds) avait d'ailleurs été publiée sur le web...

Oui, on en a publié un peu mais on a gardé pas mal de contenu de ces 12 mois de tournage pour le film. Et on a aussi récupéré des images fun de potes...

Tu as déjà eu des retours de tes "victimes", comme Adriano par exemple ?

(rires) En fait j'ai croisé Adriano à New York il y a quelques mois. Le webcast avait retiré mon teaser avec la part d'Adriano, parce que l'ASP n'en voulait pas, mais quand j'ai vu Adriano il a été super sympa avec moi. Sterling Howland (responsable du webcast chez Billabong, ndlr) m'a dit qu'il l'avait vu, mais il a été cool. J'espère qu'ils ne prennent rien mal, c'est juste pour rire. Je n'attaque personne vraiment.

Tu as aussi eu une grosse histoire avec Jérémy Flores...

Ohhh. Celle-là craint vraiment. En fait c'était le premier voice over que je faisais. J'ai eu ce footage que j'ai trouvé marrant, et je me suis dit "faisons une voix dessus", mais je ne pouvais pas faire de voix française. Donc j'ai improvisé ça et mon pote l'a publié sur Vimeo. Dès le lendemain il y avait 20 000 vues, et là on s'est dit « Oh non ». Et j'ai eu un message de Jérémy sur Facebook qui était super en colère. Je lui ai dit que j'étais vraiment désolé, que je ne voulais pas salir sa réputation mais juste faire un clip marrant.

Tu sais vraiment ce qui s'est passé sur cette plage, donc tu peux nous le dire ?

Jérémy a apparemment dit au kid de le rejoindre dans la zone des compétiteurs parce qu'aucun des deux n'avait de stylo. Mais j'ai entendu dire que ce gamin embêtait tout le monde à la compétition. Andy (Irons, ndlr) m'avait dit qu'il l'avait suivi jusqu'à son hôtel, après qu'il ait pourtant signé des dizaines de photographes… Mais le rendu du clip était quand même parfait (rires)

Jérémy Flores et Sterling, la rencontre - Surfer Poll 2011, Hawaii déc 2011 / Crédit : blog.swell.com

Comment ça se passe entre Jérémy et toi maintenant ? On vous a vu à la cérémonie des SurferPoll la semaine dernière (début décembre à Hawaii, ndlr).

À la cérémonie, il est arrivé derrière moi et a commencé à faire semblant de me frapper. Sur le moment j'ai cru qu'il était super en colère, mais il m'a juste chambré. Il est même venu à la première du film, c'était tellement drôle. Je crois qu'il est venu pour voir si il était ou non dedans…

D'ailleurs, pourquoi la séquence n'y figure pas ?

C'est juste qu'on voulait pas être lourds. Comme je l'ai dit, le but n'est pas d'attaquer les gens.

Explique-nous d'où vient cette histoire de Centaure (le Centaure est une créature mythologique mi-homme mi-cheval à laquelle s'identifie Sterling sur son blog, allez voir, ça vaut le détour)

(rires) Ça remonte à très longtemps. En fait, je suis persuadé d'en avoir vu un quand j'étais j'avais quatre ans. Je suis même sûr de l'avoir vu. Et je racontais toujours cette histoire autour de moi. Et un jour à J-Bay, j'avais raconté que j'avais vu cette créature mi-homme mi-cheval à Wade Goodall et Laurie Towner, et ils ont commencé à m'appeler le Centaure. À la fin du contest ils avaient raconté l'histoire à tout le monde. Et certains ont commencé à chanter la Centaur's Song. Quand j'ai commencé mon blog il y a quelques années, j'ai commencé à délirer dessus, et c'est resté (rires).

Billabong t'a aidé à financer ton film ?

Oui, ils m'ont financé le projet et ont employé mon pote cameraman.

Vous êtes repartis pour faire la même chose en 2012 ?

Oui espérons, afin de rendre la chose de plus en plus importante ! C'est vraiment ce qu'il y a de plus fun à faire, réaliser quelque chose que les gens apprécient au final.

Qu'en est-il de ton blog, pinchmysalt.tv ? Tu vas continuer à y publier des clips ?

Oui, on va attendre quelques semaines après la sortie du film avant de republier des clips, mais il est toujours là, et il le sera toujours.

Tu as maintenant quelques sérieux concurrents, comme Paul Fischer qui publie aussi pas mal de bullshit sur son blog…

Oui, c'est marrant de voir l'émergence de tous ces blogs. J'ai commencé pinchmysalt il y trois ou quatre ans, et maintenant si tu n'as pas ton blog, tu ne pourras jamais percer (rires).

Avec Tonino Benson - Photo : pinchmysalt.tv

C'est un moyen d'exister sans même faire de résultats ?

Oui, Internet est au centre de tout maintenant. C'est facile d'avoir son blog, sa page Facebook, c'est le meilleur outil marketing qui existe.

Raconte-nous quelque chose que tu n'as pas osé mettre sur la vidéo.

(rires) J'ai ce clip de XXXX dans lequel il pelotait une nana et essayait de lui grimper dessus ! Il m'avait grillé en train de les filmer et avait commencé à me hurler dessus donc je ne pouvais pas le mettre dans le film. Il a une nouvelle copine maintenant donc…

Et parle-nous de cette séquence hallucinante de Jordy, sa copine et sa housse de planches (qu'on pensait être un fake, mais apparemment non, ndlr).

C'est Damien Fahrenfort qui m'a donné ce footage pendant un trip. Je ne devrais pas raconter ça… Il voulait le mettre sur son blog Doomasrumors, mais il ne l'a pas fait et voulait que je fasse une voix par-dessus. Parce qu'apparemment Jordy fait vraiment porter ses planches par les autres tout le temps : son père, sa mère, sa copine… Cette fois c'était sa copine de l'époque… et la séquence est dingue. C'est un des grands moments du film.

Tu comptes repasser par la France cette année ? Il y a de quoi réaliser de bonnes séquences chez nous aussi.

On devait y aller pour le film en 2011, mais on a manqué de temps et d'argent. J'espère venir cette année. Il y a de quoi faire des trucs de dingue : filmer les gens, la culture… De manière générale, peu importe l'endroit où tu es, les gens sont si bizarres, c'est vraiment marrant à regarder.

Et la compète ?

J'étais encore sur le QS l'an dernier, où je ne m'en sortais pas trop mal. Mais je vais un peu calmer le jeu cette saison, parce que j'aime trop faire ce que je fais actuellement et le film est une opportunité que je ne pouvais pas refuser. De toute façon je ne suis pas un compétiteur pur et dur. J'en ferais peut-être quelques-unes ici et là pour voir si j'ai le niveau... (rires)

Propos recueillis par Romain Ferrand

SURF MADNESS, LE FILM

Durée : 38 minutes

Avec : Sterling Spencer, Adriano de Souza, Eric Geiselamn, Jordy Smith, Rob Machado, Tonino Benson, Dave Rastovitch, Warren Qmith, Torrey Meister, Nate Tyler, Craig Anderson, Dane Reynolds, Tim Curran, Kelly Slater et Shane Dorian



Pour télécharger le film, cliquez ici : pinchmysalt.tv

Photo : Bastien Bonnarme

 

 

 

Partager sur :   
COMMENTAIRES (2)
clo33 - le 24/01/2012 à 19:52
Perso,j'adore!ça change un peu et puis c'est pas méchant,juste du second degré;-)
Répondre
Marc - le 26/01/2012 à 07:17
Pour ma part je reste sur ma faim ,toujours pareil vidéo d'amateur et humour pffff tristouné...!!! quand je pense que billag a financé ,j'avoue que je ne comprend pas ....si ils veulent investir dans des mecs qui ont du talent....????
Répondre
Articles relatifs
| 1 
15/02/2012 - Interview
Rencontre avec le surfeur/blogueur sud-africain Damien Fahrenfort, dont le site fait marrer et trembler à la f...
| 2 
06/11/2012 - Interview
Interview à chaud du N°1 français après sa qualification pour les quarts de finale du O'Neill ColdWater Classi...
| 1 
22/03/2012 - Interview
Rencontre avec Stephen Bell, aka Belly, qui gère les riders internationaux du team Quiksilver, comme Kelly, Da...
| 0 
21/12/2010 - Interview
Interview à chaud du récent vainqueur du Billabong Pipe Masters 2010, qui revient pour nous sur son ÉNORME per...