Franck Lacaze, commentateur des "webcasts"

Interview - L'une des voix françaises vous dit tout sur les compétitions "en live" diffusées sur Internet.

Par - @romainferrand -
Partager sur :   

L'arrivée des retransmissions de compétitions en direct il y a 6 ans a radicalement bouleversé le paysage médiatique du surf. Désormais, le "webcast" est présent sur quasiment toutes les compétitions, et les sites web des événements enregistrent des chiffres de connexions impressionnants ! Selon Cheyne Bradburn, Events Manager chez Quiksilver, le site web du Quik Pro France 2009 a comptabilisé plus de 700 000 connexions en une semaine, dont 300 000 pour les deux derniers jours des phases finales !

Si les débuts furent un peu chaotiques, les "webcasts" ont aujourd'hui atteint un niveau très correct, passant notamment par une meilleure qualité d'image, mais aussi de nouveaux angles, des ralentis... Toujours sur le Quiksilver Pro France, ce sont au total une quinzaine de personnes qui gèrent le dispositif technique (développeurs, responsables des contenus, des heats on demand, de la réalisation...), auxquelles il faut ajouter les commentateurs...Bref, une réelle usine à gaz.

Malgré tout, l'internaute en sait peu sur le fonctionnement du "webcast" : qui sont les speakers,  comment travaillent-ils, comment le live a chamboulé le traitement de l'info surf, pourquoi les commentaires en Français ne sont disponibles que sur certains événements... ?

Qui d'autre que FRANCK LACAZE, surfeur de haut niveau, ancien rédacteur en chef de Trip Surf Magazine de 2001 à 2007 et speaker "live" depuis 5 ans, pour répondre à toutes ces questions :

Surf Session : Les webcasts ont révolutionné le traitement médiatique traditionnel des compétitions. Comment as-tu perçu la chose à l'époque en tant que journaliste de presse ?

Franck Lacaze : Je n'ai pas vu ça comme une menace, car ce sont deux traitements différents : un en direct qu'il faut suivre intégralement pour ne rien louper de la compétition, et un autre sur le papier où tu n'as que le plus important. Il y a quelque part une complémentarité entre les deux traitements. A l'époque, j'ai vu d'un très bon oeil l'arrivée de ce nouveau média, qui offrait la possibilité de suivre en direct les séries dans le monde entier. Je me rappellerais toujours du Rip Curl Pro Search au Mexique. C'était hallucinant de suivre ça en direct depuis chez soi alors qu'eux étaient perdus dans la jungle mexicaine et enfilaient barrel sur barrel…

Par ailleurs, je ne pense pas que ce nouveau traitement concurrence l'audiovisuel non plus. Là aussi, les émissions de glisse ne ressortent que les highlights des compétitions et les traitent réellement en tant que sujet.

Comment t'es-tu retrouvé derrière le micro à commenter les compétitions en direct ?

Ce sont les gens de Billabong qui, les premiers, ont fait appel à moi en 2006 pour commenter le Billabong Pro Mundaka aux côtés de Quirin Rohleder et François Liets. Cela a dû pas trop mal se passer puisque j'ai été reconduit l'année suivante et que Quiksilver m'a également contacté pour le Pro France. Depuis je travaille régulièrement pour eux ainsi que pour Rip Curl. Cela m'a permis de vivre d'autres expériences par la suite, comme le Freeride World Tour (le circuit mondial de ski/snowboard freeride, ndlr) sur lequel j'ai eu la chance de speaker l'an dernier. J'ai également eu l'opportunité d'animer les concerts du Rip Curl Music Festival et d'autres cérémonies telles que les Nissan Winter Outdoor Games de Chamonix…

Quelles ont été les premières difficultés ?

Sur les compètes de surf le plus dur a été – et c'est toujours le cas - de toujours trouver quelque chose à dire, puisque c'est du direct. Et encore, on a souvent la chance d'être deux au micro. Certains commentateurs espagnols ou portugais doivent parfois couvrir l'événement seuls pendant 8 heures. A ce niveau c'est du marathon !

Tu l'as compris, il faut être surtout capable de “meubler“. Surtout qu'il arrive parfois que dans une série de 25 minutes il n'y ait que 4 ou 5 vagues surfées. Dans ces cas-là, il faut être capable de livrer des infos sur les surfeurs, les stratégies, les coulisses de la compétition, les enjeux... Naturellement, il faut une connaissance pointue du monde du surf, de la compétition (World Tour, WQS), des références historiques. On dispose également d'un outil sympa : les mails, par lesquels les internautes peuvent s'exprimer ou poser des questions. On peut donc échanger avec eux. Et c'est aussi important pour maintenir l'intérêt des gens de jouer à fond avec cette interactivité. Mais il y a des moments - comme pendant le Quiksilver Pro France où on bat des records de connexion – où il est impossible de relayer les messages, tellement ils défilent vite !

A l'inverse d'un magazine (qui traite l'info "à froid", après analyse), as-tu parfois l'impression de manquer de recul sur ce que tu commentes ?

Il arrive que l'on n'ait pas tous les éléments de classement, de probabilités en cas de victoire ou de défaite de tel ou tel surfeur, même si les gens de l'ASP essaient de tout nous fournir. Mais la plupart d'entre nous travaillons en amont avant d'arriver sur une compète pour avoir des infos… On ne fait pas le même travail qu'un journaliste de presse écrite : on reste des journalistes mais on est plus dans le relais d'émotion, on doit faire vibrer les gens, faire monter la sauce dans les dernières minutes de la série, jouer sur le côté dramatique... Notre rôle est aussi là, en plus bien sûr de fournir des informations essentielles à la compréhension du surf pro.

Tu estimes avoir fait des progrès derrière le micro par rapport à tes débuts ?

Il y a des gens qui font ça depuis longtemps, et très bien, notamment chez les anglo-saxons. Je pense à Dave Mailman, qui est une référence, ou encore Dave Stanfield… Tu ne peux que t'inspirer de ces gens-là. J'écoute volontiers les webcasts en anglais, avec des journalistes secondés par des consultants surfeurs. J'essaie de m'inspirer de ça, tout en me servant de mon passé de surfeur pro et de journaliste. Mais il est certain que je me sens plus à mon aise derrière le micro après quelques années d'expérience.

On découvre au passage que certains surfeurs qui sont amenés à commenter à tes côtés se révèlent eux aussi plutôt bons au micro…

Oui, ils sont tous cool, ils ne sont pas bloqués devant le micro… même si ça dépend des événements et de leurs humeurs ! Parmi les surfeurs francophones, Tiago Pires par exemple se montre toujours très disponible. Tim Boal aussi, il a un bon rythme, c'est sympa. Ou encore Miky Picon, Michel Bourez ou Jérémy Florès qui fédèrent beaucoup de monde quand ils sont au micro… Et les internautes sont friands de leurs interventions.

De quels moyens techniques disposez-vous dans la cabine ?

Au niveau équipement, on a trois écrans : un qui relaye les images que reçoivent les internautes et sur lesquelles nous devons nous efforcer de commenter pour être "raccord" avec la retransmission (même si on est en général face aux vagues), un autre qui nous indique les scores (le système de notation beach and byte) et enfin un troisième qui affiche les messages des auditeurs. On a aussi une table de mixage pour éventuellement basculer sur les interviews faites sur la plage. Enfin, on a un casque sur les oreilles et sommes en liaison avec le réalisateur qui annonce les pubs, les interviews plage…

Quelles seront d'après toi les prochaines évolutions possibles en terme de webcast ?

Bien sûr la qualité de l'image, qui s'est déjà considérablement améliorée, même si elle varie encore d'une compétition à l'autre, en fonction de l'opérateur Internet qui relaie les connexions et de la boîte en charge de la production, du nombre de caméras, de la compétence des cadreurs et du réalisateur, etc… Sinon il y a déjà eu quelques évolutions : sur la Gold Coast en Australie, un commentateur livre ses impressions à chaud depuis le chenal assis sur un jet-ski. À Trestles sur le Hurley Pro, il y a une caméra dans la tente compétiteurs qui relaye les réponses des surfeurs aux questions posées par les commentateurs. Le Quiksilver pro France propose des ralentis exceptionnels grâce à la caméra loupe qu'utilise Canal + sur ses retransmissions sportives… Les marques s'observent entre elles et se poussent mutuellement à améliorer leur dispositif. C'est une bonne émulation.

Il y a des rumeurs qui circulent quant à l'arrêt des webcasts en Français l'an prochain. Qu'en est-il exactement ?

La seule certitude que j'ai à l'heure où je te parle c'est que le Français sera présent sur les épreuves européennes du World Tour 2010 – Quiksilver Pro France et Rip Curl Pro Portugal, ce qui n'est déjà pas si mal. Mais nous sommes dans une période charnière du surf professionnel. Depuis la rumeur du Rebel Tour, l'ASP a annoncé vouloir faire bouger les choses pour contrer la menace et a donc convoqué une assemblée générale extraordinaire pendant le Billabong Pro Mundaka avec les représentants des marques et des surfeurs et le staff de l'ASP. Ils ont annoncé vouloir revoir leur système de fonctionnement et – entre autres mesures – proposer des retransmissions webcasts plus uniformes sur toutes les épreuves. Sous-entendu de meilleure qualité. Mais j'attends de voir ce que cela voudra dire concrètement et notamment en ce qui concerne les autres langues que l'Anglais roi…

On ne peut pas renier que la crise a eu son effet. L'an passé, le Français a disparu de quelques évènements – à J-Bay notamment – et d'autres épreuves ont vu les moyens accordés aux webcasts français en nette diminution. Mais je veux croire que, une fois cette période un peu difficile passée, les moyens iront crescendo pour offrir des retransmissions toujours meilleures aux internautes et, si possible, dans une multitude de langues. Reste à savoir si l'ASP va réellement reprendre la main sur l'organisation des épreuves du World Tour, et quelle sera sa politique en matière de webcasts. Car jusqu'à présent, ce sont les marques qui se sont partagé l'organisation et le financement des épreuves, et donc celui des live. Et lorsque ce sera effectivement le cas, quelle sera la volonté de l'ASP de poursuivre les retransmissions en Français ?

Tu parlais du Rebel Tour à l'instant. Quel est ton point de vue là-dessus ?

Je ne peux en penser que du bien, car ça a au moins le mérite de faire bouger les choses. Malgré tout, j'ai l'impression qu'il y a quand même des surfeurs annoncés dedans qui ne sont pas forcément légitimes, puisque ce sont des invités qui n'ont pas dû en passer par des circuits de qualification pour en arriver là… La façon dont ils présentent les choses laisse plus voir un intérêt financier et médiatique à la chose avec un circuit formaté pour la télé…

Quoi qu'il arrive ça fait réagir l'ASP, c'est donc un bien. Après, c'est sûr que si l'ASP World Tour doit se passer de Slater parti sur un tour parallèle ça va faire une grosse absence. Elle sera orpheline du plus grand surfeur de tous les temps…

Tu peux nous en dire plus sur les "voix" qui t'accompagnent le plus souvent sur les webcasts…

Il y a évidemment Archi Jaeckin. C'est celui qui m'a accompagné le plus régulièrement au micro ces dernières années. Il y a aussi Dave Mailman (Président de l'ASP Europe et commentateur polyglotte et pluridisciplinaire), qui commente majoritairement en anglais mais fait les deux avec un égal bonheur. Julien "Vico" Hamel intervient de temps en temps. Et puis il y a des prestataires comme Patrick Florès, Gérard D'avezac, François Liets, Gilles Darqué ou Quirin Rohleder qui sont les commentateurs “maison“ des différents sponsors qui chapeautent le World Tour… Sans oublier Daz, qui lâche parfois sa caméra pour filer un coup de main et partager son enthousiasme en cabine ou au micro des interviews plage.

Franck Lacaze et Archi Jaeckin ont créé un groupe sur Facebook : "Webcasts en Français de l'ASP World Tour". Rejoignez-les pour être au courant de toutes leurs infos.

Mots clés : asp, franck lacaze, live, surf, webcast
Partager sur :   
COMMENTAIRES (0)
pour signaler un contenu illicite, adressez un mail à : marco@surfsession.com
Articles relatifs
| 0 
15/04/2015 - Interview
L'Hendayaise se livre sur son parcours à Bells Beach la semaine dernière, son début de saison sur le QS et ses...
| 0 
28/03/2014 - Interview
La web série de Red Bull s'intéresse aux profils de deux des meilleurs spécialistes de la prochaine étape du W...
| 0 
13/02/2014 - Interview
Le Réunionnais nous parle de sa performance à Pipeline, ses impressions sur le Tour et sa gestion de saison.
| 0 
02/10/2012 - Interview
INTERVIEW + PORTFOLIO de celle qui dirige le service photo de l'ASP World Tour : son parcours, son matériel, s...